L'athéisme officiel

Français > Contexte > Contexte historique > L'athéisme officiel

L'athéisme officiel

Avant la Révolution, l'église et l'état ont été intimement raccordés. D'une part, l'Orthodoxie russe était la religion publique officielle, mais de l'autre part, l'église était aussi soumise à beaucoup de restrictions par le gouvernement. Cependant, l'Église avait beaucoup de pouvoir et richesse, ce qui voulait dire que c'était une bonne cible pour les bolcheviks tant comme un symbole du vieux régime que comme une source de revenus. Comme une philosophie, l'idéologie bolcheviste venait de la tradition de Marx et du matérialisme du 19ème siècle, qui considérait la religion comme «opium des masses.» Il y avait donc des raisons philosophiques pour le nouvel état pour être opposé à la religion. La combinaison de ces facteurs s'est avérée extrêmement dangereuse pour l'église. La confiscation des propriétés de l'église a causé des conflits et même l'arrestation du Patriarche en 1922. Certaines propriétés ont été saisies sous prétexte de la lutte contre la famine; comme cela l'état a gagné financièrement, pendant que l'église serait déshonorée en cas de résistance.

Un décret de 1929 a stipulé que chaque association religieuse devraitt être enregistrée auprès des autorités séculaires, qui pourraient exiger le contrôle. Dans la même année le gouvernement a changé la constitution pour garantir la liberté de vénération (au lieu de la liberté de religion) et pour permettre seulement la propagande antireligieuse. La propagande religieuse était inconstitutionnelle dans l'Union soviétique. Les bâtiments de l'église étaient détruits ou convertis en magasins ou stables. La plupart des églises anciennes à Moscou étaient toujours des studios de films, des magasins ou des ateliers dans les années 1980. La plus grande église à Moscou, l'Église de Christ le Sauveur, a été dynamitée en 1931 pour faire de la place pour un Palais des Soviets mégalomane. Quand le projet ambitieux ne pouvait pas être réalisé, une piscine a été construite où la fondation aurait du venir. Après 1991, le gouvernement de Moscou a commencé à reconstruire l'église.

La propagande antireligieuse officielle était souvent plus subtile, ou au moins plus littéraire. Deux journaux se consacraient à une telle propagande: Безбожнык [Bezbojnik] ou Impie et Атеист [Ateist] ou l'Athée. Ils contenaient des articles écrits par des personnages littéraires aussi bien que par des érudits. Boulgakov les a étudiés avant d'écrire Le Maître et Marguerite.

Безбожнык (Bezbojnik) ou Impie a été fondé et publié par Iemelian Mi-khailovitch Iaroslavski (1878-1943), qui était le président du Союз во-инствующих безбожников (Soiouz voinstvouiouchtchikh bezbojnikov) ou l'Union de l'Impie militant. Son livre Библия для верующих и неверую-щих (Biblia dlia veoruiouchtchikh i neverouiouchtchikh) ou la Bible pour les croyants et les incroyants était un oeuvre antireligieux populaire, il a été ré-imprimé une douzaine de fois depuis sa première publication dans le jour-nal l'Athée en 1922. Vous pouvez télécharger la version russe complète de ce livre sur le site Internet de Специальная литература (Spetsialnaïa lite-ratoura) ou la Littérature Spéciale pour 1,25 dollars.

Lien vers le site web de Littérature Spéciale


De Iaroslavski vient le slogan que «la lutte pour le socialisme est la lutte contre la religion».

Un autre exemple célèbre était la poésie iconoclaste de Demyan Bedny (1883-1945), le pseudonyme d'Efim Alexandrovitch Pridvorov. Dans son journal, Boulgakov a écrit avec indignation qu'il le considérait comme un maudit. Il est possible que le concept original du roman de Boulgakov soit né comme une réaction contre cette propagande brutale.



Partager cette page |