Thèmes musicaux

Français > Thèmes, style et forme > Thèmes musicaux

Dans Le maître et Marguerite, Boulgakov indique des thèmes musicaux différents qui accompagnent et colorent l'action. Il décrit souvent ces thèmes comme s'il a voulu donner des instructions de régie pour la musique du film que le lecteur devrait s'imaginer. Quelquefois il se limite à une description vague de l'ambiance en décrivant le genre ou le compositeur et quelquefois il est très spécifique.


Aïda

Giuseppe Verdi

«О, боги, боги!» ou «Ô Dieux, Dieux!» Cette exclamation apparaît dix fois dans le ivre, comme un leidmotiv. Selon certaines sources Boulgakov l'aurait trouvé dans Aïda, l'opéra de Giuseppe Verdi (1831-1901). Il aimait cet opéra beaucoup et il l'a cité souvent. En défaisant le livret d'Antonio Ghislanzoni (1824-1893), j'ai effectivement trouvé un texte avec des similarités. Il s'agit de la dernière strophe de la scène I dans le premier acte.

Numi, pietà del mio soffrir!
Speme non v'ha pel mio dolor.
Amor fatal, tremendo amor,
Spezzami il cor, fammi morir!
Numi, pietà del mio soffrir! ecc.

Ô Dieux, ayez pitié de ma souffrance!
Il n'y a aucun espoir de mon chagrin.
L'amour fatal, l'amour terrible,
cassez mon coeur, faites-moi mourir!
Ô Dieux, ayez pitié de ma souffrance! etc.

Les premiers mots de Pilate dans le roman sont: «О боги, боги, за что вы наказываете меня?» ou «Ô Dieux, Dieux, qu’ai-je fait pour que vous me pu-nissiez ainsi?». Plus tard dans le livre cette exclamation est répétée neuf fois, comme un leidmotiv qui est quelquefois dit par un personnage, quelque-fois par le narrateur.

    Giuseppe Verdi - Numi pietà del mio soffrir
                                Un enregistrement du Metropolitan Opera Orchestra and Chorus

Numi pietà del mio soffrir - Giuseppe Verdi


Faust

Charles Gounod

Dans le chapitre 7 Woland rencontre Stepan et il dit: «;Me voici!». Boulgakov a encore considéré cette exclamation comme un titre possible pour Le maître et Marguerite. C'est ce que Méphistophelès, le diable dans l'opéra de Charles Gounod (1818-1893), exclame quand il apparaît devant Faust. Selon Nadezhda, la soeur de Boulgakov, Mikhaïl avait une photo de la basse Lev Mikhaïlovitsk Sibiriakov (1869-1942) sur son bureau.

Les amateurs des bandes dessinées connaissent cet opéra très bien à cause de L'Air des Bijoux  - «Ah! je ris de me voir, si belle en ce miroir», l'aria préférée de la soprano Bianca Castafiore dans les albums de Tintin.

Me Voici ! - Charles Gounod


Eugène Onéguine

Piotr Ilitch Tchaïkovski

Dans le chapitre 4 Ivan poursuit Woland et sa bande accompagné par «le rugissement enroué» de la polonaise de l'opéra Eugène Onéguine par Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893). Cet opéra est basé sur l'histoire du même nom écrite par Aleksxandre Sergueïevitch Poushkine (1799-1837). Le livret a été écrit par Modeste Ilitch Tchaïkovski (1850-1916), le frère du compositeur. Boulgakov décrit la première scène du troisième acte de cet opéra, dans lequel Onéguine rencontre le prince Grémine. Grémine était marié à Tatiana, avec qui Onéguine a flirté lui-même.

    Piotr Ilitch Tchaïkovski - Eugène Onéguine
                                Polonaise - Acte 3 - Scène 1


Славное море, священный Байкал

Chanson populaire

Le personnel de l’annexe de la Commission des spectacles et des délassements comiques à la rue Vagankov connaît une «journée agitée» dans le chapitre 17 et, dans un genre d'hypnose de masse, ils commencent à chanter ensemble une chanson d'exil célèbre du Lac de Baikal en Sibérie.

