Un grand bal chez Satan

Un lourd portrait ovale qui représentait un caniche noir

Le caniche apparaît souvent dans ce chapitre et le lecteur attentif sait pourquoi: dans Faust de Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) le démon Mephistopheles apparaît à Faust comme un caniche.

Marguerite se vit d’abord dans une forêt tropicale

Dans son journal, Elena Sergueïevna Chilovskaïa (1893-1970), la troisième épouse de Boulgakov, a décrit, le 23 avril 1935, une réception qu'elle appelle «un bal». Cette réception à eu lieu dans la Maison Spaso, la résidence de l'ambassadeur américain à Moscou.

«Je n'ai jamais vu un tel bal de ma vie. Tous portaient l'habit, il n'y avais que quelques vestons et smokings.

On dansait dans une salle à colonnes éclairée par des flots de lumière provenant d'une galerie; derrière une grille qui les séparait de l'orchestre, il y avait des faisans vivants et d'autres oiseaux. Nous avons dîné à de petites tables dans une énorme salle à manger avec, dans un coin, des oursons vivants, des chevreaux et des coqs en cage. Pendant le dîner, des musiciens jouaient de l'accordeon.

Dans la salle où nous avons dîné, la table où on avait disposé était recouverte d'un tissu vert transparant et éclairé de l'intérieur. Il y avait des brassées de tulipes et de roses. Je ne parle pas de l'abondance de nourriture, de champagne. À l'étage (c'est un grand et luxueux hôtel particulier) on avait aménagé une salle avec un grill pour les chachliks. Des danseurs y exécutaient des figures sur des chants caucasiens.

Nous avons voulu quitter les lieux à trois heures et demie mais on ne nous a pas laisser partir. Nous sommes parti à cinq heures et demie dans une des voitures de l'ambassade. Un certain Steiger, je crois, un homme que nous ne connaissons pas mais que tout Moscou connaît et qu'on rencontre toujours là où il y a des étrangers, est monté avec nous dans la voiture. Il a pris place à côté du chauffeur et nous, derrière. Il faisait déjà jour quand nous sommes arrivés chez nous.»

Les tulipes sont aussi mentionnées dans ce chapitre, comme beaucoup d'autres détails excentriques caractérisant les fêtes de l'ambassadeur américain William Bullitt (1873-1953) et qui sont décrits aux couleurs vives par Charles Thayer (1910-1969), un des fonctionnaires de l'ambassade, dans son livre Bears in the Caviar (1951). Le Steiger dont Elena Sergueïevna parle était Boris Sergeïevitch Steiger (1892-1937), «le mouchard» qui était le prototype pour Baron Meigel dans le roman.

Sur le site web Master & Margarita vous pouvez télécharger les chapitres de Bears in the Caviar qui décrivent les bals de William Bullitt dans la Maison Spaso.

Bears in the Caviar par Charles Thayer
Bears in the Caviar par Charles Thayer

Alléluia

De nouveau - pour la troisième fois dans le roman - la chanson Alléluia, écrit par Vincent Youmans (1898-1946) est joué. Nous l'avons vu apparaître auparavant dans Griboïedov (chapitre 5) et à la maison de docteur Kouzmine (chapitre 18).

Une cheminée remarquablement vaste

Dans mon pays nous mettons notre chaussure à côté de la cheminée à la veille du 6 décembre, pour l'arrivée de Saint Nicolas (280-342), l'ancien évêque de Myra, et touours le patron des enfants.

La cheminée en Russie était un endroit rituel important comme un sentier qui mène à un autre monde. C'était tant l'entrée que la sortie pour les êtres surnaturels comme les démons et les sorcières, comme dans La Nuit de Noël de Nicolas Vassiliévitch Gogol (1809-1852). L'âme disparaissait par le mitron après la mort. Dans la version de 1936 du roman, Marguerite entre dans l'appartment de Berlioz par la cheminée.

Des hommes en habit... accompagnés de femmes nues

«Les hommes en habit et les femmes nues» - c'était apparemment le dress code au grand bal de Satan. L'invitation que Boulgakov avait reçu pour la réception à l'ambassade américaine en 1935 était accompagnée d'une note manuscrite avec le texte «habit ou veston noir». Mais il me semble improbable que les femmes y étaient nues.

