Les bardes russes

Français > Contexte > Musique > Les bardes russes

Le mouvement des compositeurs-interprêtes ou des bardes russes dans l'Union soviétique est basé sur la tradition des авторские песни (avtorskie pesni) ou les chansons d'auteur, originaires de la fin du 19ème siècle. Les auteurs de ces chansons, dont la musique était subordonnée au texte, ont interprêté leurs propres œuvres, souvent en s'accompagnant à la guitare russe qui, contrairement à la plupart des autres guitares, a sept cordes.

Les chansons des bardes n'avaient pas d'intentions commerciales. Elles ne devraient pas nécessairement être vendues, mais chantées. Par conséquent, et aussi à cause des paroles bizarres qui, souvent, ont été une épine dans le flanc du régime soviétique, les chansons des bardes de la période soviétique ont rarement été enregistrées et distribuées par Melodia. Avec leur mélodie simple et seulement accompagnées par une guitare acoustique, elles ont généralement été reprises par des amateurs qui les ont passées à d'autres amateurs. Souvent elles ont été dispersées par le réseau clandestin du magnitizdat. De cette façon, les chabsons des bardes connus comme Boulat Okoudjava (1924-1997), le poète de l'Arbat, et Vladimir Vysotski (1938-1980) sont devenues célèbres à travers de l'Union et au-delà.

Vysotski était immensément populaire, il a été accepté comme un acteur par les autorités soviétiques, mais pas comme un chanteur ou poète. À propos de ses chansons, il dit: "Elles étaient des impressions en vers, enfermées dans un motif rythmique J'ai pris ma guitare, j'ai commencé à gratter un peu et puis il y avait quelque chose comme une chanson. Ce n'étaient pas vraiment des chansons. À mon sentiment, c'étaient plutôt des poèmes qu'il faut déclamer avec un accompagnement instrumental. En bref, c'était de la poésie rythmique. "

Les chants touristiques

Beaucoup de bardes sont devenus célèbres avec leurs туристической песни (touristitcheskoï pesni) ou chants touristiques. C'étaient des éloges de la liberté que beaucoup de jeunes ont expérimenté lorsqu'ils campaient en dehors de la ville pour faire la pêche, faire des escalades dans les montagnes ou naviguer sur les rivières. Avec ce genre d'activités, ils ont pu retrouver des valeurs comme le courage, l'amitié, la confiance, la coopération et le soutien mutuel qu'ils ne pouvaient plus trouver dans la vie quotidienne soviétique.

Les chants touristiques étaient généralement tolérés par les autorités. Ils ont été officiellement nommés самодеятельной песни (samedeïatelnoï pesni) ou des chansons faites à la maison. Ce terme a été utilisé dans le cadre de la politique typique de la художественная самодеятельность (khoudojestvennaïa samodeïatelnost) ou l'art amateur. C'était une activité de loisirs, souvent subventionnée, qui a été fort généralisée. Presque chaque entreprise, coopérative ou collective agricole avait un Palais de la Culture, ou du moins une Maison de la Culture qui était destinée à l'art amateur et aux loisirs. Dans Le Maître et Marguerite, Boulgakov a parodié ces activités dans le chapitre 17, quand les employés de l'annexe de la Commission des spectacles dans la rue Vagankov ont chanté Славное море, священный Байкал (Slavnoïe morie, sviachtchenni Baïkal) ou Mer sacrée, glorieux Baïkal.

Dans certaines universités il y avait un Клуб самодеятельной песни (Kloub samodeïatelnoï pesni) ou Club pour les chansons d'amateurs, qui était essentiellement un club pour les chansons bardes et qui opérait en dehors de la politique générale de l'URSS en matière des arts amateurs.

Cjansons politiques

Encore plus loin de cette politique générale étaient situés les bardes qui étaient connus pour leur политические песни ( polititcheskie pesni) ou chansons politiques. Ce genre pourrait inclure des chansons carrément politiques, mais aussi de la satire pure. Boulat Okoudjava et Vladimir Vysotski ont fait de telles chansons, bien que ce dernier a ensuite évolué dans une direction plus acceptée.

Un autre barde célèbre, Aleksandr Galitch (1918-1977), a été forcé par le régime d'émigrer à cause de ses chansons politiques. Son vrai nom était Aleksandr Arkadievitch Ginzbourg, et chacun qui possédait une cassette de ses chansons pouvait être poursuivi. Il a été arrêté par le KGB et en 1974 il a émigre. Il alla d'abord en Norvège, puis en l'Allemagne pour finir à Paris.

Les chansons politiques qui dénoncaient le capitalisme et le fascisme, comme, par exemple, les chansons de l'auteur de théâtre allemand Bertolt Brecht (1898-1956) ont été autorisés, et ont aussi été reprises par les bardes.

Chansons russes

Un troisième genre qui fut souvent pratiqué par les bardes était la блатная песня (blatnaïa pesnia) ou, littéralement traduit, la chanson grivoise. En anglais, ce genre est souvent appelé outlaw song ou chanson de pirates. En russe les termes шансон (chanson) et Русский шансон (Rousski chanson) sont souvent utilisés.

Le genre date du début du 20ème siècle, avant l'établissement de l'Union soviétique. Les chansons glorifiaient la vie en dehors de la loi et voulaient rompre avec les structures et les règles de la vieille société russe. Dans les années '30, des nouvelles chansons ont émergé dans les camps du Goulag, sur des personnes innocentes qui ont été envoyés aux camps de travail. Pendant la période de dégel politique sous Nikita Khrouchtchev, beaucoup de ces prisonniers ont été libérés. Ils ont pris leurs chansons avec eux et des bardes comme Aleksandr Gorodnitski (°1933) les ont découverts et ils ont commencé à les chanter. Cela a donné au terme chanson russe un sens plus large comme un symbole de la lutte contre l'oppression.

Un artiste bien connu des chansons grivoises est Aleksandr Rozenbaum (°1951). Inspiré par l'œuvre de l'auteur russe Isaak Babel (1894-1940), il a écrit de nombreuses chansons humoristiques sur la mafia juive d'Odessa. En 1983, Rozenbaum a enregistré une chanson sur le thème du Maître et Marguerite. Et en 2009 il a chanté le rôle du docteur Stravinski dans l'opéra Master i Margarita du compositeur Aleksandr Gradski.

Cliquez ici pour lire la page sur Aleksandr Rozenbaum

Certains bardes ont trouvé leur chemin dans le circuit officiel. La chanson Aleksandra du couple Sergueï Nikitine (°1944) et Tatiana Nikitina °1945), par exemple, est devenu immensément populaire par le film Moscou ne croit pas aux larmes, avec lequel le réalisateur Vladimir Menchov (° 1939) a gagné l'Oscar du meilleur film en langue étrangère 1981.

Klik hier om een video clip van Aleksandra te bekijken


Le maître et Marguerite chez les bardes

Même aujourd'hui, la tradition des bardes est continué est Russie. En effet, beaucoup des bardes russes modernes ont fait des chansons sur Le Maître et Marguerite. Vous pouvez trouver un aperçu dans notre section Musique inspirée par le roman.

Cliquez ici pour lire plus sur Le maître et Marguerite chez les bardes

Audio

    Boulat Okoudjava - Tchorni kot

    Vladimir Vysotski - Ballada o lioubi

    Sergueï et Tatiana Nikitine - Aleksandra



Partager cette page |