Cette chanson était très populaire parmi les forçats dans l'ère soviétique. Le nom russe est Славное море, священный Байкал [Slavnoïe morïe, sviachtchenniy Baïkal] ou Mer glorieuse, Baikal sacré.

Slavnoïe morie est une chanson qui a été imaginé par des prisonniers du camp de prison Nertchinsk en Sibérie vers 1850. La chanson était basé sur le poème Думы беглеца на Байкале [Doumi begletsa na Baikalie] ou L'âme du Fugitives dans le Baïkal, qui a été écrit en 1848 par Dmitri Pavlovitch Davydov (1811-1888). Il existe de nombreuses versions différentes de la chanson, parce que le texte original du poème a été souvent modifié et généralement raccourcie considérablement.

Les lecteurs de la traduction en anglais Michael Glenny et les lecteurs de la traduction néerlandaise de Marko Fondse peuvent se demander pourquoi cette chanson est mentionnée ici, puisque ni Glenny ni Fondse n'étaient très exacts à ce point. Fondse remplacé la chanson par une chanson d'enfants néerlandaise, et Glenny a substitué Mer sacrée, glorieux Baïkal allègrement par Эй ухнем [Eï Oukhnem] ou la Chanson des Bateliers de la Volga, aussi connu comme la Chanson des Bourlaks de la Volga. C'est une autre chanson traditionnelle russe bien connu représentant la souffrance du peuple dans la profondeur de la misère dans la Russie tsariste. En 1866, cette chanson a été publiée dans la Collection des chants folkloriques russes, un livre de Mili Balakirev Alexeïevitch (1836-1910). Elle a été à la position de numéro un dans les charts américains en 1941 dans la version de Glenn Miller (1904-1944), mais ce n'est pas la chanson que Boulgakov a décrit.

    Славное море, священный Байкал - Chanson populaire
                                Version de Maksim Mikhaïlnov

Славное море, священный Байкал - Dans la série de Maciej Wojtyszko


Alléluia [Hallelujah]
Vincent Youmans

Cette chanson, écrite par le compositeur américain Vincent Youmans (1898-1946), apparaît trois fois dans le roman. La première fois elle est jouée par un jazz-band à Griboïedov, la deuxième fois c'est le professseur Kouzmine qui entend la musique venant de la chambre de sa fille, et la troisième fois elle est jouée sur le bal de Woland. C'était une des premières chansons que Youmans avait jamais fait. Il a écrit la chanson sur un entraînement marin et elle a été joué pour la première fois par John Philip Sousa (1854-1932) comme une marche. Le texte écrit par Leo Robin (1900-1984) et Clifford Grey (1887-1941), contient les mots «Satan lies a waitin' and creatin' skies of grey (skies of grey), but hallelujah, hallelujah helps to shoo the clouds away!». Youmans a présenté Hallelujah! dans Hit the Deck (1927) un musical de Broadway avec Stella Mayhew (1874-1934), filmé en 1955 avec Jane Powell (°1929), Tony Martin (1913-2012) et Debbie Reynolds (°1932). Youmans a également écrit le musical No, No, Nanette (1925) avec les chansons Tea for Two et I Want to Be Happy.

    Vincent Youmans - Alléluia
                                Version d'Ellie Fitzgerald

Alléluia - Vincent Youmans - Danse à Griboïedov selon Vladimir Bortko
Alléluia - Vincent Youmans - Danse à Griboïedov selon Iouri Kara


Son Excellence

Dmitriï Timofeïevitch Lenskiï

Le chapitre 12 décrit le spectacle de Woland et ses compagnons au théatre des Variétés qui, après les révélés de l'affaire secrète d'Arkadi Sempleïarov, se termine dans une ambiance complètement chaotique. Sur commande de Behemoth l’orchestre se met à dégueuler une invraisemblable marche avec des paroles «passablement hardies».