Un frac ou veston noir font également partie du code vestimentaire dans la franc-maçonnerie. L'intérêt de Boulgakov pour la franc-maçonnerie pourrait être expliqué par le fait que, en 1903, Afanasi Ivanovitch Boulgakov (1859-1907), théologien et historien de l'Église, et le père de Mikhaïl Afanasievitch, avait écrit un article sur La franc-maçonnerie moderne dans sa relation avec l'église et l'état, qui a été publié dans Les actes de l'Académie théologique de Kiev. Boulgakov fait référence à la franc-maçonnerie à plusieurs endroits dans le roman.

Vous pouvez lire plus sur la franc-maçonnerie dans Le maître et Marguerite dans la section Contexte du site web «Master & Margarita».

Afanasi Ivanovitch Boulgakov
Afanasi Ivanovitch Boulgakov

Les invités au ball

Tous les invités au bal de Satan ont quelques caractéristiques communes. Ils sont tous morts, évidemment et, à l'exception des musiciens, ils ont tous fait quelque chose qui leur a fait aller en enfer - ou qui aurait pu leur faire aller en enfer. L'avantage de leur mort consiste en ce que Boulgakov ne devait pas déguiser leurs noms.

Johann Strauss

Le «roi de la valse» est, évidemment, le compositeur viennois Johann Strauss jr. (1825-1899). Son père, Johann Strauss sr. (1804-1849), était déjà réputé lui-même comme le compositeur du Radetzky Marsch. Mais son fils Johann ou Schani deviendrait rapidement plus réputé avec ses valses inoubliables comme An der schönen blauen Donau, le Kaiserwalzer et Wiener Blut, et avec les operettes Die Fledermaus et Der Zigeunerbaron. Dans le temps de Johann Strauss jr. la valse viennoise n'était pas joué dans les théâtres ou les salles de concert comme c'est l'habitude aujourd'hui, mais surtout dans les salles de danse, aux réceptions ou à d'autres événements plus mondains.

Johann Strauss jr.
Johann Strauss jr.

Henri Vieuxtemps

Vieuxtemps est Henri Vieuxtemps (1820-1881), un violoniste virtuose belge de Verviers. À l'âge de dix ans il a fait ses débuts à Paris, où il a été introduit par un violoniste virtuose de ma ville natale Leuven, Charles Auguste de Bériot (1802-1870). Il a fait des tournées de concerts dans le monde entier, il a enseigné au conservatoire de Bruxelles et pour quelque temps, de 1846 à 1851, aussi au conservatoire de Saint-Petersbourg, où il était le premier violoniste de la cour impériale et du Théâtre Royal. Il a eu beaucoup de succès avec ses propres compositions aussi, parmi lesquelles 7 concertos, de la musique de chambre et des compositions pour violon et piano. C'était une pratique commune dans ce temps pour engager des musiciens de partout dans le monde pour jouer aux réceptions importantes comme ceux à la Maison Spaso.

Henri Vieuxtemps
Henri Vieuxtemps

Il lui baisait le genou droit

Les invités saluent Marguerite et lui baisent le genou. Certains voient cela comme une référence à la franc-maçonnerie, en notant que les apprentis dans leur initiation devraient découvrir leur genou droit. Et, en effet, les invités au bal embrassant le genou droit de Marguerite.

Initiation d'un franc-maçon
Initiation d'un franc-maçon

Monsieur Jacques

Monsieur Jacques est Jacques Cœur (1395-1456), un négociant français riche qui est devenu surintendant de finances de Charles VII (1403-1461). Il a accordé des prêts importants au roi pour financer ses guerres. Au début de sa carrière il n'a pas eu beaucoup de chance parce que, avant d'avoir réussi, il a été associé à un falsificateur. Et plus tard il a été accusé d'avoir essayé d'empoisonner Agnes Sorel (1422-1450), la maîtresse du roi.

Il a été condamné à mort, ce qui a plus tard était changé dans un bannissement pour la vie et une peine pécuniaire. Ses propriétés ont été confisquées pour que le roi ne devait pas rembourser son prêt. Plus tard Louis XI a réhabilité Jacques Cœur à titre posthume. Dans Le maître et Marguerite, Koroviev l'a appelé «coupable de haute trahison, mais fort estimable alchimiste», mais en fait il ne l'était pas. Il a construit un château magnifique à Bourges, sa commune natale.

