Ne parlez jamais à des inconnus

Épigraphe

«Qui es-tu donc, à la fin?»
«Je suis une partie de cette force
qui, éternellement, veut le mal,
et qui, éternellement, accomplit le bien.»

L'épigraphe vient de la scène intitulée Le Cabinet de Faust de la première partie du drame Faust écrit par Johann Wolfgang von Goethe (1749-1842). Faust pose la question; la réponse vient du démon Mephistopheles.

Ne parlez jamais à des inconnus

Ce titre est une référence ironique à l'attitude de nombreux de Moscovites dans une période qui fut dominée par une véritable obsession pour espionnage. Dans son intervention à une réunion conjointe Comité central et de la Commission centrale de contrôle du Parti communiste le 11 janvier 1933, le secrétaire général Joseph Staline (1878-1953) dit que «les anciens» (les partisans de l'ancien régime) furent dispersés dans tout le pays et que leur but était de créer «des préjudice et des dommages». Il était dangereux de parler avec eux, et ceux qui osaient le faire risquaient d'être persécutée par la police secrète soviétique sur des soupçons d'espionnage. Les étrangers appartenaient à «la race des inconnus et des aliénés», et on ne devrait pas leur parler.

Les étrangers visitant l'Union soviétique furent étroitement surveillés par le service secret НКВД [NKVD], le Народный комиссариат внутренних дел [Narodni Komissariat Vnoutrennikh Del] ou Commissariat du peuple aux Affaires intérieures, qui eut des informateurs et des agents infiltrés partout. Plus tard, pendant la Guerre froide entre l'Union soviétique et l'Occident, ce service était notoire sous le nom КГБ [KGB], le Комитет государственной безопасности [Komitet gosoudarstvennoï bezopasnosti] ou Comité pour la Sécurité de l'État. Aujourd'hui, le service opère sous le nom Федеральная служба безопасности Российской Федерации [Federalnaïa sloujba bezopasnosti Rossiskoï Federatsii] ou Service fédéral de sécurité de la Fédération russe.

Dans Le maître et Marguerite, Boulgakov ne mentionne jamais le NKVD par le nom. Cependant, le service est ubiquitaire, mais il est indiqué par les mots impersonnels «on» ou «ils», ou dénommé comme «une certaine organisation».

Vous pouvez lire plus sur les Russes et leur relation avec les étrangers dans la section Context social et culturel du site web Master & Margarita.

L'étang du Patriarche

L'étang est situé dans un parc près de la résidence de Boulgakov dans la Большая Садовая улица [Bolchaïa Sadovaïa ouliitsa] ou Grande rue du Jardin. En russe le nom est Патриаршие пруды [Patriarchie Proudi] ou les étangs du Patriarche, en pluriel, parce qu'il y avait trois étangs avant.

Beaucoup de rues, esplanades et bâtiments ont reçu un nouveau nom au cours de l'ère soviétique. A l'époque de Boulgakov l'étang du Patriarche était appelé Пионерские пруды [Pionerskie Proudi] ou étang des Pionniers. Dans Le maître et Marguerite, Boulgakov utilise de façon ostensible les noms prérévolutionnaires, qui avaient souvent une origine orthodoxe chrétienne.

L'étang du Patriarche
L'étang du Patriarche à Moscou

Un léger costume d'été gris et un chapeau de qualité fort convenable

Le premier des deux citoyens à l'étang du Patriarche ressemble à un vrai fonctionnaire. Avec la description de sa «paire de lunettes de dimensions prodigieuses» Boulgakov donne déjà une indication de son appréciation de tels personnages.

Après la révolution les chapeaux n'étaient plus utilisés dans l'Union soviétique, si ce n'était que par les intellectuels de la vieille école. Ils étaient socialement acceptés de nouveau au cours des années '30, notamment parmi la nouvelle élite Dans le texte russe est écrit que le premier citoyen, d'une quarantaine d'années, tenait son chapeauпирожком [pirojkom], ou comme un petit gâteau. Cela pourrait être une description satirique de l'intelligentsia révolutionnaire qui s'est embourgeoisé et qui montre des «mines affectées».

Georgi Andreïevski (°1940), qui a travaillé pendant des années pour le procureur général de l'URSS, a publié une série de livres intitulée La vie quotidienne à Moscou pendant l'ère stalinienne. Il a cité un journaliste français don’t il a écrit le nom en cyrillique comme Морис Родэ-Сэн [Maurice Rode-Sen], mais don’t je n’ai trouvé aucune information supplémentaire. En 1934, ce journaliste aurait écrit dans le revue des émigrants Иллюстрированная Россия [Illioustrirovannaïa Rossia] ou La Russie Illustratée: «Il est choquant de voir comment les gens sont habillés à Moscou. Les chaussures sont une rareté. Certains passants, cependant, diffèrent grandement de la masse. Ils sont mieux habillés et ils portent tous, sans exception, un sac. Ce sont les fonctionnaires, les dirigeants de la société soviétique. Chaussures, sacs et chapeaux, ce sont les signes de la caste soviétique».

