Les invités au bal

Français > Personnages > Personnages diaboliques > Les invités au bal

Tous les invités au bal de Satan ont quelques caractéristiques communes. Ils sont tous morts, évidemment et, à l'exception des musiciens, ils ont tous fait quelque chose qui leur a fait aller en enfer - ou qui aurait pu leur faire aller en enfer. L'avantage de leur mort consiste en ce que Boulgakov ne devait pas déguiser leurs noms. Voici une sélection. Au personnage de Frieda j'ai consacrée une page entière parce que, autre que les autres invités au bal, elle reviendra dans le roman plus tard.

Johann Strauss

Le «roi de la valse» est, évidemment, le compositeur viennois Johann Strauss jr. (1825-1899). Son père, Johann Strauss sr. (1804-1849), était déjà réputé lui-même comme le compositeur du Radetzky Marsch. Mais son fils Johann ou Schani deviendrait rapidement plus réputé avec ses valses inoubliables comme An der schönen blauen Donau, le Kaiserwalzer et Wiener Blut, et avec les operettes Die Fledermaus et Der Zigeunerbaron. Dans le temps de Johann Strauss jr. la valse viennoise n'était pas joué dans les théâtres ou les salles de concert comme c'est l'habitude aujourd'hui, mais surtout dans les salles de danse, aux réceptions ou à d'autres événements plus mondains.

Henri Vieuxtemps

Vieuxtemps est Henri Vieuxtemps (1820-1881), un violoniste virtuose belge de Verviers. À l'âge de dix ans il a fait ses débuts à Paris, où il a été introduit par un violoniste virtuose de ma ville natale Leuven, Charles Auguste de Bériot (1802-1870). Il a fait des tournées de concerts dans le monde entier, il a enseigné au conservatoire de Bruxelles et pour quelque temps, de 1846 à 1851, aussi au conservatoire de Saint-Petersbourg, où il était le premier violoniste de la cour impériale et du Théâtre Royal. Il a eu beaucoup de succès avec ses propres compositions aussi, parmi lesquelles 7 concertos, de la musique de chambre et des compositions pour violon et piano. C'était une pratique commune dans ce temps pour engager des musiciens de partout dans le monde pour jouer aux réceptions importantes comme ceux à la Maison Spaso.

Monsieur Jacques

Monsieur Jacques est Jacques Cœur (1395-1456), un négociant français riche qui est devenu surintendant de finances de Charles VII (1403-1461). Il a accordé des prêts importants au roi pour financer ses guerres. Au début de sa carrière il n'a pas eu beaucoup de chance parce que, avant d'avoir réussi, il a été associé à un falsificateur. Et plus tard il a été accusé d'avoir essayé d'empoisonner Agnes Sorel (1422-1450), la maîtresse du roi.

Il a été condamné à mort, ce qui a plus tard était changé dans un bannissement pour la vie et une peine pécuniaire. Ses propriétés ont été confisquées pour que le roi ne devait pas rembourser son prêt. Plus tard Louis XI a réhabilité Jacques Cœur à titre posthume. Dans Le maître et Marguerite, Koroviev l'a appelé «coupable de haute trahison, mais fort estimable alchimiste», mais en fait il ne l'était pas. Il a construit un château magnifique à Bourges, sa commune natale.

Comte Robert

Le comte Robert, «l'amant d'une reine» selon Koroviev, est Robert Dudley (1532-1588), le compte de Leicester et un ami d'enfance de la reine britannique Elisabeth I (1533-1603). Il était le cinquième de treize enfants. Son épouse, Amy Robsart (1534-1560), est morte dans les circonstances mystérieuses, mais pas, comme suggéré par Boulgakov, à cause d'un empoisonnement. En réalité elle était tombée de l'escalier.

Il y a eu beaucoup de rumeurs d'une liaison entre Dudley et la reine. Beaucoup ont cru que Dudley avait tué sa femme pour se marier avec Elisabeth. Assez ironiquement, la mort d'Amy a rendu un mariage impossible parce qu'Elisabeth était fortement sous l'influence de l'opinion publique. Elle a mis le comte Robert à a tête de l'armée - il a dû vaincre l'Armada espagnole - mais il est mort peu après.