Monsieur Jacques
Monsieur Jacques

Comte Robert

Le comte Robert, «l'amant d'une reine» selon Koroviev, est Robert Dudley (1532-1588), le compte de Leicester et un ami d'enfance de la reine britannique Elisabeth I (1533-1603). Il était le cinquième de treize enfants. Son épouse, Amy Robsart (1534-1560), est morte dans les circonstances mystérieuses, mais pas, comme suggéré par Boulgakov, à cause d'un empoisonnement. En réalité elle était tombée de l'escalier.

Il y a eu beaucoup de rumeurs d'une liaison entre Dudley et la reine. Beaucoup ont cru que Dudley avait tué sa femme pour se marier avec Elisabeth. Assez ironiquement, la mort d'Amy a rendu un mariage impossible parce qu'Elisabeth était fortement sous l'influence de l'opinion publique. Elle a mis le comte Robert à a tête de l'armée - il a dû vaincre l'Armada espagnole - mais il est mort peu après.

Le comte Robert
Le comte Robert

Madame Tofana

Dans le Энциклопедический словарь Брокгауза и Ефрона [Entsiklopeditcheski slovar Brokgauza i Yefrona] ou Le Dictionnaire Encyclopédique Brockhaus et Efron, Bulgakov a trouvé lz nom de Madame Tofana ou Teofania di Adamo (1653-?) sous le lemme Аква Тофана [Akva Tophana]. Elle était l'une «dynastie» d'empoisonneurs du 17ème siècle. Le poison portant son nom, l'aqua tofana, contenait vraisemblablement de l'arsenic et de la solanacée mortelle, aussi appelée Belladone et une des plantes les plus toxiques trouvées dans l'hémisphère Occidental. Des enfants ont été empoisonnés en mangeant pas plus que trois baies. Aqua tofana est un liquide incolore et insipide, c'est pourquoi c'était un moyen idéal pour tuer des membres de famille ou des époux.

Nous ne savons pas beaucoup de la première Teofania, Teofania di Palermo, a été exécutée pour de différents empoisonnements.

La deuxième Tofana, Teofania di Adamo (1653-?), était de Naples et aurait reçu la recette de la première Tofana. Elle aurait été conduite par la miandrie et aurait vendu le poison aussi, dans des bouteilles avec le portrait de Saint-Nicolas, d'où le nom commercial Manna di San Nicola. Son poison aurait tué au moins 600 personnes. Elle a été torturée en public et exécutée.

La troisième Tofana, Giulia Tofana, a opéré à Rome et aurait été la soeur ou la fille de la deuxième. Elle aurait été condamnée à mort et exécutée au Campo di Fiore.

The Love Potion par Evelyn De Morgan
The Love Potion par Evelyn De Morgan

Une curieuse botte de bois

La curieuse botte de bois est un instrument de torture. C'était un genre de moule qui étais mis autour de la jambe et qui était serré graduellement . Quand une sorcière refusait d'avouer, ses jambes étaient cassées avec cet instrument horrible. En anglais cet instrument est appelé Spanish boot, ou botte espagnole.

Le docteur James Fian, un maître d'école à Saltpans (en Écosse) était une sorcière mâle qui était soupçonné de haute trahison contre le roi. Il serait finalement brûlé vivant en 1591 à Edinbourg. Il a décrit comment il a été «mis dans la douleur la plus violente et la plus cruelle dans le monde, à savoir la botte espagnole», qui a fait que «ses jambes étaient écrasées et les os et la chair étaient tellement meurtris que le sang et la moelle osseuse faisaient des éclaboussures dans d'énormes quantités».

Frieda

Dans les archives de Boulgakov a été trouvé un extrait du livre Die sexuelle Frage écrit par le neurologue et psychiatre suisse Auguste Forel (1848-1931). Forel a reçu quelques conflits avec l'Église catholique parce qu'il a cru que l'âme et le cerveau ont été raccordés inséparablement.

Forel ne s'est pas juste occupé de ses patients, il était aussi concerné par des réformes sociales. Il a travaillé avec des alcooliques et il était un membre actif du mouvement suisse contre l'abus d'alcool. Il était un abstème lui-même. Dans Die sexuelle Frage il a décrit les problèmes sexuels qu'il avait observés dans sa pratique. Un de ses objets d'étude était Fried Keller - qui avait tué un petit garçon - et une certaine Koniecko - qui avait étranglé un bébé avec un mouchoir.