Boulgakov lui-même était toujours habillé très convenablement quand il était en compagnie. Il n'avait pas seulement un chapeau, mais aussi un pince-nez.

Une casquette à careaux, une chemise de cow-boy et des espadrilles noires

Le deuxième personnage répond au cliché du poète prolétarien et nettement moins bourgeois. Il était в ковбойке [v kovboïke] ou dans une chemise à carreaux. Le mot ковбойкa (kovboïka) ou chemise à carreaux est clairement dérivé de ковбой [kovboï] ou cow-boy.

Mikhaïl Alexandrovitch Berlioz

Ce nom absolument non-russe du président du Massolit réfère au compositeur français Louis Hector Berlioz (1803-1869), qui a écrit La Damnation de Faust (1846), un opéra de concert basé sur le Faust de Goethe. Dans cet opéra il y a quatre personnages: Faust (ténor), le démon Méphistophélès (bariton), Marguerite (mezzo-soprane) et Brander (bas).

Hector Berlioz a aussi écrit la Symphonie Fantastique (1830), un des exemples  les plus réputés de la musique à programme. Dans la quatrième partie de cette symphonie, le Marche au supplice, le personnage pricipal regarde sa propre décapitation, et dans la cinquième partie, Songe d'une nuit du sabbat, il se voit, selon le programme de cette symphonie tel qu’il apparaissait dans l’édition de 1832, «au sabbat, au milieu d’une troupe affreuse d’ombres, de sorciers, de monstres de toute espèce, réunis pour ses funérailles dans une orgie diabolique».

Pour les amateurs de bagatelles: le compositeur Hector Berlioz a fait, comme Boulgakov, des études en médecine avant de s'orienter complètement sur l'art.

Hector Berlioz
Compositeur Hector Berlioz

Vous pouvez lire une description plus détaillée de Mikhaïl Alexandrovitch Berlioz dans la section Personnages du site Master & Margarita.

Massolit

Massolit est une contraction inventée mais plausible parodiant les nombreuses contractions utilisée dans la Russie post-révolutionnaire. Il y aura d'autres dans le roman, comme la Maison Dramlit (la Maison pour les Dramaturges et les Ouvriers Littéraires), le findirecteur (le directeur financier), etcetera.

Pour pouvoir publier leurs œuvres dans le temps de Boulgakov, les écrivains devraient être membres d'organisations littéraires officielles. Des exemples de telles organisations étaient la Российская Ассоциация Пролетарских Писателей (РАПП) [Rossiskaïa Assotsiatsia Proletarskikh Pisateleï (RAPP)] ou l’Association russe des auteurs prolétaires et la Московская Ассоциация Пролетарских Писателей (MAPP) [Moskovskaïa Assotsiatsia Proletarskikh Pisateleï (MAPP)] ou l’Organisation des auteurs prolétaires de Moscou. Les noms de ces organisations sont réels: beaucoup d'abrègements hideux étaient communément utilisés dans l'Union soviétique.

Boulgakov a basé son MASSOLIT fictif sur le RAPP et le MAPP. Dans le livre il ne donne aucune explication à l'abbrevation. Mais ça aurait pu être Мастера Социалистической литературы [Mastera Sotsialistitcheskoï literatouri] ou Les maîtres pour la littérature socialiste, par l'analogie avec les Мастера Коммунистической Драмы (Масткомдрам) [Mastera Kommounistitcheskoï Drami (Mastkomdram)] ou Les maîtres pour le drame socialiste, une organisation qui existait réellement dans les années '20.

Selon l'expert russe de Boulgakov Boris Vadimovitch Sokolov (°1957), auteur de l'Encyclopédie de Boulgakov, le nom Массолит [Massolit] serait une abréviation de Масонские литературы [Masonskie literatouri] ou Écrivains maçonniques. Sokolov soutient sa thèse en se référant à un article écrit par Afanasi Ivanovitch Boulgakov (1859-1907), théologien et historien de l'église, et le père de Mikhaïl Afanasievitch. En 1903, il avait écrit un article à propos de La Franc-maçonnerie moderne dans sa relation avec l'Église et l'État, qui a été publié dans Les Actes de l'Académie théologique de Kiev. Boulgakov sénior a écrit que les francs-maçons ont voulu introduire une nouvelle foi. Une fausse foi, selon lui, parce que leur seule aspiration aurait été d'augmenter la richesse personnelle des membres. Cependant, il semble quelque peu exagéré de lier le nom Massolit à la franc-maçonnerie. Dans ce cas, Boulgakov aurait écrit Масолит [Masolit], avec un seul «s», quod non.

