Hella

Français > Personnages > Personnages diaboliques > Hella

Contexte

Quand Ivan Savelïevitch Varienoukha, l'administrateur du théâtre des Variétés, est saisi plutôt grossièrement par Béhémoth et Azazello dans le chapitre 10, une jeune fille rousse complètement nue dont les yeux brillaient d’un éclat phosphorique apparaît dans le hall de Sadovaïa 302-bis. Elle se place tout contre l’administrateur et lui pose ses mains sur les épaules. «Laisse-moi t’embrasser», dit tendrement la jeune fille, et, tout près de ses yeux. Alors Varenukha s'évanouit et n’a jamais senti le baiser.

Quand Varenukha revient plus tard devant le directeur financier Grigori Danilovitch Rimski, ce dernier remarque que Varenukha n’a plus d’ombre. Il est devenu un vampire et, ensemble avec le rousse nu, il terrorise Rimski, qui est à peine sauvé par le cri joyeux d’un coq, en annonçant aux habitants de Moscou que que là-bas, à l’Orient, naissait l’aurore.

Le nom de la fille n'est pas révélé avant la fin de la Première Partie, quand Koroviev a crié : «Hella, reconduis-le!», en visant Andrey Fokitch Sokov avais rendu visite à Woland.

Woland présente Hella à Marguerite comme sa servante: elle est adroite, elle a l’esprit vif, et «il n’est pas de service qu’elle ne soit à même de rendre». La belle Hella sourit en tournant vers Marguerite ses yeux aux reflets verts, sans cesser de prendre l’onguent dans le creux de sa main pour l’étaler sur le genou de Woland. Dans la préparation du bal Hella, aidée par Natasha, avait lavé Marguerite avec du sang.

Hella participe au dîner joyeux à l'appartement de Woland après le bal de Satan et embrassa Marguerite voluptueusement quand elle retourne au sous-sol avec le maître, mais après cela, nous n'entendons plus rien de Hella.


Prototype

Hella est une femme vampire. De ses annotations nous savons que Mikhaïl Boulgakov a trouvé son nom dans Энциклопедический словарь Брокгауза и Ефрона [Entsiklopedeski Slovar Brokhauza i Efrona] ou le Dictionnaire encyclopédique Brockhaus et Efron, une oeuvre de 86 volumes, qui peut être considéré comme l'équivalent russe de la fameuse Encyclopédie Britannica. Sous le mot-clé Чародейство [Tcharodeïstvo] ou magie ou sorcellerie, il a trouvé que Lamia, Empouza et Hella étaient les noms qui étaient donnés sur l'île grecque de Lesbos aux filles qui sont mortes trop tôt et qui sont devenues des vampires après.

Dans les versions antérieures du Maître et Marguerite, cependant, cette рыжая голая [ryjaïa Golaïa] ou rousse nue avait un autre nom. Elle s'appelait Marta.

Le psychologue et traducteur russe Valeri Konstantinovitch Merchavka (1957) pense que cette Marta a été inspirée par Sofia Lvovna Perovskaïa (1853-1881). Perovskaïa était un membre éminent de l'organisation révolutionnaire socialiste Народная воля [Narodnaïa Volia] ou La volonté du peuple. Elle a participé à trois tentatives d'assassiner le tsar Alexandre II (1818-1881). La dernière tentative a réussi, après quoi Perovskaïa a été condamnée à mort par pendaison. Cette méthode d'exécution serait une explicaton pour la багровый шрам [bagrovi chram] ou la cicatrice rouge sur le cou de Marta, après Hella.

Ses mots «Laisse-moi t’embrasser» sont évocateurs du femme vampire dans l'histoire Упырь (Oupir), ou Le vampire, écrit en 1841 par Alekseï Konstantinovitch Tolstoï (1817-1857), le neveu de Léon Nikolaïevitch Tolstoï (1828-1910) qui est mieux connu. La femme vampire embrasse un des héros et le transforme en vampire.


Où est-elle?

Comme Abadonna, Hella n'est pas dans la scène du dernier vol quand les personnages diaboliques retournent à l'enfer dans le chapitre 32 du Maître et Marguerite. Selon Elena Sergueïevna Chilovskaïa (1893-1970), la troisième femme de Boulgakov, c’était parce que l'auteur n’a jamais pu finir son roman correctement. Le critique littéraire et romancier Vasili Yakovlevitch Lakchin (1933-1993) se souvient ce qui est arrivé quand il a attiré son attention sur le fait que Hella n'était pas au vol: «Elena Sergueïevna m'a regardé avec des yeux troublés et subitement elle a crié avec une expression inoubliable: 'Миша забыл Геллу' [Micha zabil Gellou] ou 'Micha a oublié Hella!'»

D'autre part, ce n'est pas impensable que Boulgakov l'ait délibérément omise de la scène. Son rôle dans le Théâtre des Variétés, à Sadovaïa 302 bis et au bal de Satan fut seulement un «rôle secondaire». Les vampires appartiennent traditionnellement à une catégorie plus basse des esprits méchants. Leur place n'est pas à l'enfer. Peut-être elle est devenue une fille morte ordinaire de nouveau après avoir accompli sa mission pour Woland.



Partager cette page |