Le Maître

Français > Personnages > Personnages principaux > Le Maître

Context

Le maître est un écrivain qui, à l'époque de Joseph Staline (1878-1953), a écrit un roman sur Ponce Pilate (?-39), le préfet romain de Judée qui, selon les évangiles chrétiens, a confirmé la peine de mort de Jésus de Nazareth (0-33). Dans l'Union soviétique athée de l'époque, c'était un sujet interdit, de sorte que le maître était fortement critiqué dans la presse, bien que son roman n'ait jamais été publié. Il est arrêté et interné à l'hôpital psychiatrique du docteur Stravinski, où il rencontre le poète soviétique Ivan Biezdomny.

Avant son internement, le maître a été tellement frappé par les accusations qu'il avait eu des crises de folie et qu'il avait même nié sa propre identité. «У меня нет больше фамилии» ou «Je n'ai plus de nom», dit-il au poète quand il raconte son histoire. Il a été un historien - la même profession qu'Ivan aura à la fin du roman - mais quand il a gagné une grosse somme d'argent dans une loterie, il a quitté son emploi pour travailler sur son livre. Un jour, il a rencontré Marguerite et soudainement, il était éperdument amoureux. Quand il a voulu brûler son livre, Marguerite en a sauvé un morceau et l'a gardé.

À l'hôpital, le maître a volé des clés avec lesquelles il aurait pu échapper, mais il ne le fait pas, car il «n'a nulle part où se sauver». Pendant ce temps, Marguerite, sans savoir où était le maître, a aidé le diable Woland avec son bal annuel. Woland la récompense en l'aidant à retrouver son amoureux. Le maître et Marguerite sont réunis pour ne plus jamais être séparés.


Prototype

Le prototype le plus évident pour le maître est Boulgakov lui-même, tandis que le personnage de Marguerite est basé sur la troisième épouse de Boulgakov, Elena Sergueïevna Chilovskaïa (1893-1970), née Niourenberg. C'est seulement au chapitre 13 que nous sommes présentés au maître, un homme de 38 ans. C'était d'ailleurs aussi l'âge de Boulgakov au moment où il a commencé à écrire Le maître et à Marguerite.

Le roman du maître a rencontré beaucoup d'opposition parce qu'il traite d'un sujet religieux, en particulier le combat intérieur que Pilate, selon de nombreux évangélistes, a connu lorsqu'il a été confronté à Yeshoua Ha-Nozri, ce qui est le nom araméen de Jésus de Nazareth. Le roman du maître ne serait jamais publié, tout comme Le maître et Marguerite, un «livre sur le diable», ne serait jamais publié pendant la vie de Boulgakov. La critique du roman du maître est une référence aux campagnes de presse féroces qui ont été menées contre les œuvres de Boulgakov comme Les Œufs du Destin et La garde blanche, et contre ses pièces de théâtre, en particulier La fuite.

Dans les archives de Boulgakov l'on a trouvé quelques extraits du journal Rabochaïa Moskva, avec un article du critique Aleksander Robertovitch Krips (1892-1938), qui utilisait le pseudonyme Aleksander Robertovich Orlinski, dans lequel il affirmait: «Nous ferons la grève et nous lutterons contre la Boulgakoverie!». Dans Le maître et Marguerite, Mikhaïl Boulgakov paraphrase cette attaque quand il décrit comment le critique Lavrovitch propose «de porter un coup, et un coup très dur, à toute cette pilaterie». Boulgakov a surveillé de près combien de fois il a été attaqué dans la presse soviétique. Dans sa lettre aux autorités en 1930, il a signalé que, pendant ses dix ans comme auteur, il a lu 301 articles sur lui-même «Из них: похвальных - было 3, враждебно-ругательных - 298» ou «3 d'entre eux étaient élogieux et 298 hostiles et abusifs». Ses pièces étaient presque toutes interdites.

Dans le roman il n'est pas clairement écrit pourquoi et comment le maître a été interné dans l'hôpital psychiatrique. L'auteur a-t-il oublié de le mentionner? Ou est-ce que c'est à cause du manque d'une rédaction finale? Probablement rien de tout ça. Nous pouvons supposer que Boulgakov a voulu refléter les pratiques des autorités soviétiques à ses jours avec ce manque de clarté. Quand quelqu'un «disparaissait», il était souvent arrêté par la police secrète et les autorités réagissaient toujours d'une façon vague, impersonnelle et secrète.

Dans Le maître et Marguerite, nous trouvons des dizaines de références qui relient le personnage du maître à Boulgakov lui-même. Le sous-sol où le maître écrit son roman correspond parfaitement à la petite maison des frères Sergueï et Vladimir Topleninov à Mansourovski pereulok no. 9 à Moscou, où Boulgakov aimait venir et où il a travaillé également sur Le Maître et Marguerite. Et le personnage de Marguerite n'apparaît dans le roman qu'en 1929, peu de temps après Boulgakov a rencontré Elena Sergueïevna. Incidemment, cette rencontre a eu lieu dans le Bolchoï Gnezdnikovski pereulok no. 10, «une rue latérale de la Tverskaïa» où le maître et Marguerite se sont rencontrés pour la première fois.

Dans les premières versions du Maître et Marguerite, le rôle du maître était joué par Fesia, un sage qui s'intéressait aux arts diaboliques du Moyen Age et à la Renaissance italienne. Fesia était beaucoup plus concerné par les forces démoniaques que le maître plus tard, il était plus proche du Faust de Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832). Le personnage de Fesia a probablement été inspirée par le philosophe religieux Pavel Alexandrovitch Florenski (1882-1937), qui a été arrêté en 1928. Il a été exilé à Nijni-Novgorod et il a été abattu le 8 décembre 1937.


Plus d'informations

Beaucoup de gens qui se référent au personnage du maître écrivent «Maître», avec une «M» majuscule, comme si c'était un nom propre. Mais c'est contraire à l'esprit du roman, parce que le maître a renoncé à son nom. Dans le texte original de Boulgakov, nous lisons «мастер» [master] partout, avec une «м» minuscule. Parce qu'en Russie il est d'usage, encore aujourd'hui, d'utiliser la désignation «maître» lorsque l'on parle d'un professionnel, de quelqu'un qui, comme les maîtres dans les guildes et les métiers du Moyen Âge, a atteint un haut degré de compétence dans son travail, avec une excellente connaissance de son métier.

La réaction du maître aux critiques de la presse rappelle également celle de l'écrivain Nikolaï Vasilievitch Gogol (1809-1852). Le maître a brûlé son manuscrit sur Pilate, Boulgakov a brûlé son manuscrit du Sabot de l'ingénieur, l'une des premières versions du Maître et Marguerite, le 18 mars 1930, et Gogol a brûlé la deuxième partie des Âmes mortes le 12 février 1852. Boulgakov admirait Gogol. Il a adapté ses Âmes mortes pour le théâtre. Dans une lettre à son ami Pavel Sergueïevitch Popov (1892-1964), Boulgakov a écrit le 24 avril 1932: «Le poêle est devenu depuis longtemps ma rédaction préférée».

Le philologe Ukrainien entêté Alfred Nikolaïevitch Barkov (1941-2004) a toujours insisté que le prototype du maître ne fut pas Boulgakov, mais plutôt l'auteur russe Maxime Gorki (1868-1936). Selon Barkov, Boulgakov aurait été le prototype d'Ivan Biezdomny.



Partager cette page |