Cependant, Boulgakov était intéressé par les symboles de la franc-maçonnerie et, en effet, il s'y réfère souvent dans plusieurs chapitres du roman. Vous pouvez lire plus sur les symboles de la franc-maçonnerie dans Le maître et Marguerite dans la section Contexte du site web Master & Margarita .

Afanasi Ivanovitch Boulgakov
Afanasi Ivanovitch Boulgakov

Ivan Nikolaïevitch Ponyriev (Biezdomny)

Biezdomny, le pseudonyme du poète Ivan Nikalaïevitch Ponyriev, signifie le Sans foyer.

Dans les premières versions du roman le poète était appelé Безродный [Biezrodni], ce qui signifie le Solitaire. Beaucoup d’auteurs soi-disant prolétaires utilisaient de tels pseudonymes. Le plus connu est probablement Alekseï Maximovitch Pechkov (1868-1936) qui avait adopté le nom Maxime Gorki. Горький [Gorky] signifie l'Amer. D'autres exemples sont Голодны [Golodni] ou l'Affamé,Беспощадный [Biespochtchadni] ou l’Impitoyable, etПриблудный [Pribloudni] ou le Perdu.

Le pseudonyme Biezdomny rappelle à Demian Biedni (1883-1945), le Pauvre, don’t le nom réel était Efim Alexandrovitch Pridvorov.. Pridvorov a écrit des œuvres antireligieuses dans les années ‘20 comme, par exemple Le Nouveau Testament sans Manquements de l'Évangéliste Demian. En 1925 Boulgakov a fait une notition dans les journaux qui ont été trouvés plus tard dans les archives du KGB : «il présente Jesus Christ comme un tricheur et un escroc... il n'y a pas de mots pour un tel crime». Il n'est pas exclu que Boulgakov ait eu l'idée d'écrire Le maître et Marguerite après avoir lu l'oeuvre de Biedni.

Mais il fait aussi penser à Alexandre Illitch Biezimenski (1898-1973). Bieziminski signifie Sans nom. Biezimenski était un poète prolétaire qui avait écrit une pièce de théâtre qui était partiellement une parodie de la pièce de Boulgakov Les Jours des Tourbine.

Alexandre Illitch Biezimenski
Alexandre Illitch Biezimenski

Vous pouvez lire une description plus détaillée d'Ivan Nikolaïevitch Ponyriev dans la section Personnages du site Master & Margarita.

L’eau de Narzan et la bière

Boulgakov n'a pas eu vraiment besoin d'exagérer pour donner à cette conversation un ton parodique - on aurait pu entendre ce dialogue tous les jours en Union soviétique. L'insuffisance de réserves était chronique, et les récriminations des protagonistes étaient journalières. Seulement les берёзка [beriozka] ou les magasins de devises étrangères avaient une abondance de produits..

Vous pouvez lire plus sur les magasins de devises étrangères dans la section Contexte du site Master & Margarita.

Depuis 1894, l'eau minérale de Narzan est mise en bouteilles à Kislovodsk, une ville dans la région de Stavropol en Ukraine. Boulgakov écrit le mot нарзан [narzan], sans capital, car l'eau était tellement populaire que le nom de la marque était devenu un nom générique.

Kislovodsk

Littéralement Kislovodsk signifie les eaux acides. C'était un célèbre centre thermal dans le Nord du Caucase, réputé pour ses sources minérales. L'eau minérale Narzan y est embouteillée. Pour les Russes ayant de bonnes relations, «le Sud» ou le Caucase, la Crimée et la Mer Noire étaient les endroits de repos les plus prestigieux.

Kislovodsk
Kislovodsk

Après la création du Союз советских писателей [Soïouz sovjetskitch pisatelei] ou l'Union des Auteurs en 1932, les auteurs dans l'Union soviétique pouvaient être récompensés avec une путёвка [poutiovka] pour Kislovodsk. Une poutiovka est une lettre d'introduction d'un médecin dont les citoyens soviétiques avaient besoin pour aller dans un sanatorium. Un séjour dans un sanatorium était - et est toujours dans beaucoup de cas - la combinaison d'un séjour récréatif coté avec un programme de cures et d'exercices physiques, prescrit et suivi par des médecins.

