Aux chandelles

Un cimetière totalement désert du quartier Dorogomilovo

Une carte de 1915 de la maison d'édition Souvorine montre deux cimetières situés sur les rives de la rivière de Moscou dans le Дорогомиловская Слобода [Dorogomilovskaïa Sloboda] ou Quartier Dorogomilovo.

Le cimetière quartier Dorogomilovo
Le cimetière quartier Dorogomilovo

Outre un grand cimetière orthodoxe il y avait également un petit cimetière juif. Ils n'existent plus, parce qu'ils ont été détruits lorsque le Prospekt Koutouzovski a été construit après la Seconde Guerre mondiale.

Le cimetière totalement désert dans les années '40
Le cimetière totalement désert dans les années '40


Un escalier de dimensions extraordinaires, et parfaitement palpable quoique invisible

L'escalier que Marguerite va monter fait penser à l'échelle mystique avec sept barreaux qui apparaît dans la maçonnerie lors de kl'initiation du Chevalier Kadosh ou Chevalier de l'aigle blanc et noir, le 30ème degré dans le Rite écossais ancien et accepté. L'escalier est le lien entre le «rien terrestre» et la «gloire céleste», le chemin de l'ignorance à l'omniscience. Les barreaux représentent d'une part la justice, la bonté, l'humilité, la foi, le travail, le devoir et la générosité, et de l'autre part la grammaire, la rhétorique, la logique, l'arithmétique, la géométrie, la musique et l'astronomie.

Il n'est pas évident que Marguerite, en tant que femme, monte l'escalier. Beaucoup de loges maçonniques sont destinées exclusivement aux hommes. En Russie, l'économiste, publiciste et féministe Ekaterina Dmitrievna Kouskova (1869-1958) avait, cependant, rompit le règle. Elle a été membre de la loge maçonnique du Grand Orient des Peuples de Russie de 1906 à 1917. En 1922, elle a été expulsée de l'Union soviétique.

Ekaterina Dmitrievna Kouskova
Ekaterina Dmitrievna Kouskova

L'intérêt de Boulgakov pour la franc-maçonnerie pourrait être expliqué par le fait que, en 1903, Afanasi Ivanovitch Boulgakov (1859-1907), théologien et historien de l'Église, et le père de Mikhaïl Afanasievitch, avait écrit un article sur La franc-maçonnerie moderne dans sa relation avec l'église et l'état, qui a été publié dans Les actes de l'Académie théologique de Kiev. Boulgakov fait référence à la franc-maçonnerie à plusieurs endroits dans le roman.

Vous pouvez lire plus sur la franc-maçonnerie dans Le maître et Marguerite dans la section Contexte du site web «Master & Margarita».

La cinquième dimension

Dans la géométrie élémentaire trois dimensions sont définies: la longueur, la largeur et la hauteur. Ces paramètres sont perpendiculaires l'un à l'autre.

Un point n'a aucune dimension - il n'a aucune longueur, ni largeur, ni hauteur
Une ligne a une dimension - elle a seulement la longueur.
Un plan a deux dimensions - il a la longueur et la largeur.
Un corps a trois dimensions - il a la longueur, la largeur et la hauteur.

La quatrième dimension est une direction de permutation indépendante supplémentaire dans l'espace. La quatrième dimension est souvent identifiée avec le temps.

La cinquième dimension est un niveau plus élevé de conscience. Quand Boulgakov travaillait au Maître et Marguerite, en 1926, le physicien suédois Oskar Klein (1894-1977) avait fait un essai pour expliquer pourquoi nous ne pouvons pas percevoir cette dimension supplémentaire. Oskar Klein était aussi connu pour sa théorie des voyages dans le temps.

Un appartement de trois pièces à Zemliany Val

Земляной вал [Zemlianoï Val] ou la Digue en terre est une rue qui fait, comme Bolchaïa Sadovaïa oulitsa, partie de l'Anneau de Jardins de Moscou, mais de l'autre côté du centre, à l'Est. Le Théâtre Taganka, où Le maître et Marguerite est toujours sur l'affiche , est situé sur Zemlianoï Val.