Madame Tofana

Dans le Энциклопедический словарь Брокгауза и Ефрона [Entsiklopeditcheski slovar Brokgauza i Yefrona] ou Le Dictionnaire Encyclopédique Brockhaus et Efron, Bulgakov a trouvé lz nom de Madame Tofana ou Teofania di Adamo (1653-?) sous le lemme Аква Тофана [Akva Tophana]. Elle était l'une «dynastie» d'empoisonneurs du 17ème siècle. Le poison portant son nom, l'aqua tofana, contenait vraisemblablement de l'arsenic et de la solanacée mortelle, aussi appelée Belladone et une des plantes les plus toxiques trouvées dans l'hémisphère Occidental. Des enfants ont été empoisonnés en mangeant pas plus que trois baies. Aqua tofana est un liquide incolore et insipide, c'est pourquoi c'était un moyen idéal pour tuer des membres de famille ou des époux.

Nous ne savons pas beaucoup de la première Teofania, Teofania di Palermo, a été exécutée pour de différents empoisonnements.

La deuxième Tofana, Teofania di Adamo (1653-?), était de Naples et aurait reçu la recette de la première Tofana. Elle aurait été conduite par la miandrie et aurait vendu le poison aussi, dans des bouteilles avec le portrait de Saint-Nicolas, d'où le nom commercial Manna di San Nicola. Son poison aurait tué au moins 600 personnes. Elle a été torturée en public et exécutée.

La troisième Tofana, Giulia Tofana, a opéré à Rome et aurait été la soeur ou la fille de la deuxième. Elle aurait été condamnée à mort et exécutée au Campo di Fiore.

La marquise

La marquise est Marie-Madeleine Dreux d'Aubray (1630-1676), marquise de Brinvilliers, une empoisonneuse notoire qui, avec l'aide de son amant, le capitaine militaire Jean Baptiste Godin de Sainte-Croix (?-1672), a tué son père, son frère et ses deux soeurs dans le but de s'approprier leur part d'héritage. Elle aurait utilisé la notoire aqua tofana pour cela. Il y a des rumeurs qu'elle a aussi tué des pauvres qu'elle visitait souvent aux hôpitaux. Elle a été condamnée à la torture d'eau. Ell a du boire seize pintes d'eau par la contrainte, ce qui était suivi par la décapitation et la crémation.

Madame Minkina

Madame Minkina, ou Anastasia Fiodorovna Minkina (1782-1825), était la domestique et la maîtresse du comte Aleksei Araksheïev (1769-1854), le conseiller militaire du tsar Alexandre I (1777-1825). Elle était une femme extraordinairement cruelle et pernicieuse - un jour elle a brûlé, aveuglé par la jalousie, le visage d'une bonne avec le fer à friser. Son propre personnel s'est révolté contre elle et l'a tuée en 1825. Aleksei Araksheïev lui-même avait peu à apprendre de sa maîtresse. Les femmes des fermiers sur son comté Grouzino près de Novgorod étaient obligées à donner naissance à au moins un enfant par an et parce qu'il était fou du chant des rossignols il a faire pendre tous les chats sur son territoire.

L'empereur Rodolphe

L’empereur Rodolphe ou Rodolphe II de Habsbourg (1552-1612), l'empereur allemand et fils de Maximilien II (1527-1576), a vécu à Prague et il était le patron de Tycho Brahe (1546-1601) et Johann Kepler (1571-1630). En 1572, Brahe a découvert une nouvelle étoile dans la constellation Cassiopeia. Il a décrit cet événement dans son livre Stella Nova. Plus tard il est devenu célèbre parce que cette étoile avait l'air d'être une supernova. Il a prouvé que l'atmosphère des étoiles comme il a été décrit par Aristote (384 BC-322 BC) n'était pas constant. Johann Kepler était un assistant de Tycho Brahe. Il est devenu connu pour son élaboration des lois des mouvements des planètes.Plus tard, Isaac Newton (1643-1727) utiliserait ses découvertes pour le développement de sa loi de gravité.

Une couturière de Moscou

La couturière de Moscou est Zoïa Denisovna Pelts, l'héroïne de la pièce de théâtre de Boulgakov L'Appartement de Zoïka. Zoïa a géré un bordel déguisé comme une boutique de couturière. Ses filles étaient soi-disant modèles et elle a été obsédés par le désir de déménager de l'Union soviétique à Paris.

Plusieurs prototypes ont été suggérés pour le personnage de Zoïa. La première aurait été une certaine Adèle Adolfovna Trostianskaïa qui avait vraiment un bordel déguisé en boutique. Boulgakov avait lu un article sur son procès dans le journal Krasnaïa Gazeta en octobre 1924. Plus tard, il aurait aussi lu un article dans le même journal sur une certaine Zoïa Bouïalskaïa qui a été arrêté parce qu'elle avait un bordel déguisé en un atelier de couture. Enfin, il y a Zoïa Petrovna Jatova, qui a été arrêté au printemps de 1921 à Moscou, car elle avait un restaurant clandestin. Parmi les clients qui ont été arrêtés avec elle étaient les poètes Anatoli Borissovitch Marienhof (1897-1962) et Sergueï Alexandrovitch Essenine (1895-1925), le mari de la danseuse américaine Isadora Duncan (1877-1927).