… prit rapidement la consistance d’un citoyen, transparent

Dans la période où Boulgakov a écrit Le maître et Marguerite, il lui était quasiment impossible de publier n’importe quoi. C’était peut-être la raison pourquoi il reprend parfois des thèmes ou des situations qu'il a décrits précédemment, mais qui ont été lus par un public restreint. Le citoyen transparente qui apparaît ici devant Berlioz, ressemble à un thème qui fut déjà décrit dans la série Столица в блокноте [Stolitsa v blocnotie] ou La capitale en bloc-notes, publiée dans la revue Nakanune en décembre 1922 et février 1923: «... sans  aucun signal de sa part (des trucs bolcheviques!) l'air prit rapidement la consistance d’un policier».

Un grand poème antireligieux

Les manifestations antireligieuses de toutes sortes étaient fort répandues à l'époque, tels les vers iconoclastes de Demian Biedni (1883-1945), pseudonyme d'Efim Aleksandrovitch Pridvorov. En les évoquant avec indignation dans son journal intime, Boulgakov laisse entendre qu’il les considère comme des blasphèmes purs et simples. Il est probable que c'est en réaction contre cette grossière propagande qu'est né le dessein original du Maître et Marguerite.

Berlioz a commandé le poème à l'occasion de la fête de Pâques dans un but évident de propagande. Ce n'était pas rare. Dans l'Union soviétique c'était une pratique commune de publier des travaux littéraires athées à la veille des jours fériés.

Vous pouvez lire plus sur l'athéisme et la propagande dans l'Union soviétique dans la section Contexte du site Master & Margarita.

Un mythe de l'espèce la plus ordinaire

Le point de vue qui donne à voir Jésus comme une simple personne vient de la théorie de Bruno Bauer (1809-1882), un théologien, philosophe et historien allemand et un disciple de Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831) qui a encore décerné un prix académique au jeune Bauer pour un essai philosophique critiquant Emmanuel Kant (1724-1804). Kant avait fait beaucoup d'efforts pour prouver que Dieu existe. Mais Bauer a été aussi engagé dans une polémique furieuse avec d'autres qui, comme lui, essayaient de prouver que le Jésus historique n'a jamais existé, comme David Strauss (1808-1874).

Philon d’Alexandrie

Philon d'Alexandrie (20 BC-54) était un philosophe grec d'origine juive, un exégète biblique et un théologien. Il a influencé tant les penseurs néo-platonistes que les premiers chrétiens.

Philon d’Alexandrie
Philon d’Alexandrie

Flavius Josèphe

Flavius Josèphe (57-100) était un général et historien juif, né à Jérusalem, il est l'auteur de La guerre des Juifs et Les antiquités judaïques. À propos, Berlioz se trompe quand il dit que le «brillant» Flavius «n'a jamais fait la moindre allusion à l’existence de Jésus», parce que le Christ est effectivement mentionné dans Les antiquités judaïques.

Flavius Josèphe
Flavius Josèphe

Les Annales de Tacite

Les Annales est une oeuvre sur l'histoire de l'Empire romain au premier siècle de l'historien romain Cornelius Tacitus (55-120), couvrant les années 14 à 66. Il a aussi écrit Histoire, couvrant les années 69-70, Les Annales n'a pas pu être complètement sauvé à l'exception des années 14-37 [Tiberius] et 47-66 [Claudius et Néron]. Sur une des pages, Tacite fait référence à Jésus-Christ, son exécution par Ponce Pilate et l'existence des premiers chrétiens à Rome

Les chercheurs modernes rejettent l'opinion que le passage auquel Berlioz fait allusion soit «un faux supplice, ajouté beaucoup plus tard». Cependant, dans The Prospect of a Christian Interpolation in Tacitus, Annals 15.44, un article qui a été publié en 2014, l'athée militant et blogueur américain Richard Cevantis Carrier (°1969), un des principaux promoteurs de la thèse mythiste, uitilise presque les mêmes mots en disant que l'exécution du Christ par le procurateur Ponce Pilate pendant le règne de Tibère est «une interpolation chrétienne».

Cornelius Tacitus
Cornelius Tacitus

Osiris

Dans l'Egypte Ancienne Osiris était le protecteur des morts, le frère et le mari d'Isis et le père de Horus, le dieu à la tête de faucon.

Tammouz

Tammouz est un demi-dieu Syro-Phénicien, son équivalent grec Adonis est probablement mieux connu.

Mardouk

Mardouk est un dieu de soleil babylonien, le chef d'une révolte contre les vieilles divinités et le fondateur d'un nouvel ordre.