Le Théâtre Taganka
Le Théâtre Taganka

Les machinations de ce Moscovite dont parle Koroviev étaient typiques pour cette période. Des gens intelligents élaboraient des projets d'échange complexes dans lesquels des gens différents dans des combinaisons différentes jouaient un rôle et le pot-de-vin était presque considéré comme une pratique semi-juridique.

Le bal de la pleine lune de printemps, ou le bal des rois

La Северная симфония [Severnaïa simphonia] ouSymphonie nordique, écrit par Boris Nikolaïevitch Bugaïev (1880-1934), mieux connu sous son nom de plume d'Andreï Biéli finit avec un festin auquel les rois du nord boivent du sang en tasses d'or. Comme Marguerite, la reine s'agenouille sur un genou pour accueillir les invités, qui embrassent sa main et son genou.

Une reine française qui vivait au XVIe siècle

Dans le chapitre précédent vous pouvez lire plus sur Marguerite de Valois (1553-1615) et son mariage au roi français Henri IV (1553-1610).

Ces sept pattes d’or

Le menorah ou le chandelier à sept branches est un vieux symbole des hébraïques et un des symboles les plus vieux du Judaïsme en général. Moïse avait reçu des instructions strictes de Dieu pour faire un chandelier à sept branches et pour le mettre dans le Tabernacle de l'Arche d'Alliance où étaient aussi conservés les tablettes en pierre contenant les Dix Commandements. Le chandelier de Woland avec les sept pattes d'or est une parodie des menorahs.

Un menorah
Un menorah

Un scarabée taillé avec art dans une pierre noire

Boulgakov écrit жук [jouk], ce qui est un coléoptère ordinaire. Mais la plupart des traducteurs, y inclus le français, utilisent le mot scarabée, ce qui est un bousier qui jouait un rôle important dans la mythologie égyptienne.

Les Égyptiens considéraient le scarabée comme un symbole d'immortalité parce qu'il a survécu à l'inondation annuelle du Nil. L'utilisation rituelle de scarabées sculptées en pierre était fort répandue en Palestine, en Grèce et en Italie.

Les revues d’échecs donneraient une fortune pour pouvoir la publier

Marguerite a dit à Woland: «Je vous supplie de ne pas interrompre votre partie. Je suppose que les revues d’échecs donneraient une fortune pour pouvoir la publier.» Il est tout à fait possible que Boulgakov décrit ici la partie qui a été joué entre Mikhaïl Moiseïevitch Botvinnik (1911-1995) et Nikolaï Nikolaïevitch Rioumine (1908-1942) au Deuxième tournoi international d'échecs, qui a eu lieu à Moscou du 15 février au 15 mars 1935.

À ce tournoi ont participé douze joueurs soviétiques et huit joueurs d'autres pays. Ils appartenaient tous au top du monde. L'une d'eux était une femme: Vera Frantevna Mentchik (1906-1944), une britannique-tchèque qui, malheureux, finirait à la dernière place.

Mais la partie la plus impressionnante du tournoi était, comme il a été dit avant, celle entre Mikhaïl Botvinnik et Nikolaï Rioumine, jouée au sixième jour, le 22 février 1935. Ce fut une partie qui, à cette époque, a effectivement été beaucoup décrite, et non seulement dans les revues d’échecs. La partie fût même célèbre auprès des gens qui normalement n’avaient pas l’habitude de suivre les parties d'échecs. Elle tomba dans sa phase décisive lorsque Rioumine, avec son 33ème coup, a mis son roi sur la case G2 - comme Boulgakov l’a décrit -, suivi par un échec infligé par Botvinnik avec sa dame. Trois coups plus tard le partie fût terminée en faveur de Botvinnik.

Malgré cette partie historique, les résultats de Rioumine dans ce tournoi fûrent décevants. Il était quatorzième. Mikhaïl Botvinnik a fait beaucoup mieux: il a gagné le tournoi, mais il a dû partager la première place avec le joueur tchèque Salomon Mikhaïlovitch Flohr (1908-1983). Botvinnik était encore très jeune. Plusieurs années plus tard, il serait le numéro un dans le monde pour une période presque ininterrompue de quinze ans, entre 1948 et 1963.

