L'usine des trolls du Kremlin

Français > Contexte > Propagande > L'usine des trolls du Kremlin

Parasites

En 1917, quand Vladimir Lénine a prédit que le potentiel de l'industrie cinématographique, qui avait commencé à émerger, serait probablement plus important pour la propagande de l'État que tout autre moyen, l'Internet était encore un rêve lointain. Cent ans plus tard, le Kremlin s'est adapté à l'évolution, et influence l'opinion publique en utilisant des techniques digitaux. Cela se fait par la création et le développement de plateformes comme Spoutnik et ThinkRussia.com. Mais comme les visiteurs de ces forums partagent déjà les idées du régime, le Kremlin a pensé à un moyen d'avoir accès à d'autres lieux virtuels. Ce qui est assez facile à organiser, grâce au développement rapide de la technologie Web 2.0, que nous connaissons surtout des applications interactives de Facebook et son homologue russe Vkontakte.

En effet, à nos jours, vous n'avez pas besoin d'avoir un site web ou un blog à vous pour répandre votre opinion, puisque vous pouvez parasiter sur les efforts déployés par d'autres et diffuser vos messages en masse à travers les blogs, les forums, les bavardoirs et les autres réseaux sociaux existants qui permettent la publication des commentaires par les visiteurs. Et c'est exactement ce que fait le Kremlin en utilisant des trolls internet. Des trolls internet sont des gens qui influencent délibérément les discussions sur les forums, en utilisant de différentes identités cachées. Les internautes peu méfiants pourraient être surpris par les expressions massives de soutien ou même les hagiographies qui sont publiés tous les jours sur les médias sociaux par rapport à Vladimir Poutine. À première vue, l'on pourrait croire que des miliers de Russes prennent spontanément le temps pour louer leur Grand Chef dans le ciel ou qu'ils sont prêts à sacrifier leur vie pour lui. Mais en réalité, il s'agit d'un groupe de 400 hacks bien payés qui travaillant en équipes de 12 heures et qui, en utilisant différentes identités, écrivent ce que l'on leur dit d'écrire. Le plus connu, et probablement le plus important, est Агентство интернет Исследований [Agentsvo Internet Issledovany] ou l'Agence de recherche Internet, situé à Saint-Pétersbourg.


Recherche Internet

En juin 2014, le service de presse BuzzFeed à New York a pu intercepter quelques documents de Агентство Интернет Исследований ou l'Agence de recherche Internet, une société fondée le 26 juillet 2013 à Saint-Pétersbourg par Mikhaïl Kourkine, et géré par son directeur Nikolaï Tchourmakov.

Les documents trouvés par BuzzFeed nous ont appris que l'Agence de recherche Internet est une société des professionnels impliqués dans le trolling dans le but de glorifier l'image de Vladimir Poutine et de parer à toute critique de son régime sur l'Internet. L'homme derrière la société s'appelle Yevgueni Viktorovitch Prigojine (°1961), qui est le propriétaire de la société de restauration Concord, et qui a organisé la fête de la ré-inauguration de Vladimir Poutine comme président en 2012. Pour l'année 2014, Prigojine a obtenu un budget de 10 millions de dollars du Kremlin pour organiser le trolling.


Le ministère de la Vérité

L'immeuble de bureaux moderne de quatre étages à l'oulitsa Savouchkina no. 55 à Saint-Pétersbourg abrite deux entreprises semblables. Outre l'Agence de recherche Internet surmentionnée, il abrite également la Интернет исследования [Internet issledovania] ou Recherche Internet, une société gérée par Mikhaïl Bystrov, un ancien officier de police de Saint-Pétersbourg. Cette deuxième entreprise appartient également au holding Concord de Yevgueni Prigojine.

Dans ce bâtiment, le trolling est organisé dans un cadre professionnel. 400 employés travaillent autour de l'horloge en équipes de 12 heures. Ils travaillent dans des services spécialisés, dont les noms font penser spontanément au Ministère de la Vérité du roman 1984 de George Orwell (1903-1950).

Le premier est la Отдел Специалистов социальных сетей [Otdel Spetsialistov sotsialnikh seteï] ou le Département des spécialistes des réseaux sociaux. Ils publient leurs commentaires sur des réseaux comme Twitter, LiveJournal, Facebook et son homologue russe Vkontakte.

Le Отдел блогеров [Otdel blogerov] ou le Département des blogueurs se concentre sur les blogs des adversaires du régime comme Alekseï Navalni, tandis que le Отдел быстрого реагирования [Otdel bystrogo reagitovania] ou le Département pour les interventions rapides est prêt à répondre aux incidents imprévus imminents.

Le Креативный отдел [Kreativni otdel] ou le Département créatif conçoit les démotivateurs. Ce sont des dessins animés, des photomontages et des graphiques qui sont diffusés rapidement sur Internet. Ils préparent des pages web avec des URL assez compliqués comme http://xn--80acbo6d9a.xn--p1ai/index.php sur lesquels ils mettent des miliers de démotivateurs prêts à être utilisés par les trolls.

