Azazello

Français > Personnages > Personnages diaboliques > Azazello

Contexte

Azazello était un homme de petite taille mais ses épaules étaient extraordinairement larges. Une canine saillait de sa bouche.

Sa fonction principale dans le roman est la violence. Il jette Poplavski des escaliers, il envoie Likhodeïev à Yalta et il tue le baron Meigel. Mais il peut être charmant aussi, car c'est lui qui invite Marguerite à rencontrer Woland, lui offrant l'onguent par lequel elle se transformera en sorcière.

Après le bal de Satan, quand Woland jouit d’un dîner convivial avec son escorte dans l'appartement, il présente un truc stupéfiant avec un fusil automatique, un oreiller et sept de pique. «Je ne voudrais pas me trouver en face de vous quand vous avez un revolver entre les mains», disait Marguerite, et elle regardait Azazello en minaudant. Parce qu’elle avait toujours été passionnément attirée par les gens qui étaient capables d’accomplir des actions de premier ordre. «Précieuse reine», piaillait Koroviev, «je ne recommande à personne de se trouver en face de lui, même s’il n’a pas de revolver entre les mains! Je vous donne ma parole d’ancien chantre et chef de chœur que personne ne ferait de compliment à celui qui s’y risquerait.»


Prototype

Boulgakov ajoute une fin italienne au nom hébreu עֲזָאזֵל [Azazel]. Dans diverses tendances et écrits religieux, le nom Azazel est synonyme de Satan. Dans les archives de Boulgakov l'on a trouvé le livre Azazel et Dionysus, qui a été écrit en 1924 par le réalisateur, dramaturge, historien, philosophe et psychologue Nikolaï Nikolaïevitch Evreïnov (1879-1953). Nous n'avons pas pu consulter le texte de ce livre, nous ne savons donc pas quelle influence cela aurait pu avoir sur le personnage d'Azazello dans Le maître et Marguerite.

En tout cas, selon les anciennes traditions bibliques, Azazel était l'un des anges les plus puissants et les plus brillants du ciel à l'origine. Mais quand Dieu créa l'homme, Azazel se rebella et refusa de s'incliner devant Adam, le premier homme. «Pourquoi Dieu créerait-il un homme qui répandrait le sang et la confusion alors que les anges se prosterneraient devant lui et chanteraient sa gloire jour et nuit?» En réponse à cette rébellion, Azazel et beaucoup d'autres anges furent chassés du ciel et les anges déchus ou les démons sont apparus.

Cette punition, cependant, n'a pas mis fin à la rébellion d'Azazel. Selon le livre apocryphe d'Enoch, il devint le chef des grigori, un groupe d'anges déchus qui avaient des relations avec des femmes mortelles, donnant naissance à une race de géants, connus sous le nom de Nephilim. Selon Enoch:8, Azazel était le grigori qui enseignait aux gens à fabriquer des armes et des bijoux, et les femmes apprenaient aussi de lui «l'art du péché» de «peindre leurs visages». Pas étonnant que c'était lui qui a offert l'onguent qui rend Marguerite plus jeune. Son enseignement a créé tellement d'injustice que Dieu a décidé de détruire toute vie sur terre dans le déluge de Noé.

Azazel est également à l'origine du mot bouc émissaire. Dans l'Ancien Testament, nous pouvons lire dans Lévitique:16 que, le jour de Yom Kippour ou le Jour du Grand Pardon, le Grand prêtre prendra un bélier et deux boucs pour l'holocauste. Le bélier est pour la sanctification du prêtre lui-même. L'un des boucs est conçu comme un sacrifice pour Dieu. Sur la tête de l'autre animal, le Grand prêtre devait poser ses mains pour le charger des péchés du peuple. Alors le «bouc émissaire» est relâché et envoyé dans le désert, à עֲזָאזֵל [Azazel]: «Et le bouc sur lequel est tombé le sort pour Azazel sera placé vivant devant l'Eternel, afin qu'il serve à faire l'expiation et qu'il soit lâché dans le désert pour Azazel».

En hébreu moderne, l'expression «aller à azazel» signifie autant que «tomber mort». Les objets qui «sont allés à azazel» sont fauchés et irréparables. Et le temps, l'argent ou les efforts qui «sont allés à Azazel» sont perdus pour toujours. En bref, azazel est toujours une destination négative.


Azazello Woland et Fiello

Dans les versions successives du Maître et Marguerite, les personnages démoniaques ont subi un certain nombre de changements de nom. Le magicien étranger, que nous connaissons maintenant comme le Professeur Woland, s'appelait Azazello Woland en 1929. Le personnage que nous connaissons maintenant sous le nom d'Azazello s'appelait alors Фиелло [Fiello], et était décrit comme une sorte de bouffon avec «une petite silhouette, estropiée et complètement recouverte de cloches». Dans le livre Boulgakov déchiffré. Les secrets du Maître et Marguerite de 2010, l'expert de Boulgakov Boris Vadimovitch Sokolov (°1957) soutient l'idée que le nom Fiello serait dérivé du mot latin filius ou fils. Cela pourrait faire de lui l'équivalent diabolique parodique du fils de l'homme Jésus de Nazareth.

En 1934, Boulgakov a donné aux personnages démoniaques leurs noms définitifs. Fiello est devenu Azazello et Azazello Woland est devenu juste Woland.


Transformation

Quand les démons sont transformés de nouveau à leur forme originale les absurdes et horribles chicots jaunes d’Azazello avaient complètement disparu, et son œil borgne s’était révélé faux. Les deux yeux d’Azazello étaient identiques - vides et noirs -, et son visage était blanc et glacé. Azazello avait maintenant son aspect authentique, son aspect de démon des déserts arides, de démon-tueur.



Partager cette page |