Le 'making of' du Master and Margarita

Français > Adaptations > Arts de la scène > Pièces de théâtre > Mum Puppettheatre > Le 'making of'

Mum à Philadelphie était un vrai théâtre fantoche: un théâtre qui repré-sentait des oeuvres de théâtre légitimes avec des marionnettes. Ce n'étaient pas de spectacles de marionnettes pour enfants: même leurs spectacles de famille avaient un certain degré de génie artistique et d'arti-sanat que vous ne trouveriez pas à la fête d'anniversaire d'un enfant.

Le Maître et Marguerite a des centaines de personnages, ce qui rendait le travail du créateur fantoche de Mum, Martina Plag, un peu plus dur que pour d'autres productions. Bien que réalisatrice Adrienne Mackey avait supprimé beaucoup de personnages de son adaptation, Le Maître et Marguerite restait quand-même une tâche écrasante pour le Mum Puppet-theatre.

Plag, qui n"a pas eu une formation de créateur fantoche mais d'architecte, a préparé la création et la construction de ses marionnettes comme vous pouvez l'attendre de quelqu'un de son niveau. Les créations ont été dessinées sur échelle et d'une manière caractéristique et, au moins les marionnettes humaines, dans des dimensions humaines normales, avant que la construction initiale pourrait commencer. Les dessins ont dû être approuvés par le réalisateur et souvent les acteurs ont été consultés aussi pour assurer qu'ils seraient confortables tant avec les mécanismes qu'avec le poids des matériaux utilusées dans la construction.

Après que les dessins ont été approuvés, les acteurs ont commencé à répéter avec des marionnettes factices - c'est-à-dire des marionnettes qui pourraient être manoeuvrées plus ou moins comme les marionnettes définitives - et Plag, ses volontaires et les stagiaires pourraient commen-cer à travailler. Pourtant is ont essayé d'avoir les marionnettes dans les mains des acteurs le plus vite possible, parce que chaque marionnette confectionnée à la main bouge différemment.

Pour Le maître et Marguerite, la réalisation de certaines marionnettes était plus facile que d'autres: l'escorte diabolique de Woland a été surtout composée des jouets modifiés et les marionnettes dans le théâtre des Variétés étaient des dessins unidimensionnels - mais les marionnettes des personnages humains ont dû être créés soigneusement et de façon unique à la main. Les marionnettes à baguettes dans les scènes Pilate de la pièce ont été sculptées en bois et couvertes par du cuir, et alors soigneusement découpées afin de mettre un degré d'élégance à leurs mouvements. Mais les marionnettes les plus complexes à créer pour le spectacle étaient les marionnettes qui ont apparu dans les scènes Moscovites de la pièce.

Bien que leurs corps de mousse ont été essentiellement faits de manière one-size-fits-all pour qu'ils pourraient être utilisées pour n'importe quel personnage, avec des ajustages faits pour le type de corps et la grandeur de la fantoche, chaque tête néoprène a été sculptée à la main en trois couches. Les couches ont été conçues en profil: d'abord une joue, une mâchoire et une douille d'oeil, après le nez et le menton, alors l'autre joue, la mâchoire et l'oeil. Après que les couches ont été terminées, ils étaient mis ensemble et leurs coutures ont été atténuées jusqu'à ce que la tête était une unité cohésive. "Bien que la psychologie nous dise qu'un visage complètelment symétrique est un signe de beauté, cela ne marche pas sur scène avec les marionnettes," disait Plag. Vu de la place de l'audience il est souvent difficile de voir que l'un côté du visage ne correspond pas à l'autre, mais ça fonctionne en effet. "Je fais un côté avec des angles et un côté avec des courbes. Comme cela, si je le tourne de ce côté, l'impres-sion est différente que quand je le tourne de l'autre côté", Plag a expliqué, en manifestant comment le côté courbé du visage donne une image plus féminine à la marionnette tandis que le côté angulaire semble plus masculin et pus dur. "Les gens disent tout le temps qu'ils croient qu'ils voient leurs visages bouger, même qu'ils voient les marionnettes faire des clins d'œil." Cela, elle a continué, est sans doute parce que Mum donnait rarement des yeux à leurs marionnettes, en optant plutôt pour les yeux creux sous un lourd front ce qui cache le regard de la marionnette mais ce qui fait également su'il semble comme si la marionnette regarde vraiment les gens ou les marionnettes avec qui elle parle. "Nous suspendons la réalité, mais nous infusons aussi beaucoup de réalité dans ces marion-nettes."

Les détails ont été ensuite ajoutés à la marionnette: comme elles devraient ressembler à du bois Plag a ajouté un outil au caoutchouc néoprène, de sorte qu'elles ressemblaient à avoir été sculptées à la main. "En Russie, ces poupées auraient été faites à la main à cette époque, avec du bois et un couteau tranchant", disait-elle quand elle expliquait le choix esthétique de Mum pour cette production. Les mains étaient faites de polyuréthane coulé dans des moules en caoutchouc. Traditionnellement ilss sont faits en cuir, en bois ou en terre battue - des "choses vivantes" - mais ce processus permet d'économiser du temps et des efforts et il était plus facile pour les bénévoles pour aider. Puis, les deux mains et la tête étaient montés sur les corps de mousse.

Après l'achèvement de la construction de la marionnette, il ne restait plus qu'à habiller les poupées. Parce que une marionnette ne peut pas vraiment changer de vêtements, ils ont fait des versions différentes de chaque personnage avec des vêtements différents, et les acteurs devaient tout simplement changer les marionnettes au lieu de changer leurs vêtements dans le noir. Tous les costumes étaient cousus sur place, spécialement pour cette production.

Avant que les poupées étaient officiellement terminé, ils ont été restitués aux acteurs pour les répétitions. Ensemble avec le réalisateurs ils ont noté ce qui a fonctionné et ce qui n'a pas fonctionné, et souvent les poupées étaient renvoyées en bas pour le changement. "Parfois, nous sommes encore en plein changement pendant les avant-premières", disait Plag. C'est le prix à payer pour la perfection.