Les paroles passablement hardies sont inspirées par une chanson d'un vaudeville écrit en 1839 par Dmitriï Timofeïevitch Lenskiï (1805-1860). Le titre de la pièce était Лев Гурыч Синичкин, или Провинциальная дебютантка ou Lev Gouritch Sinitchkin, ou une débutantede la province. Il s'agit d'un acteur agé qui veut offrir à sa fille talentueuse un rôle principal au théâtre. Mais la première chanteuse de l'ensemble, ayant un caractère terrible et un grand réseau de contacts, lui résiste. Après une série d'efforts héroïques et des malentendus amusants le rêve de l'acteur se réalise, mais la vedette de l'ensemble cause un scandal avec le protecteur. Le vaudeville était représenté sur scène de 1924 à1931 dans le théatre Vakhtangov à Moscou sur l'Arbat, près de l'appartement de Zoïka de la pièce de Boulgakov.

En 1974 le réalisateur Alexandre Belinski (1928) a fait un film de cette pièce - Лев Гурыч Синичкин [Lev Gouritch Sinitchkine]. Les personnages principaux étaient joués par Nikolaï Nikolaeïevich Trofimov (1920-2005) et Galina Fedotova (°1949).

La chanson Son Excellence décrite par Boulgakov dans Le maître et Marguerite ne correspond pas exactement avec ce que l'on entend dans le vaudeville. Les «paroles passablement hardies» se présentent comme suit - d'abord les paroles originales de Dmitriï Lenskiï, après les mots utilisés par Boulgakov:

Original
(Russe)

Original
(Traduction Jan Vanhellemont)

Его превосходительство
Зовет ее своей
И даже покровительство
Оказывает ей.


Son excellence
lui appelle le sien
et il lui offre même
sa protection.


Version de Boulgakov
(Russe)

Version de Boulgakov
(Traduction Pevear/ Volokhonsky)

Его превосходительство
Любил домашних птиц
И брал под покровительство
Хорошеньких девиц!!!
Son Excellence monsieur le baron
Aimait les oiseaux en cage
Et prenait sous sa protection
De jolies fillettes bien sages !

 

Son Excellence - Fragment du film d'Alexandre Belinsky (1974)
Son Excellence - Fragment du feuilleton de Vladimir Bortko (2005)


La Dame de pique

Piotr Ilitch Tchaïkovski

Le songe de Nikanor Ivanovich dans le chapitre 15 s'arrête quand les lampes s’éteignent, et, dans l’obscurité qui règne quelque temps, on perçoit une voix de ténor, lointaine et un peu nerveuse. Le texte est une aria de Hermann dans l'opéra Пиковая дама (Pikovaya Dama) ou La Dame de pique écrit par Piotr Ilitch Tchaïkovski, pour lequel le libretto a été écrit par son frère Modeste Ilitch Tchaïkovski, comme ils ont fait également pour Eugène Onéguine, l'autre opéra basé sur un texte d'Alexandre Pouchhkine

Il y a pourtant des modifications comparé à l'histoire originale de Pouchkine. Ils concernent les personnages et leurs relations. (Le changement le plus important dans l'histoire est le fait que le personnage principal Her-mann passe ses dernières années à un hôpital dans le texte de Pouchkine, pendant que dans l'opéra de Tchaikovski il se suicide).

Tchaikovski a travaillé sur l'opéra de janvier 1890 à Florence jusqu'au mois de juin à Frolovskoïe et le 7 décembre de la même année la première était organisée dans le Théâtre Mariinski de Saint-Petersbourg.

    Aleksandr Pouchkine - Dame de pique
                                Texte d'Alexandre Pouchkine en russe

    Aleksandr Pouchkine - Dame de pique
                               Interlude de l'opéra de Piotr Ilitch Tchaïkovski


Камаринская (Kamarinskaïa)
Chanson populaire

Au grand bal chez Satan Marguerite voit des ours blancs qui jouent de l’accordéon et exécutent une danse populaire russe sur une estrade. Dans le texte russe, Mikhaïl Boulgakov écrit que les ours dansent une камаринская (kamarinskaïa). C'est une chanson russe avec un air court et répétitif et des mots un peu impolis. Quand la kamarinskaïa est chantée et dansée, les justes pas ne sont pas se qui inquiète principalement des danseurs. Les pas grotesques, les haussements d'épaules, les mouvements de corps de temps à autre vilains et révoltants - tout est permis.

    камаринская - Chanson populaire
                               Version instrumentale

Cliquez ici pour fregarder comment l'on danse le kamarinskaïa



Partager cette page |