Huitzli-Potchli

Huitzli-Potchli, dans d'autres oeuvres littéraires aussi appelé Vitzliputzli, est le Dieu aztèque de la guerre, à qui des sacrifices humains étaient offerts.

Le pommeau noir sculpté en tête de caniche

Dans le Faust de Goethe, Mephistopheles arrive d'abord à Faust en prenant la forme d'un caniche noir.

Un étranger

Les étrangers ont éveillé autant de curiosité que de soupçon dans la Russie soviétique, en représentant tant la séduction de «l'étranger» que la possibilité d'espionnage. Le fait de parler aux étrangers pouvait créér des problèmes avec la police secrète. Peu d'étrangers visitaient le pays et ceux qui le faisaient étaient tenus de s'enregistrer auprès des autorités et de séjourner dans des hôtels spéciaux, et ils étaient survéillés de très près.

En langue russe un étranger est indiqué par le mot иностранец [inostraniets], mais dans le temps le mot немец [nemiets] fut également utilisé. Ce mot avait un double sens pourtant, puisqu'il indique un étranger, mais aussi un allemand. Donc, quand Ivan, dans le premier chapitre du Maître et Marguerite demande à Woland «Вы немец?» [Vy nemets?], cela peut signifier «êtes- vous l'allemand ?» aussi bien que «est-ce que vous êtes un étranger?».Немец [nemiets] viendrait du verbeнеметь [nemiet], ce qui signifie devenir muet. Un nemiets est alors un muet, dans le sense de quelqu'un qui ne parle pas russe.

Vous pouvez lire plus sur les Russes et les étrangers dans la section Contexte du site web Master & Margarita.

Le Phénicien Adonis

Avec le Phénicien Adonis, Berlioz fait allusion à l'équivalent Syro-Phénicien du Dieu grec Adonis : le demi-dieu Tammouz.

Le Phrygien Attis

Attis est un Dieu Phrygien, le compagnon de Cybèle. Il a été castré et a saigné à mort.

Le Perse Mithra

Mithra est le nom grec pour le persan Mithra, un dieu qui dit la vérité, qui a mille oreilles, dix mille yeux, qui est omniscient et fort, qui ne dort jamais, toujours éveillé. Mithra est aussi le protecteur et le gardien de tous les aspects des relations interpersonnelles, tels que l'amitié et l'amour, et qui est étroitement associé à la déesse Aredvi Sura Anahita, l'hypostase de la connaissance.

L’arrivée des Rois mages

Dans le texte russe original est écrit приход волхвов [prikhod volkhvov]. Cela signifie l'arrivée des magiciens. Mais l'arrivée des Rois mages est également une traduction correcte, puisque священные волхвы [sviatchennie volkhvi] signifie littéralement les magiciens saints, ce qui, en russe, est le terme pour décrire les Trois Hommes Sages, les Trois Rois, ou les Rois de l'est qui ont visité le nouveau-né Jésus selon Matthieu 2:1-12 - Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : «Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui».

Les Rois mages étaient des membres de la caste sacerdotale persane. Dans d'autres traductions du Bible les termes devins ou astrologues sont aussi utilisés.

Excusez-moi, je vous suis inconnu, et je me permets de…

L'introduction de l'étranger a inspiré Mick Jagger du groupe britannique The Rolling Stones à écrire la chanson Sympaty For The Devil, un an après Le Maître et Marguerite a été publié en anglais. En 2005, la chanteuse britannique Marianne Faithfull, la petite amie de Jagger à l'époque, a dit dans une interview avec Sylvie Simmons de Mojo Magazine:
«J'avais invité Mick à lire Le Maître et Marguerite et, après de longues conversations avec moi, il a écrit cette chanson».

La chanson commence par les mots: «Please, allow me to introduce myself...» ou «S'il vous plaît, permettez-moi de me présenter...». En 1968, le réalisateur français Jean-Luc Godard (°1930) a sorti le film One Plus One, entièrement consacré à la création de la chanson Sympathy For The Devil.

Ce vieil agité d’Emmanuel

Emmanuel Kant (1724-1804) était un philosophe idéaliste allemand. Dans son Kritik der reinen Vernunft (1781) il a écrit que, bien que nous ne puissions pas le prouver, nous pouvons, par la raison pure - la capacité de transcender la réalité sensorielle et ainsi ne plus en dépendre - conclure que, parmi d'autres, la liberté, l'immoralité et Dieu existent.