Fried Keller a travaillé dans un café dans le canton suisse Sankt Gallen. Le propriétaire marié de l'endroit a été amoureux d'elle et quand elle avait 19 ans il l'a attirée dans la cave. En mai 1899 elle a accouché d'un garçon dans l'hôpital de Sankt Gallen. Son enfant a été placé dans un centre d’accueil, mais a dû sortir lde à après 5 ans. Forel a décrit en détail son état d'esprit émotionnel pendant la période juste avant le lundi de Pâques 1904, quand elle allait revoir son enfant. Mais elle avait entendu dire que les religieuses du centre d’accueil avaient décidé d'envoyer son enfant à sa soeur à Zürich. Elle a pris son enfant avec elle et l'a apporté au bois. Elle a creusé une tombe avec ses mains, a étranglé l'enfant avec un morceau de dentelle et est allée à la maison. Mais l'enfant a été trouvé par les bohémiens après une lourde douche de pluie et Fried Keller a été arrêté le 14 juillet.

Koniecko était une ouvrière de 19 ans de Silésie. Elle est devenue enceinte dans une situation semblable et a étranglé son enfant nouvellement né avec un mouchoir le 25 février 1908. Elle a été condamnée à 2 ans de prison. Cette injonction a été lourdement critiquée en Suisse parce que le coupable réel - le père de l'enfant qui l'avait abandonné - n'a pas été puni.

Boulgakov a combiné les biographies des deux femmes dans le personnage de Frieda, ce qui peut être aussi une référence au Faust de Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), dans lequel Gretchen tue son enfant nouvellement né aussi.

Auguste Forel
Auguste Forel

La marquise

La marquise est Marie-Madeleine Dreux d'Aubray (1630-1676), marquise de Brinvilliers, une empoisonneuse notoire qui, avec l'aide de son amant, le capitaine militaire Jean Baptiste Godin de Sainte-Croix (?-1672), a tué son père, son frère et ses deux soeurs dans le but de s'approprier leur part d'héritage. Elle aurait utilisé la notoire aqua tofana pour cela. Il y a des rumeurs qu'elle a aussi tué des pauvres qu'elle visitait souvent aux hôpitaux. Elle a été condamnée à la torture d'eau. Ell a du boire seize pintes d'eau par la contrainte, ce qui était suivi par la décapitation et la crémation.

Marquise de Brinvilliers
La marquise de Brinvilliers torturée

Madame Minkina

Madame Minkina, ou Anastasia Fiodorovna Minkina (1782-1825), était la domestique et la maîtresse du comte Aleksei Araksheïev (1769-1854), le conseiller militaire du tsar Alexandre I (1777-1825). Elle était une femme extraordinairement cruelle et pernicieuse - un jour elle a brûlé, aveuglé par la jalousie, le visage d'une bonne avec le fer à friser. Son propre personnel s'est révolté contre elle et l'a tuée en 1825. Aleksei Araksheïev lui-même avait peu à apprendre de sa maîtresse. Les femmes des fermiers sur son comté Grouzino près de Novgorod étaient obligées à donner naissance à au moins un enfant par an et parce qu'il était fou du chant des rossignols il a faire pendre tous les chats sur son territoire.

Anastasia Fiodorovna Minkina
Anastasia Fiodorovna Minkina

L'empereur Rodolphe

L’empereur Rodolphe ou Rodolphe II de Habsbourg (1552-1612), l'empereur allemand et fils de Maximilien II (1527-1576), a vécu à Prague et il était le patron de Tycho Brahe (1546-1601) et Johann Kepler (1571-1630). En 1572, Brahe a découvert une nouvelle étoile dans la constellation Cassiopeia. Il a décrit cet événement dans son livre Stella Nova. Plus tard il est devenu célèbre parce que cette étoile avait l'air d'être une supernova. Il a prouvé que l'atmosphère des étoiles comme il a été décrit par Aristote (384 BC-322 BC) n'était pas constant. Johann Kepler était un assistant de Tycho Brahe. Il est devenu connu pour son élaboration des lois des mouvements des planètes.Plus tard, Isaac Newton (1643-1727) utiliserait ses découvertes pour le développement de sa loi de gravité.