Certains lecteurs anglais du Maître et Marguerite seront vraiment surpris quand ils lisent cette explication. Parce que dans la traduction anglaise de Richard Pevear et Larissa Volokhonsky, Woland dit: «The king is on square G-5», et dans la traduction de Michael Glenny on lit: «The king is on square Kz». Cette modification du texte des traducteurs est très étrange et incompréhensible, parce que Boulgakov a écrit en effet «Король на клетке г-два» ou «Le Roi est sur la case g-deux», comme l’ont écrit d’ailleurs tous les autres traducteurs que je connais.

Le Roi est sur G2, Botvinnik-Rioumine, 1935
Le Roi est sur G2, Botvinnik-Rioumine, 1935

Vas-tu sortir, damné Hans!

Dans le texte russe est écrit «Вылезай, окаянный ганс!» ou «Sors, maudit hans (gans)». Le mot ганс [hans] est prononcé gans et est un emprunt à l'allemand ou le néerlandais. Dans la culture allemande il y a beaucoup d'histoires folkloriques dans lesquels Hans, qui est souvent le troisième fils d'une famille, est présenté comme un idiot, ou au moins un petit dément. Bien que, à la fin, il finit d'habitude avec le trésor ou la belle princesse. L'équivalent du caractère de Hans en russe s'appelle souvent Ivan ou Ivanouchka.

Ivan et Hans sont dérivés du nom latin Johannes, ce qui signifie Yahweh est miséricordieux. D'autres dérivés sont John, Jean, Juan, John, Giovanni, Janusz, Jens, Sean, João etc.

Sextus Empiricus

Sextus Empiricus (160-210) était un philosophe, un astronome et un docteur romain du 2ème ou 3ème siècle. Son oeuvre philosophique est le plus complet qui a été gardé de l'ancien scepticisme grec et romain. Dans son travail médical, la tradition veut qu'il a appartenu à l'école empirique, comme il est reflété par son nom. Pourtant, au moins deux fois dans ses textes, Sextus semble se situer plus près de l'école méthodique, comme impliquent d'ailleurs ses vues philosophiques.

Sextus Empiricus conseille que nous devrions suspendre le jugement de pratiquement toutes les convictions. Ainsi, nous ne devrions ni affirmer aucune conviction comme vraie, ni nier n'importe quelle conviction comme fausse. Cette vue est connue comme le scepticisme pyrrhonien, qui est différent du scepticisme académique, qui, selon Sextus, nie la connaissance entièrement.

Sextus Empiricus
Sextus Empiricus

Martius Capella

Nous ne savons pas beaucoup de cet auteur du 5ème siècle qui écrivait en latin, sauf quelques détails que nous pouvons trouver dans son oeuvre, De nuptiis Philologiae et Mercurii (Sur le mariage de Philologie et Mercure). En plus de quelques hypothèses biographiques que nous pouvons déduire de quelques extraits dans cette énorme encyclopédie allégorique de neuf volumes, nous n'avons aucune trace historique de l'auteur.

Marcianus Capella
Fragment du Nuptiis Philologiae et Mercurii

Aristote

Aristote (384-322 BC) était un philosophe grec et il est considéré, ensemble avec Socrate (470 BC-399 BC) et Platon (427 BC- 347 BC), comme un des plus influents de philosophes grecs anciens.

Aristote peut être vu comme le premier homo universalis parce qu'il a présenté la logique et la méthodologie comme les moyens pour pratiquer la science et la philosophie. Il maîtrisait la panoplie totale de toutes les sciences connues dans son temps (la philosophie, la psychologie, les sciences humaines et politiques, les mathématiques et la physique, la linguistique et la littérature, le théâtre ...), et il les a systématiquement et méthodiquement élaboré dans un système intégré. Aristote peut être considéré comme un philosophe de système.

Aristote et Platon
Aristote et Platon par Raphael

J’ai mal à la jambe

La claudication de Satan est souvent accordée à sa chute du ciel.

