La censure dans la Russie d'aujourd'hui

12 décembre 2017

Dans Le maître et Marguerite, Mikhaïl Boulgakov a parodié à plusieurs reprises la coutume du régime soviétique d'abréger les noms des services et des fonctions du gouvernement, par exemple par les termes MASSOLIT, findirecteur ou Dramlit. Le régime actuel de Vladimir Poutine a repris cette ancienne coutume. Par exemple, il existe un Service fédéral de supervision des communications, des technologies de l'information et des médias de masse, une organisation qui contrôle les médias, et qui est abrégé en russe sous le nom de Роскомнадзор [Roskomnadzor].

Cependant, ce n'est pas seulement cette abréviation qui évoque des souvenirs de l'époque de Joseph Staline. Les activités de cette institution montrent également une forte ressemblance avec ce que faisait l'Administration centrale de la littérature et des publications, abrégé en russe comme Главлит [Glavlit], dans le temps de Boulgakov: le contrôle et la censure de l'information.

En effet, le 11 décembre 2017, Roskomnadzor a bloqué plusieurs ressources en ligne à la demande du bureau du procureur général.

La liste des sites bloqués comprend openrussia.org (Russie ouverte), openuni.io (L’université ouverte), or.team (Équipe Russie ouverte), pravo.openrussia.org (le projet des droits de l'homme de Russie ouverte), imrussia.org (l'Institut de la Russie moderne), khodorkovsky.ru (site personnel de Mikhaïl Khodorkovski), et vmestoputina.ru (Alternatives à Vladimir Poutine). En dehors de la Russie, les sites web sont toujours accessible.

Cela signifie que, pour les personnes résidant en Fédération de Russie, l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui stipule que «tout individu a droit [...] de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit», n’est plus d’application.

Nous nous demandons comment Boulgakov aurait décrit cela.

Cliquez ici pour lire plus sur la propagande et la censure en Russie

 

Commentaires

Nous voulons rendre nos pages interactives en vous offrant la possibilité de publier des commentaires directement. Vous pouvez publier vos commentaires ici-dessous.

 

Partager cette page |