Immanuel Kant
Immanuel Kant

Les cinq preuves que Kant «a détruit de fond en comble» selon Woland et auquel il a «forgé de ses propres mains une sixième preuve», sont les Quinquae viae, ce sont cinq preuves de l'existence de Dieu, formulé par le théologien et philosophe catholique Thomas Aquinas (1225-1274) dans son oeuvre Summa Theologiae (1265-1274).

Vous pouvez lire plus sur les preuves de Kant dans las annotations du Chapitre 3.

Schiller

Friedrich Schiller (1759-1805) était un poète allemand, un dramaturge et un idéaliste libéral. Au début Schiller était un révolutionnaire dans son oeuvre. A cette époque cela signifiait qu'il s'efforçait pour la liberté et l'égalité et qu'il rejetait l'arbitraire et l'injustice. Plus tard il est devenu plus modéré. Schiller est, parmi d'autres, connu pour son poème An die Freude (1785) qui a été partiellement utilisé par son contemporain Ludwig von Beethoven (1770-1827) dans la partie finale de la Neuvième Symphonie. Une déclaration célèbre de Schiller concernait l'oeuvre d'Emmanuel Kant concernant la liberté : «vous pouvez parce que vous devez».

Friedrich Schiller
Friedrich Schiller

Schiller a connu une amitié productive mais compliquée avec Johann Wolfgang Goethe (1749-1842) qui était déjà réputé et influent, et avec lequel il a beaucoup discuté sur des thèmes concernant l'esthétique. Il encourageait Goethe pour finir des oeuvres qu'il avait à peine commencé. Ils ont aussi travaillé ensemble sur Die Xenien (Xénies), une collection de poèmes courts mais durement satiriques dans lesquels tant Schiller que Goethe ont verbalement attaqué les personnes qu'ils ont perçues être des ennemis de leur agenda esthétique.

Strauss

Le Strauss mentionné ici est David Strauss 1808-1874), un théologien allemand et l'auteur de l'oeuvre Das Leben Jesu, kritisch bearbeitet ou Vie de Jésus ou Examen critique de son histoire. Il ne s'est pas soucié de la réalité du personnage de Jésus, mais il a donné une interprétation mythique du Nouveau Testament dans le contexte de la conscience poétique du juif et les premières communautés chrétiennes. Le personnage de Jésus était une fiction pour lui, une fiction provenant des attentes culturelles et littéraires.

David Strauss
David Strauss

Le texte complet de Das Leben Jesu, kritisch bearbeitet est disponible pour téléchargement sur le site Master & Margarita.

Solovki

Solovki est le nom populaire pour les Îles de Solovetski dans la Mer Blanche. Sur le territoire d'un ancien couvent étaient situé Les Camps à des Fins Spéciaux de Solovetski, un des premiers camps de concentration et certainement le plus notoire. Les derniers prisonniers ont été chargés sur une péniche et ont été noyés dans la Mer Blanche en 1959.

Les trois ans à Solovki pourraient être une référence à un incident qui a eu lieu en 1926, deux ans avant Boulgakov a commencé à écrire Le maître et Marguerite. Un certain nombre de francs-maçons ont été arrêtés à Leningrad par la Guépéou, la police secrète, le précurseur de la NKVD. Une des personnes arrêtées était l'avocat Boris Viktorovich Kiritchenko (1883-1941?), qui fut connu sous le pseudonyme de Boris Viktorovitch Astromov.

Astromov a déclaré qu'il avait 2000 ans et qu'il était un disciple de Kant. Il a été condamné pour avoir aidé à l'organisation d'une «conspiration bourgeoise internationale contre l'Union soviétique». Il a été envoyé dans un camp de concentration pour cinq ans, plus tard remplacé par une période de trois ans. En décembre 1926, il a été gracié et il fut exilé en Sibérie. En 1940, il a de nouveau été arrêté par le NKVD. Ensuite, personne n'a plus entendu parler de lui.

L'intérêt de Boulgakov pour la franc-maçonnerie pourrait être expliqué par le fait que, en 1903, Afanasi Ivanovitch Boulgakov (1859-1907), théologien et historien de l'Église, et le père de Mikhaïl Afanasievitch, avait écrit un article sur La franc-maçonnerie moderne dans sa relation avec l'église et l'état, qui a été publié dans Les actes de l'Académie théologique de Kiev. Boulgakov fait référence à la franc-maçonnerie à plusieurs endroits dans le roman.

Vous pouvez lire plus sur la franc-maçonnerie dans Le maître et Marguerite dans la section Contexte du site web Master & Margarita.

Boris Viktorovitch Astromov
Boris Viktorovitch Astromov

C’est l’homme qui gouverne!