Rodolphe II de Habsbourg
Rodolphe II de Habsbourg

Une couturière de Moscou

La couturière de Moscou est Zoïka Denisovna Pelts, l'héroïne de la pièce de théâtre de Boulgakov L'Appartement de Zoïka. Zoïka a dirigé un bordel sous l'apparence d'un magasin de tailleur. Ses filles étaient des soi-disant modèles et elle était obsédée par le désir de pouvoir changer l'Union soviétique pour Paris. Le prototype pour ce personnage pourrait être une certaine Adèle Adolfovna Trostjana, qui aurait eu un bordel déguisé comme une boutique. Boulgakov a lu un article sur son procès dans le journal Krasnaïa Gazeta en octobre 1924.

Gaïus César Caligula

Caligula est le surnom de Gaïus César (12BC-41). Il était le fils de Germanicus (15BC-19) et Agrippine l'Aînée (14BC-33), et il a succédé à Tiberius (42BC-37) comme l'empereur de Rome. Les gens l'ont appelé un malade mental, parce qu'il a mis Rome par beaucoup de brutalités tyranniques et il a été finalement tué. Caligula a été élevé dans un camp militaire. Il était populaire parmi les soldats et c'est là qu'il a eu son surnom Caligula, dérivé du mot latin caligae (bottes de soldats). Dans son temps personne n'a utilisé ce surnom, il est devenu seulement populaire parce que les historiens l'ont utilisé tout le temps.

Messaline

Messaline est Valeria Messalina (15BC-48), la troisième femme de l'empereur romain Claude (10BC-54), le successeur de Caligula. Elle était la fille de Domitia Longina (10BC-54) et de Valerius Messalla Barbatus (11BC-21). Elle était d'une famille romaine respectable, mais elle était connue pour son immoralité. Elle aurait une fois défiée par une prostituée romaine notoire, Scylla, à une compétition sexuelle. Scylla a renoncé après 25 hommes, mais Messaline a persisté jusqu'à l'aurore. Finalement elle a été exécutée parce que Claude avait entendu dire qu'elle avait organisé une conspiration contre lui. Plus tard, sa fille Claudia Octavia (39-62) deviendrait la première femme d'empereur Néron (37-68).

Maliouta Skouratov

Maliouta Skouratov avec «sa véritable barbe de feu» est le surnom du noble russe et personnage historique notoire Grigori Loukianovitch Skouratov-Belsky (?-1573), le bras droit de Иван Грозный [Ivan Grozni] ou Ivan le Terrible (1530-1584), le premier tsar russe. Le tsar Ivan avait proclamé la soi-disant опричнина [opritchina], une politique de l'État avec, entre autres, l'établissement d'une police secrète. Skouratow était le chef des oprichniks, un corps spécial qui a terrorisé le pays avec des incendies volontaires, des pillages et des meurtres. Avec ses propres mains il a étranglé l'archevêque Orthodoxe Philippe II (1507-1569).

Maliouta Skouratov s'approche de Philippe II
Maliouta Skouratov s'approche de Philippe II

Les deux derniers invités

Les deux derniers invités ne sont pas appelés par leur nom dans le roman. Mais du dialogue entre Marguerite et Koroviev nous apprenons qu'il s'agit du Commissaire du Peuple d'Affaires étrangères - et chef de la police secrète NKVD - Guenrikh Grigoriévitch Yagoda (1891-1938) et son secrétaire Pavel Pavlovitch Boulanov (1895-1938). Tous les deux sont tombés en disgrâce et ils ont été accusés d'avoir saupoudré les murs du bureau de Nikolaï Ivanovitch Yejov (1936-1938), le successeur de Yagoda, avec du poison. En 1938 ils ont été condamnés pour être fusillé pendant un procès de spectacle qui est devenu très réputé (pour lequel ils avaient été des interrogateurs eux-mêmes au début). Yagoda était un joueur notoire et un coureur de jupons.

Toutefois, le réalisateur Iouri Kara (°1954) présente une vision différente sur les deux derniers invirés. Dans son film Master i Margarita de 1994, il montre Adolf Hitler (1889-1945) et Joseph Staline (1887-1953), qui font leurs débuts à Marguerite. Selon Kara, Boulgakov a pensé à eux quand il a écrit: «Les deux derniers invités montaient l’escalier». Mais il n'aurait pas pu relever les noms de ces deux dictateurs parce que, quand il a écrit le roman, ils étaient encore en vie.

