Sergueï Slonimsky - Interview

Français > Adaptations > Musique > Operas et comédies > Sergueï Slonimsky > Interview

Le 14 janvier 2010 le journal Rossiskaïa Gazeta a publié une interview de Maria Bortnovskaïa avec le compositeur Sergueï Slonimski. Un des thèmes couverts fut l'opéra Le maître et Margarita, que Slonimski a composée en 1972 sous le régime Brejnev et qui a été interdit.

RG: Vos œuvres avaient souvent une grande réponse et ont reçu une attention remarquable du public. Certains ont été même interdits...

Slonimsky : Ma première symphonie était, même avant qu'elle avait été représentée pour la première fois, interdite pour une période de cinq ans par le Secrétariat de l'Union des Compositeurs. Je l'avais écrit en 1958 et elle a été seulement représentée pour la premièrevfois à la fin de 1962. Et juste parce qu'elle avait une fin triste. Je ne veux pas me vanter, mais j'étais un des premiers compositeurs soviétiques connus qui ont sans peur commencé à écrire des fins tristes. De tels oeuvres ont été interdits.

RG : Le fait que vos œuvres étaient interdits doit bien sûr avoir été désagréable?

Slonimsky : Mon expérience la plus désagréable que jai jamais eu était avec l'opéra le Maître et Marguerite. Je l'avais écrit en 1970-1971, peu de temps après la publication du roman de Boulgakov dans un magazine. La première partie de l'opéra a été représentée dans la Maison de Compositeurs. Dans le hall étaient quatre lauréats du Prix Lenin ici - Mravinsky, Tovstonogov, David Oistrakh et même Rojdestvensky, sous la supervision duquel l'opéra a été représenté. Ils étaient heureux avec la musique. Mais dans le hall étaient aussi quatre membres du Comité Régional. Ils l'ont trouvé pas une bonne idée que toutes les autorités dans l'opéra ont commis la violence contre les gens. Ils l'ont considéré comme une attaque contre le régime soviétique et ont décidé d'interdire l'opéra. Certains collègues nobles et de camarades aînés m'ont défendu dans ce temps : le professeur Arapov, le folkloriste Kotikova, les compositeurs Poustylnik, Prigogine, Finkelstein. Ils tous en ont souffert. Ils ont essayé de leur envoyer pour prendre leur retraite prématurément.

RG : Je peux imaginer quelle indignation de public cette situation doit avoir provoqué!

Slonimsky: Je me promenais en ville et ai entendu: «C'est le compositeur qui a été renvoyé du conservatoire parce qu'il a écrit l'opéra  le Maître et Marguerite.» Littéralement le même jour j'ai rencontré Joseph Brodsky, qui m'a appelé et a dit: «Je pars aujourd'hui. Allons ensemble.» Mais j'ai refusé: je ne peux pas vivre en dehors de la Russie.

RG : Le maître et Marguerite ne pouvait pas être représenté à l'étranger ?

Slonimsky : Le Théâtre de Hambourg m'avait demandé d'envoyer mes notes de l'opéra. Mais si je l'avait fait, je aurais été renvoyé de l'Union de Compositeurs. Donc ils ont ordonné à des compositeurs allemands d'écrire un opéra. Mon oeuvre a été représenté seulement 30 ans après l'écriture - en 2000. Mais ce n'était pas seulement la première mise en scène de l'opéra le Maître et Marguerite, comme l’on pourrait attendre, mais aussi le dernier. C'était une honte, parce que la musique est éducative.

Observation - les derniers mots de Slonimsky ne coïncident pas avec d'autres informations que nous avons. L'opéra a été représentée de nouveau en 1989 au Théâtre Forum à Moscou. Il a été dirigé par Mikhail Jurowski, avec la soprano Tatiana Monogarova dans le rôle de Marguerite, son début international. Alors a suivi un tour de cette production en Allemagne.

Retour à la page de Slonimsky



Partager cette page |