En 1571, sur le Brocken, à l’assemblée des démons

Le Brocken est, avec ses 1141 mètres, la plus haute montagne dans l'Allemagne du Nord. Le Brocken, aussi appelé Blocksberg a toujours joué un rôle dans les légendes et a été lié aux sorcières et aux démons qui se rassemblent là à la Nuit de Walpurgis. Selon la tradition les sorcières qui ont été interdites de la terre étaient autorisées de revenir une fois l'année au Brocken pour un sabbat.

Goethe a décrit le Brocken dans Faust (écrit en 1808) comme le centre de réjouissances pour les sorcières sur la Nuit de Walpurgis.

Die Hexen zu dem Brocken ziehn,
Die Stoppel ist gelb, die Saat ist grün.
Dort sammelt sich der große Hauf,
Herr Urian sitzt oben auf.
So geht es über Stein und Stock,
Es farzt die Hexe, es stinkt der Bock.

Goethe peut avoir trouvé son inspiration de deux formations de roche sur le sommet de la montagne, le Teufelskanzel (Chaire du Démon ou l'Estrade du Démon) et le Hexenaltar (l'Autel des Sorcières), où Faust a vendu son âme au démon Mephistoteles.

Aujourd'hui encore toujours le plus grand festin de Walpurgis en Allemagne, dans la nuit du 30 avril au 1 mai, est célébré sur le Brocken. Des gens déguisés comme des sorcières courent dans les rues et frappent les passants sur les fesses avec un balai. Autour de l'Ascencion et de Pentecôte environ 60.000 personnes par jour visitent le Brocken.

La Chaire du Démon et l'Autel des Sorcières
La Chaire du Démon et l'Autel des Sorcières

Ma grand-mère

Dans des expressions russes la grand-mère du diable est quelquefois utilisée, comme le diable lui-même aussi d'ailleurs, comme, par exemple, dans «allez chez le diable» ou «allez chercher la grand-mère du diable!»

La guerre vient d’y éclater

La guerre qui vient d'éclater dans un petit morceau de terre, dont l’océan baigne un côté est la Guerre civile espagnole qui avait lieu dans ce temps (1936-1939). Boulgakov était fort préoccupé par cette guerre. Il en a écrit beaucoup dans ses lettres. Dans les douze ans que Boulgakov a travaillé sur Le maître et Marguerite, le passage avec le globe a seulement apparu en 1937, quand cette guerre était sur la radio chaque jour. Woland gémissant de la couverture par la radio est, en fait, une référence à ces nouvelles quotidiennes. L'opinion de Boulgakov était que les guerres ne pouvaient pas être terminées par les mots d'indignation, mais seulement par la force armée contre l'agresseur.

Guernica y Luno
Guernica y Luno le 26 avril 1937

Il est probable que Mikhaïl Boulgakov était inspiré pour ce passage par le bombardement de la ville basque de Guernica y Luno du 26 avril 1937 par la Légion Condor du général Hugo Sperrle (1885-1953). Cette légion fut une unité militaire de volontaires de l'Allemagne nazie qui a soutenu les fascistes espagnols du général Francisco Franco (1892-1975) militairement. Le bombardement a eu lieu le jour du marché hebdomadaire, et de nombreux abris n'ont pas résisté aux bombes. Par conséquent, beaucoup de gens ont fui dans les champs autour de la ville. À ce moment-là, des escadrons de Heinkel-51 ont tiré sur les hommes, les femmes et les enfants. Sur les 5000 habitants, 1654 ont été tués et 889 blessés. Suite à ce bombardement, le peintre Pablo Picasso (1881-1973) a conçu son célèbre tableau Guernica.

Guernica
Guernica (Pablo Picasso)

Abaddona

Abadonna vient du mot hébraïque אבדון. C'est prononcé comme avaddon, ce qui signifie destruction ou destructeur. Dans le Livre Job 26:6, 28:22 de l'Ancien testament c'est un autre nom pour le shéol, l'endroit des morts. Dans le Livre Révélation 9:11 du Nouveau Testament on appelle Abadonna «l’ange de l'abysse». Dans la mythologie grecque son rôle est joué par dieu Apollo.

Précédent      Suivant