Les noms russes

Français > Contexte > Contexte social > Les noms russes

«Не верьте слезам женщины, Алексей Федорович» - «N'ayez pas de confiance des larmes d'une femme, Aleksei Fiodorovitch» est une déclaration réputée de l'oeuvre de Dostoïevski. Je ne le cite pas pour lancer une discussion sur la véracité du message - j'ai trois soeurs, je n'oserais pas. Mais je le fais à cause de la formule de politesse qui est utilisée. C'est un extrait d'une conversation entre Ivan Fiodorovitch et Alekseï Fiodorovitch. Deux frères, clairement. Pourtant... leur nom de famille n'est pas Fiodorovitch, mais Karamazov. Fiodorovitch est leur отчество [otchestvo] ou patronyme, parce que leur père s'appelait Fiodor.

Dans la culture russe le nom complet d'une personne se compose d'une имя (imïa), un prénom, un отчество (otchestvo), un nom du père ou patronyme et une фамилия (familia), un nom de famille.

Le prénom est donné par les parents à la naissance et trouve son origine dans le Christianisme ou dans la tradition russe, quelquefois dans le Judaïsme. Des exemples du premier sont Ivan, Maria ou Constantin, les exemples du deuxième sont Oleg, Igor et Olga. Des prénoms juifs populaires sont Anna, Mikhaïl, Lev et David. Dans l'ère soviétique de nouveaux noms étaient quelquefois inventés pour montrer la loyauté des parents au parti. Stalina ou Lenina, par exemple. Ou Vladlena, venant de Vladimir Ilitch Lénine.

L'utilisation du nom du père ou le patronyme date du Moyen Age. C'était un des premiers moyens de distinguer une personne de l'autre. On était appelé «prénom, fils de...» ou «prénom, fille de...».

On peut supposer que le patronyme est juste le génitif du nom du père, mais les règles ne sont pas si simples que ça. Le nom du père d'un homme finit souvent sur -ev,-ov, ou -vitch, bien que cette dernière forme soit réservée pour la classe supérieure du 16ème au 17ème siècle à Moscou. Pour les femmes était généralement ajouté un -a. Par exemple: Alekseï Ivanov ou Alekseï Ivanovitch est Alekseï, le «fils d'Ivan». Et Olga Ivanova est Olga, la «fille d'Ivan».

C'est encore toujours une pratique commune, surtout dans la formule de politesse, d'appeler quelqu'un par le prénom et le patronyme en russe. «Здравствуйте, Владимир Иванович», signifie «Bonjour, Vladimir Ivanovitch», avec le verbe dans la deuxième personne en pluriel, comme la forme polie française «vous».

Le nom de famille a été utilisé plus tard, quand les registres et les archives officiels ont été introduits, surtout après le recensement de 1897. Le nom de famille a été introduit pour indiquer une plus longue descendance. Parce que, si l'Alekseï Ivanov susmentionné avait un fils appelé Igor, on n'appellerait pas cet Igor Igor Ivanov, mais Igor Alekseïev ou Igor Alekseïevitch, «le fils d'Alekseï», sans lien vers l'ascendance d'Alekseï. Donc les noms de famille ont commencé à être utilisés, mais le patronyme n'a pas disparu. Si Alekseï Ivanov avait deux fils, Igor et Vasili, on les appellerait, par leur nom complèt, Igor Alekseïevitch Ivanov et Vasili Alekseïevitch Ivanov. Et s'il avait une fille appelée Elena, elle serait Elena Alekseïeva Ivanova.

Un nom de famille russe trouve souvent son origine dans un patronyme, mais pourrait aussi venir d'un surnom dénaturé, en indiquant une profession, ou un toponyme (le nom d'un lieu). Mais cela n'est pas différent dans d'autres langues. Le nom Claessens est un vieux patronyme et l'origine des noms comme Lemenuisier et Beaulieu est aussi facile à découvrir.

Les noms de famille de femmes sont toujours traités d'une façon assez conservatrice et paternaliste dans la Russie d'aujourd'hui. Autre qu'en Belgique, une femme russe change de nom quand elle se marie, bien que ce ne soit pas une obligation juridique. Selon la loi les époux peuvent, comme en Belgique, utiliser le nom du partenaire, mais ils ne sont pas obligés à le faire et les femmes russes adopteront généralement le nom de leur mari, avec un -a ajouté à la fin.

Je ne connais pas d'exemple d'un homme qui aurait adopté le nom de sa femme. Franchement, ce n'est pas la pratique commune ici non plus, évidemment, mais la tradition du mâle chauvin est plus invétérée en Russie qu'ici. On peut l'entendre encore dans les vieux proverbes comme: «un poulet n'est pas un oiseau et une femme n'est pas une personne», ou dans les vannes comme «Je croyais avoir vu deux personnes, mais c'était juste un homme et sa femme».

Pour terminer, une caractéristique spéciale des noms russes est l'utilisation d'une grande variété de prénoms dérivés, qui peuvent exprimer toutes sortes d'émotions. Maria sera appelée Maria par les personnes inconnues ou dans les relations formelles, mais les amis l'appelleront Macha, ou Machenka quand ils l'aiment vraiment. Plus intime encore sont Machunechka, Maroucha ou Machounïa. Machka est assez impoli, mais peut être utilisé dans la famille ou par les adultes vers les enfants. Pour les amis intimes : cet article est signé Яанушка (Ianouchka).

Plus de noms étranges



Partager cette page |