Votre webmaster a sous-titré ce film en français, anglais, allemand, italien et néerlandais. Cliquez sur le lien ci-dessous pour commander le DVD dans notre boutique en ligne.

Order DVD

Asperger de poison les murs du cabinet

L'histoire des personnes qui aspergent de poison les murs d'un bureau est fondée sur les accusations réelles qui ont été faites en mars de 1938 au cours du procès, dit du Bloc des droitiers et des trotskistes antisoviétiques, aussi appelé le Procès des 21 en incluant, parmi d'autres, Nikolaï Ivanovitch Boukharine (1888-1938), Alekseï Ivanovitch Rykov (1881-1938) et Guenrikh Grigoriévitch Yagoda (1891-1938).

Yagoda avait été renvoyé comme chef du service secret NKVD en 1936 et on suppose que, ayant peur d'être accusé des assassinats de Sergueï Kirov (1886-1934) et de l'auteur Maxime Gorki (1868-1936). il avait, ensemble avec son secrétaire Pavel Petrovitch Boulanov (1936-1938), aspergé de poison les murs du bureau de son successeur Nikolaï Ivanovitch Iejov (1895-1940). Yagoda et Boulanov ont été condamnés et fusillés. Boulgakov avait bien compris toute la farce des charges fabriquées et Yagoda et Boulanov rejoignent les rangs des empoisonneurs imaginaires au bal de Satan. Évidemment le nom de Yagoda ne pouvait pas être mentionné après sa démission.

Deux hamadryas à crinière léonine

Les traducteurs français ont été un peu négligants ici, parce que dans le texte russe il ne s'agit pas d'hamadryas ou des babouins, mais d'hamadryades, une sorte de nymphes. Boulgakov parle de Два гамадрила [dva hamadrila] ou deux hamadryades.

Les hamadryades sont des êtres mythologiques greques qui vivent dans les arbres. Une hamadryade est une espèce spécifique de dryade, un type particulier de nymphes. Les hamadryades sont nées liées à un arbre spécifique. Si leur arbre est mort, l’hamadryade y associée est morte aussi. Pour cette raison, le dryades et les dieux punissent n'importe quels mortels qui font du mal aux arbres.

Une danse populaire russe

Boulgakov est un peu plus précis que les traducteurs français. Il ne dit pas que les ours blancs exécutaient une danse populaire russe, il dit qu'ils dansaient la камаринская (kamarinskaïa).

Le mot kamarinskaïa est dérivé du nom de la ville de Kamarino. La kamarinskaïa est une chanson de danse russe avec un air court et répététitif et des mots tout à fait grossiers. Une version se présente comme suit : «quel gars étrange es tu, un paysan de Kamarino, comment tu trébuches dans la rue. Je cours au magasin d'alcool avec une migraine, parce qu'un paysan ne peut pas vivre sans alcool», ou encore : «oh, toi, fils d'une prostituée, moujik (paysan) de Kamarino…»

Quand la kamarinskaïa est chantée ou dansée à un mariage, on ne s'occupe pas trop des justes pas. Les pas grotesques, le secouement des épaules, les mouvements vilains et parfois dégoûtants - tout cela fait partie du jeu.

En 1848, le compositeur russe Mikhaïl Ivanovitch Glinka (1804-1857) a écrit le poème symphonique Kamarinskaïa dans lequel il avait intégré cet air russe populaire.

Mikhaïl Ivanovitch Glinka
Mikhaïl Ivanovitch Glinka

Une salamandre qui faisait des tours de passe-passe dans le foyer ardent d’une cheminée

Au grand bal, Marguerite voit un salamandre magique qui ne brûle pas dans la cheminée. Dans les traditions médiévales on pensait que les salamandres pouvaient survivre aux feux.

Une autre connexion intéressante consiste en ce que le salamandre ignifugé était le symbole du roi français François I (1494-1547), qui était le grand-père de Marguerite de Valois (1551-1615) et le frère de Marguerite de Navarre (1492-1549).

François I
François I

Une tête d’homme coupée, dont les dents de devant étaient brisées

La tête de Berlioz sur un plat rappelle évidemment l'histoire biblique de Salomé qui avait demandé à voir la tête de Jean le Baptiste sur un plat.

