La musique classique dans l'Union soviétique

Français > Contexte > Musique > Musique classique

Dans les premières années de l'Union soviétique, dans l'ivresse de la révolution et sous l'influence du proletkoult, la musique classique a connu d'abord une vague d'expérimentations, comme des orchestres qui jouaient sans conducteur. Sous Staline, les innovations en termes de contenu et de forme ont été considérablement réduites, et la norme était le classicisme.

Le Союз композиторов СССР [Soïouz kompositorov SSSR] ou l'Union des compositeurs soviétiques a été instauré comme un régulateur. L'Union a été créée en vertu d'une résolution du Parti communiste du 23 avril 1932 pour La restructuration des organismes littéraires et artistiques.

L'Union est devenue une organisation puissante qui avait le contrôle total sur la représentation d'œuvres musicaux, les organisations artistiques, les orchestres, les ensembles, les droits d'auteur, les salles de concert, les éditeurs de musique, les théâtres, la radio et la télévision, les institutions culturelles, les conservatoires et autres institutions, et les magasins de musique. L'Union contrôlait toutes les professions liées à la musique et a négocié la relation entre les compositeurs et le Parti.

L'un des compositeurs les plus célèbres de la période de Staline était sans doute Sergueï Sergueïevitch Prokofiev (1891-1953). Il est surtout connu pour la conte de fée musicale Pierre et le loup, qui est toujours très populaire auprès des enfants dans le monde entier.

D'autres compositeurs influents ont été Dmitri Dmitrievitch Chostakovitch (1906-1975) et Aram Ilich Khatchatourian (1903-1978). Leurs œuvres ont souvent été interdits en raison de leur soi-disant formalisme, ce qui signifie qu'ils ont été composés pour la forme et non au service de l'idéal communiste. Par conséquent, ils se voyaient obligés de composer par exemple des bandes sonores pour le film, ou de se concentrer sur la composition de mélodies pour des массовые песни [massovie pesni] ou chansons de masse sur des paroles des poètes soviétiques officiellement approuvés.

La relation entre l'intelligentsia créatrice, la bureaucratie du parti et l'élite du parti communiste a été complexe, variable et souvent imprévisible, et elle a largement inhibé l'expression artistique dans ce temps. L'opéra Lady Macbeth du district de Mzensk de Dmitri Chostakovitch, par exemple, a eu sa première au Théâtre Mali de Léningrad le 22 janvier 1934. Pendant deux ans, cet opéra a été représenté avec grand succès en Union soviétique. Mais en 1936, les représentations ont été terminées de manière abrupte quand un article anonyme dans la Pravda a critiqué l'œuvre de façon écrasante. L'article était intitulé Chaos au lieu de la musique, et certains l'ont attribué à Joseph Staline lui-même. Sepuis lors, les dirigents de l'Union soviétique et de l'Union des compositeurs soviétiques ont condamné l'œuvre comme trop moderne et décadent.

En 1946, Andreï Aleksandrovitch Jdanov (1896-1948), l'un des principaux membres du Politburo, a promulgué la doctrine Jdanov. Cette doctrine proclama que le monde était divisé en deux camps, une partie impérialiste menée par les Etats-Unis d'Amérique et une partie démocratique, dirigée par l'Union soviétique. Chaque pays devrait choisir son camp, la doctrine de la neutralité étant impossible. La doctrine Jdanov est rapidement devenue une politique culturelle qui exigeait que les artistes, musiciens et écrivains ont dû travailler selon les idées du Parti communiste de l'Union soviétique.

En 1948, Jdanov a écrit une deuxième résolution spécifiquement axé sur les compositeurs. L'Union des compositeurs soviétiques a organisé une conférence spéciale où de nombreux compositeurs ont été accusés de la décadence bourgeoise et du modernisme, et ils ont été exhortés à se repentir publiquement. Entre autres Khatchatourian s'est senti obligé de s'excuser dans le magazine Sovietskaïa Mouzika, ce qui a pu empêcher pire. Cependant, ces allégations lui ont profondément touché: après la mort de Staline, il a commencé à critiquer ouvertement le paternalisme bureaucratique qui, à son opinion, a dégradé le processus de création artistique au niveau de la décision administrative.

Bien que les autorités sont devenues moins sévères après la mort de Staline, les œuvres présumés avant-gardistes ou occidentaux ont toujours été regardés avec le soupçon nécessaire. Un compositeur comme Alfred Garrievitch Schnittke (1934-1998), par exemple, a vu interdire plusieurs de ses œuvres et n'a pas été autorisé à aller à l'étranger. Pour gagner sa vie, il a composé plus de 70 bandes sonores de films. En 1990, après la chute de l'Union soviétique, il s'est installé à Hambourg. Une de ses dernières créations avant sa mort était la bande sonore du film Master i Margarita de Iouri Kara en 1994.

Cliquez ici pour lire plus sur Alfred Schnittke

Audio

    Sergueï Prokofiev - Pierre et le loup (fragment)



Partager cette page |