Faust

Français > Thèmes, style et forme > Faust

Boulgakov commence Le maître et Marguerite avec une citation de Faust, sans doute l'œevre la plus connue de l'auteur, scientifique et philosophe allemand Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832):

«Qui es-tu donc, à la fin?
- Je suis une partie de cette force
qui, éternellement, veut le mal,
et qui, éternellement, accomplit le bien.»

Goethe a été inspiré par la personne du Docteur Johannes Faust (1480-1540), un magicien et médecin allemand. Il avait aussi étudié l'astrologie, la chimie et la philosophie.

Les rumeurs et les légendes sur lui ont déjà commencé pendant sa vie. On a dit qu'il a pratiqué la Magie noire. On ne sait pas exactement comment ni quand le Docteur Faust est mort, mais il a sans doute été tué. D'autres disent qu'il est mort d'une explosion qui a eu lieu suite à ses expériences alchimiques. Vers le temps de sa mort, environ 1540 probablement, des rumeurs sont surgis qu'il avait conclu un pacte avec le diable. Faust ne pouvait s'empêcher de toucher à des jeunes garçons, comme a été montré par les mesures prises par la ville de Neurenberg en 1532 contre ce «Docteur Fausto, dem grossen Sodomitten». En plus Faust avait des idées apparemment hétérodoxes, qui ont fait que Luther l'a condamné aussi. Certains experts croient qu'une partie importante des accusations contre Faust est venue de Luther et d'autres hommes de l'église. Ils n'aimaient pas ses idées. Malheureusement il est presque impossible de découvrir ce qui étaient exactement les idées de Faust. Mais cette aversion explique pourquoi Faust est vu dans les cultures européennes comme l'archétype du magicien qui vend son âme au diable en échange de plaisirs matériels et immatériels.

Goethe s'est basé sur ce personnage historique pour créer son chef d’œuvre Faust, depuis ses vingt ans et avec des intervalles. Il l'a seulement fini au dernier moment, juste avant sa mort.

Le livre Faust commence au Ciel, le Démon Méphistophélès visite Dieu pour lui parler d'une de ses créations: l'homme, Adam. Selon le Démon c'est une création méprisante et il a des objections contre l'homme lui-même, mais aussi contre les raisons de Dieu pour le créer. Dieu est convaincu que l'homme est fondamentalement bon et il pense que l'homme est capable de rester sur le droit chemin, mais le Démon le doute et il est convaincu qu'il peut dépraver l'homme - dans la personne de Faust. Dieu tolère la brutalité de Méphistophélès parce qu'il comprend son rôle pour garder l'homme au chemin droit, mais en même temps il est convaincu de la capacité d'homme pour rester sur le droit chemin. Ce haut niveau d'attribuer l'autodétermination à l'homme ne correspond pas à l'opinion chrétienne traditionnelle d’un Dieu omnipotent. Mais en tout cas, le Faust de Goethe est ainsi l'enjeu d'une dispute entre Dieu et Méphistophélès.

Après ce Prolog im Himmel nous voyons le scientifique Faust la nuit. Il est au bord du désespoir à cause de ses connaissances insuffisantes. Il est un professeur proéminent, conscient des limites de la connaissance humaine, mais adroit dans la magie. Il doit reconnaître à soi-même que ce qu'il apprend et ce qu'il pense, à la recherche de la connaissance la plus haute possible de l'homme et du monde, n'a pas produit de résultats. Alors un petit chien, un caniche, se glisse dans son bureau.

Le caniche transforme dans le Démon, Méphistophélès, à qui Faust vend son âme. Il tient un pari avec lui pour acquérir la connaissance d'une connaissance vivement désirée. Faust va devoir changer son approche. Si l'étude et l'érudition puisée dans les livres ne peut pas l'aider, il devra suivre le conseil de Méphistophélès. Seulement une introduction à la vie réelle peut lui offrir la compréhension voulue. C'est pour cela qu'il mène Faust à la cave Auerbachs à Leipzig pour lui faire apprendre à connaître la vie des étudiants et la Hexenküche, où le scientifique rigide est changé dans un jeune homme spontané et détendu par une sorcière.

Faust rencontre la fille innocente et naïve Margarete, aussi appelée Gretchen. Cette histoire d'amour dramatique est le thème central du reste de la première partie de Faust. Gretchen devient enceinte de Faust et Gretchen, qui est très religieuse, tue son enfant pour éviter le scandale de cette grossesse célibataire. Elle est condamnée pour ce meurtre et mise en prison.

Faust veut blâmer Méphistophélès pour tout ce mal dans sa vie, mais le Démon montre à Faust sa propre responsabilité. Finalement Faust essaie de libérer sa chérie de la prison. Mais Gretchen refuse son aide. Elle ne veut pas rester sur la terre avec une mauvaise conscience, personne ne peut plus l'aider. Pendant que Faust est prêt à oublier de ce qui est arrivé, Gretchen prend la responsabilité complète pour ce qu'elle a fait. À la fin de la première partie de Faust elle est adise au ciel pour sa ténacité religieuse.

À la fin de la première partie de Faust Méphistophélès semble de gagner de Faust, mais Goethe écrit une deuxième partie, qu'il finit just avant sa mort en 1832. À la fin de sa longue quête Faust gagne de Méphistophélès. Il est venu à la conclusion que ça ne vaut pas la peine de faire du souci pour comprendre le sens et la cohérence dans le monde. La liberté doit être conquise chaque jour de nouveau!



Partager cette page |