Cliquez ici pour regarder quelques démotivateurs des archives des trolls


Pas de travail d'équipe

Le texte ci-dessus aurait pu suggérer un travail d'équipe, mais la réalité est très différente. Comme dans le roman 1984, les employés des différents départements à l'oulitsa Savouchkina no. 55 à Saint-Pétersbourg se rencontrent rarement. C'est un choix délibéré et clairement déterminé dans le Приказ «О разъяснениях дисциплинарного характера» ou le Règlement pour clarifier la discipline. «Des contacts personnels étroits sont expressément interdites dans l'entreprise», dit le règlement. De plus, les trolls ne peuvent pas quitter leurs locaux pendant leurs shifts de 12 heures, et tous les rideaux doivent rester fermées.

Au début de 2015, le blogueur russe Marat Bourkhard a réussi à travailler pendant deux mois à l'oulitsa Savouchkina no. 55. Il a ensuite raconté comment, dans chaque département, les trolls sont divisés en groupes de trois. L'un d'eux joue le злодей [zlodeï] ou le villain. Il commence à critiquer les autorités sur un blog ou dans un réseau. Après cela, les deux autres se mettent à écrire contre lui, à charger des images ou des graphiques satiriques et à applaudir le leadership de Poutine. Ils le font sous des identités différentes. À un moment Ils peuvent se présenter comme une femme au foyer qui est en train de préparer un gâteau dans sa cuisine à Ekaterinbourg, et deux minutes plus tard, ils font semblant d'être un chauffeur de camion coincé dans la circulation quelque part entre Tver et Moscou. Un troll doit poster au moins 135 commentaires par jour, dont 50 sur les sites d'actualité. Ils doivent gérer six comptes différents sur Facebook et envoyer 50 tweets par jour à partir de 10 comptes différents sur Twitter. À l'exception de Twitter, où un message ne peut pas dépasser 144 caractères, chaque poste doit avoir au moins 200 caractères.

Cependant, les trolls ne peuvent pas poster quoi que ce soit. Ils reçoivent des informations très détaillées sur des sujets spécifiques, les hashtags connexes et des liens vers des graphiques et des images. Nous avons pu poser nos mains sur leurs instructions pour la semaine du 28 février au 7 mars 2015. Il s'agit d'un document de 118 pages, préparé le jour après l''assassinat du leader de l'opposition bien connu Boris Iefimovitch Nemtsov (1959-2015). Les thèmes principaux ce jour-là étaient L'opposition, l'Ukraine, VVP (Vladimir Vladimirovitch Poutine), les États-Unis et l'Europe. Pour chaque thème, les trolls reçoivent une description du thème, les nouveaux «faits», les points de vues et les conclusions «correctes», et les hashtags et mots clés connexes. Seulement quand ils sont exposés soudainement, ils réagissent parfois bizarrement. Lorsque votre webmaster a répondu directement à un troll dans une discussion sur la page Facebook du The Moscow Times, le troll a oublié son rôle pour un moment, et a seulement répondu «u fool go to hell», ce qui était beaucoup moins que les 200 caractères qu'il aurait dû écrire.

Cliquez ic pour regarder les Instructions des trolls


Le pognon

Un troll expérimenté est payé environ 40.000 roubles par mois. Ce qui égale 646 euros ou 704 dollars. Pour un occidental, cela ne peut pas sembler beaucoup, mais c'est nettement mieux que les 25.000 roubles - 403 euros ou 440 dollars - d'un journaliste ou rédacteur ordinaire. Les trolls multilingues qui peuvent attaquer des sites étrangers peuvent gagner jusqu'à 65.000 roubles - 1050 euros ou 1144 dollars - voire plus.

Le travail d'un troll nécessite un engagement absolu, parce que le système est assez répressif. Vous devez envoyer 135 massages par jour, et si vous arrivez en retard au travail, vous avez une amende avec une pénalité de 500 roubles, ce qui correspond à 8 euros ou 9 dollars. Cette dernière mesure a déjà mené à quelques vidéos amusantes du genre Monty Python avec des trolls en galop qui essaient d'arriver à l'heure au boulot. Cependant, le travail d'un troll est une affaire sérieuse: les bureaux sont serrés et à peine meublés, l'on n'y peut pas placer de décorations personnelles, et il est interdit de rire dans le lieu de travail. Ceux qui le font risquent d'être licenciés.

Si Boulgakov vivait aujourd'hui, il aurait sans doute décrit quelques trolls à côté des personnages comme Nikanor Ivanovich Bossoï et Aloisius Mogarytch, tandis que Yevgueni Prigojine et Mikhaïl Bystrov défileraient peut-être dans les traces de Baron Meigel au bal de Satan...



Partager cette page |