Bezdomny cite un verset du poème Наше воскресенье [Nache voskresenie] ou Notre résurrection, écrit par Vladimir Maïakovski (1893-1930) en 1923: «нам не бог начертал бег […] миром правит сам человек» ou «aucun dieu détermine notre vol [...] le monde est gouverné par l'homme lui-même».

Allongé, raide, dans une boîte en bois

L'histoire décrite de manière assez plastique par Woland, allègue Господин из Сан-Франциско [Gospodin iz San Frantsisko] ou Le monsieur de San Francisco, une histoire de 1915 écrite par Ivan Bounine (1870-1953). Bounine a dit qu’il a eu l'idée d’écrire cette histoire après avoir vu la couverture de la novelle Mort à Venise de Thomas Mann (1875-1955) dans une librairie à Moscou.

Boulgakov a dû aimer cette histoire, car il l’a également mentionné dans son roman La garde blanche: «Devant Hélène [Tourbine], à côté de sa tasse de thé refroidie, est ouvert Le Monsieur de San Francisco».

Notre Marque

Dans le texte russe, Ivan dit qu'il fume Наша Марка (Nacha Marka), ou Notre Marque. Nacha Marka, produit originalement par V.I. Asmolov & Cie à Rostov-sur-Don, est une marque russe de cigarettes. Nacha Marka existe toujours et est très populaire et il a célébré son 100ème anniversaire en 2003. En 1920 la compagnie était nationalisée et le nom a été changé en Usine de Tabac de l'État de Don (DSTF). La production a diminué rapidement de 60 % comparé à 1916. Mais la Nouvelle politique économique (NPE) de Vladimir Lénine (1870-1924) a donné une nouvelle impulsion et en 1926 la production était quatre fois les résultats de 1922. Après l'ère soviétique, en 1992, le DSTF a été réorganisé et le nom a changé en JSC Donskoy Tabak. À la célébration de centenaire de Nacha Marka en 2003 un nouveau complexe industriel a été construit avec une capacité de production de 60 milliards de cigarettes par an. JSC Donskoy Tabak fait partie maintenant de l'agroholding AGROCOM.

Nacha Marka
Nacha Marka

La façon de laquelle Woland offre une cigarette à Ivan rappelle à une scène du Faust de Goethe. Le démon Mephistopheles demande à certains buveurs dans l'Auerbachs Keller à Leipzig: «Nun sagt, was wünschet ihr zu schmecken?» ou «Dites-moi, que voulez-vous goûter?», ce qui est suivi par la question en retour: «Wie meint Ihr das ? Habt Ihr so mancherlei ?» ou «Comment voulez-vous dire? Avez-vous tant de choix alors?». Comme Ivan répond: «Pourquoi? Vous en avez plusieurs?» quand Woland lui demande quelle est sa marque préférée.

Un étui à cigarettes

L'étui de l'individu inconnu contient justement des cigarettes Notre Marque - ce n'est pas étrange: le diable est traditionnellement doué du pouvoir de faire apparaître n'importe quel objet désiré. Mais Berlioz et Ivan sont aussi étonnés par le triangle qui orne l'étui. C'est l'un des emblèmes du diable. On le retrouve constamment dans l'ésotérisme (mystique juive, mystique des nombres, franc-maçonnerie). C'est la figure réversible par excellence, fréquemment associée à son image inversée, comme dans le sceau de Salomon et l'étoile de David (le père de Salomon). Ce sceau est formé de deux triangles impénétrés: l'un - ascendant - représentant les forces du plan négatif ou le diable, l'autre - descendant - représentant les forces du plan positif, ou Dieu. L'équilibre des deux triangles est la clef de la Sagesse.

Le sceau de Salomon
Le sceau de Salomon

Le couvercle de l'étui à cigarettes «s’ornait d’un triangle de diamants qui brillaient de mille feux bleus et blancs». Le bleu est la couleur la plus élevée de la franc-maçonnerie. Le bleu symbolise la perfection, la vérité et l'immortalité. Un triangle avec l'œil de la Providence ou l'œil omniscient est suspendu dans tous les temples de loges maçonniques au mur opposé à l'entrée.

Triangle avec l'œil omniscient
Triangle avec l'œil omniscient

L'intérêt de Boulgakov pour la franc-maçonnerie pourrait être expliqué par le fait que, en 1903, Afanasi Ivanovitch Boulgakov (1859-1907), théologien et historien de l'Église, et le père de Mikhaïl Afanasievitch, avait écrit un article sur La franc-maçonnerie moderne dans sa relation avec l'église et l'état, qui a été publié dans Les actes de l'Académie théologique de Kiev. Boulgakov fait référence à la franc-maçonnerie à plusieurs endroits dans le roman.