Salomé avec la tête de Jean le Baptiste
Salomé avec la tête de Jean le Baptiste

Le crâne étant utilisé comme une tasse fait penser à l'histoire du dernier prince russe païen au pays de Rus' de Kiev, le Prince Sviatoslav I de Kiev (942-972), le père du prince Vladimir Sviatoslavitch le Grand (956-1015) (voir chapitre 18).

Le prince Sviatoslav a été attrapé dans l'embuscade et tué par les Petchenègues (un peuple nomade d'origine turque) quand il a voulu traverser les cataractes près de Khortitsa en 972. La Chronique Primaire - un manuscrit russe du 12ème siècle, parfois appelé Conte des années passées et décrivant l'histoire du pays de Rus' d'une manière chrétienne - dit en passant que Kurya, le khan du Petchenègues, a fait une calice de son crâne.

Prince Sviatoslav
Prince Sviatoslav

Il sera donné à chacun selon sa foi

Les mots de Woland: «Il sera donné à chacun selon sa foi» sont une interprétation assez libre de Matthieu 9:29: «Qu'il vous soit fait selon votre foi».

Le baron Meigel

Le prototype réel pour le personnage de Baron Meigel est, sans doute, Baron Boris Sergueïevitch (von) Steiger (1892-1937). Au cours des années ‘20 et ‘30 il a travaillé au Народный комиссариат просвещения (Наркомпрос) [Narodni kommisariat prosvechtchenia] (Narkompros) ou le Commissariat du Peuple à l'Instruction publique à Moscou, où il fut responsable des Relations externes. Simultanément il travailla comme un agent du Объединённое государственное политическое управление (ОГПУ) [Obedinionnoïe gosoudarstvennoïe polititcheskoïe oupravleniïe] (Guépéou) ou l'Administration politique de l'État, le service secret qui fut intégré dans le NKVD en 1934. En 1937 Steiger a été arrêté et fusillé.

Boris Sergueïevitch (von) Steiger
Boris Sergueïevitch (von) Steiger

Steiger est mentionné plusieurs fois dans le journal d'Elena Sergueïevna Chilovskaïa (1893-1970). Il fréquentait souvent les cercles de l'Ambassade américaine et il faisait des rapports sur les étrangers raccordés avec le théâtre et sur les citoyens soviétiques ayant des contacts avec l'ambassade.

Soutane noire et longue et large épée

À la fin du bal, lorsque le sang du baron Meigel a été recueilli dans le crâne de Berlioz, Woland porta le crâne à ses lèvres, et une métamorphose survint. La chemise de nuit rapiécée et les pantoufles éculées disparurent. Maintenant, il était vêtu d’une soutane noire, une épée d’acier au côté. Au fait, dans le texte original, Boulgakov n'a pas parlé d'une soutane, mais d'une хламида [khlamida] ou chlamyde.

Une chlamyde fut une draperie portée par les hommes de la Grèce antique, originaires de la Macédoine et la Thessalie. Ce fut un morceau de tissu rectangulaire, qui fut jeté sur l'épaule gauche et qui fut tenu avec une épingle à linge sur l'épaule droite.

La chlamyde noire et l'épée d’acier correspondent au costume d'un Chevalier Kadosh ou Chevalier de l'Aigle Blanc et Noir, le 30ème degré dans le Rite écossais ancien et accepté.

Marcus Aurelius vêtu d'une chlamyde
Marcus Aurelius vêtu d'une chlamyde


Bois!

D'abord, Woland porta le crâne à ses lèvres, mais il la présenta à Marguerite et dit: «Bois». Cela fait référence à l'étanchéité de la confrérie par le mélange du sang lors de l'initiation d'un maçon apprenti. Le mélange est symboliquement représenté par une coupe de vin rouge dont le maître et le candidat boivent ensemble.

Dans le rituel d'initiation pour le degré de Chevalier d'Orient et d'Occident, le 17ème degré dans le Rite écossais ancien et accepté, le sang joue un rôle important. Les évêques amènent le candidat à un bassin où ils ont mis un couteau et un peu de vin rouge. Ils approchent le candidat, font tomber quelques gouttes sur son bras alors qu'ils prétendent de le saigner. Quand le «sang» coule, il est collecté sur un tissu et montré au candidat avec les mots: «Il ne faut jamais avoir peur de verser son sang pour voir des choses merveilleuses».

Précédent      Suivant