Zoïa Jatova avait son entreprise dans l'appartement no. 38 de Bolchaïa Sadovaïa no. 10, où elle a séjourné pendant un certain temps. Cet appartement appartenait à l'artiste avant-garde arménien-russe Georgi Bogdanovitch Yakoulov (1848-1928). Pour la description des caractéristiques physiques de sa Zoïa, Boulgakov avait été inspiré la femme de Yakoulov, Natalia Youlevna Chiff.

Gaïus César Caligula

Caligula est le surnom de Gaïus César (12BC-41). Il était le fils de Germanicus (15BC-19) et Agrippine l'Aînée (14BC-33), et il a succédé à Tiberius (42BC-37) comme l'empereur de Rome. Les gens l'ont appelé un malade mental, parce qu'il a mis Rome par beaucoup de brutalités tyranniques et il a été finalement tué. Caligula a été élevé dans un camp militaire. Il était populaire parmi les soldats et c'est là qu'il a eu son surnom Caligula, dérivé du mot latin caligae (bottes de soldats). Dans son temps personne n'a utilisé ce surnom, il est devenu seulement populaire parce que les historiens l'ont utilisé tout le temps.

Messaline

Messaline est Valeria Messalina (15BC-48), la troisième femme de l'empereur romain Claude (10BC-54), le successeur de Caligula. Elle était la fille de Domitia Longina (10BC-54) et de Valerius Messalla Barbatus (11BC-21). Elle était d'une famille romaine respectable, mais elle était connue pour son immoralité. Elle aurait une fois défiée par une prostituée romaine notoire, Scylla, à une compétition sexuelle. Scylla a renoncé après 25 hommes, mais Messaline a persisté jusqu'à l'aurore. Finalement elle a été exécutée parce que Claude avait entendu dire qu'elle avait organisé une conspiration contre lui. Plus tard, sa fille Claudia Octavia (39-62) deviendrait la première femme d'empereur Néron (37-68).

Maliouta Skouratov

Maliouta Skouratov avec «sa véritable barbe de feu» est le surnom du noble russe et personnage historique notoire Grigori Loukianovitch Skouratov-Belsky (?-1573), le bras droit de Иван Грозный [Ivan Grozni] ou Ivan le Terrible (1530-1584), le premier tsar russe. Le tsar Ivan avait proclamé la soi-disant опричнина [opritchina], une politique de l'État avec, entre autres, l'établissement d'une police secrète. Skouratow était le chef des oprichniks, un corps spécial qui a terrorisé le pays avec des incendies volontaires, des pillages et des meurtres. Avec ses propres mains il a étranglé l'archevêque Orthodoxe Philippe II (1507-1569).

Les deux derniers invités

Les deux derniers invités ne sont pas identifiés par leur nom dans le roman. Mais du dialogue entre Marguerite et Koroviev nous apprenons qu'il s'agit du Commissaire du Peuple d'Affaires étrangères - et chef de la police secrète NKVD - Guenrikh Grigoriévitch Yagoda (1891-1938) et son secrétaire Pavel Pavlovitch Boulanov (1895-1938). Tous les deux sont tombés en disgrâce et ils ont été accusés d'avoir saupoudré les murs du bureau de Nikolaï Ivanovitch Yejov (1936-1938), le successeur de Yagoda, avec du poison. En 1938 ils ont été condamnés pour être fusillé pendant un procès de spectacle qui est devenu très réputé (pour lequel ils avaient été des interrogateurs eux-mêmes au début). Yagoda était un joueur notoire et un coureur de jupons.

Toutefois, le réalisateur Iouri Kara (°1954) présente une vision différente sur les deux derniers invirés. Dans son film Master i Margarita de 1994, il montre Adolf Hitler (1889-1945) et Joseph Staline (1887-1953), qui font leurs débuts à Marguerite. Selon Kara, Boulgakov a pensé à eux quand il a écrit: «Les deux derniers invités montaient l’escalier». Mais il n'aurait pas pu relever les noms de ces deux dictateurs parce que, quand il a écrit le roman, ils étaient encore en vie.

Votre webmaster a sous-titré ce film en français, anglais, allemand, italien et néerlandais. Cliquez sur le lien ci-dessous pour commander le DVD dans notre boutique en ligne.

Cliquez ici pour commander



Partager cette page |