Vous pouvez lire plus sur la franc-maçonnerie dans Le maître et Marguerite dans la section Contexte du site web Master & Margarita.

L’ennemi? Les interventionnistes?

Au début de la période soviétique on parlait constamment des ennemis de la révolution et des interventionnistes étrangers qui essayaient de déstabiliser le nouvel état des travailleurs.

La Jeunesse communiste

La Jeunesse communiste est une traduction du nom officiel du Komsomol, l'organisation de la jeunesse communiste du Parti communiste de l'Union soviétique, fondée en 1918. Komsomol est un acronyme de Коммунистический союз молодёжи [Kommounistitcheski Soïouz Molodioji] ou l'Union de la jeunesse communiste, que tous les «bons» jeunes gens soviétiques étaient attendus de rejoindre.

Komsomol avait peu d'influence directe sur le Parti communiste, mais a joué un rôle important comme mécanisme pour enseigner les valeurs du parti communiste aux jeunes et comme organe pour introduire les jeunes à l'arène politique. La conductrice du tram qui décapitera Berlioz, est un membre de Komsomol. Nous savons cela parce qu'elle a un «brassard rouge».

Komsomol
Propagande du Komsomol

La génération soviétique montante devait suivre un itinéraire idéologique complet, commençant avec les Pionniers ou Всесоюзная пионерская организация [Vsesoiuznaïa pionierskaia organizatsia]. À l'âge de 14 ans le jeune passait au Komsomol, où il ou elle restait jusqu'à l'âge de 28. Après cela, les membres doués pourraient rejoindre le Parti communiste, ce qui était une condition pour avoir accès aux fonctions plus importantes. Le Komsomol a servi d'antichambre pour de jeunes potentiels et un tremplin pour n'importe quelle carrière. Le fait d'être mis dehors du mouvement des jeunes, par exemple à cause d'un mauvais comportement à l'école, ou à cause des idées politiquement incorrectes, était considéré comme une des punitions les plus graves et après cela, les opportunités de carrière dans l'Union soviétique étaient réduites à zéro.

Annouchka

Annouchka est l’un des seuls personnages réels qui gardent leur nom réel dans Le maître et Marguerite. Tatiana Lappa (1892-1982), la première femme de Boulgakov, se souvenait d'Annouchka Goriatcheva, qui a vécu à travers du corridor dans l'appartement 48. Cet appartement était une sorte de dortoir de classe ouvrière avec 7 pièces au long d'un corridor central. Annouchka avait un fils qu'elle battait souvent. Ils avaient l'habitude d'acheter du vodka fait à la maison, se soûler, se battre et faire du bruit.

Dans une version antérieure du roman elle s’appelait Pelageïouchka, dans une autre elle s’appelait Annouchka Basina. Elle a également joué un rôle dans No. 13 - La maison de la commune ouvrière Elpit, une histoire de 1922, et dans Le roman théâtral, un roman de 1937.

Boulgakov pouvait s'irriter gravement à la réelle Annouchka, comme l'on peut conclure de ce qu'il a écrit dans son journal le 29 octobre 1923: «Le premier jour de chauffage a été marqué par le fait que la fameuse Annouchka a laissé la fenêtre de la cuisine grande ouverte pendant toute la nuit. Je ne sais résolument pas quoi faire avec la canaille qui habite cet appartement».

Annouchka Goriatcheva
Annouchka Goriatcheva

Un émigré

Beaucoup de Russes opposés à la révolution avaient émigré à l'étranger, en formant des colonies importantes dans des capitales différentes comme Berlin, Paris, Prague, Harbin ou Shanghai - où ils restaient des espions et interventionnistes potentiels.

Gerbert d’Aurillac

Gerbert d'Aurillac (958-1005) était un théologien et un mathématicien, généralement pris pour être un magicien et un alchimiste. Il est devenu pape en 999 sous le nom de Sylvestre II.

Gerbert d'Aurillac
Le pape Sylvester II

Nisan

Suivant le calendrier civil, Nisan est le septième mois du calendrier lunair juif. Suivant le calendrier ecclésiastique c'est le premier mois. Le quinzième jour de Nisan (commençant au coucher du soleil du quatorzième) est le début du festin de Pessa'h ou la Pâque juive, (Hébreu: פסח - dérivé de passer ou Pasach). C'est le jour de la pleine lune, puisque les mois juifs commencent le jour après la nouvelle lune. Pessa'h est aussi connu comme la fête du printemps, la fête des azymes et la fête de la liberté, commémorant l'Exode des Hébreux hors d'Égypte.

Précédent      Suivant