Archibald Archibaldovitch

Français > Personnages > Personnages à Moscou > Archibald Archibaldovitch

Context

Archibald Archibaldovitch est le dirigeant du restaurant de Griboïedov où les clients sont gâtés avec «du sandre au naturel», morceau magistral, pour seulement cinq cinquante kopecks! Au Colisée, la portion de sandre coûte treize roubles quinze kopecks pour un sandre qui date de trois jours. Des «œufs-cocotte», de la «purée de champignons servie dans de petites tasses», les «cailles à la génoise»... ce n'est pas claire comment il réussit à organiser tout cela, mais il était très capable à servir une vie très agréable à son public  - les members de Massolit.

Le commandant du brick ou le pirate, comme Boulgakov l'appelle à quelques reprises, est aussi un homme d'action. Il avait une discussion assez ferme avec le portier, qui n'avait pas empêché Ivan-en-caleçon d'entrer, «puisqu’il est membre du Massolit». «Un homme ne peut aller en linge de corps dans les rues de Moscou que dans un seul cas: s’il est accompagné par la milice - et dans une seule direction: le poste! Et toi, si tu es portier, tu dois savoir que, dès que tu aperçois un homme dans cette tenue, ton devoir est, sans perdre une seconde, de te mettre à siffler». Après avoir dit cela,  le commandant donna ses ordres avec clarté, brièveté et précision: «Va chercher Pantaleon à l’office. Appelle la milice. Procès-verbal. Une voiture. Pour l’hôpital psychiatrique.» (et il ajouta :) «Siffle!»

C'était donc Archibaldovitch qui était le responsable du transport d'Ivan à l'hôpital, où il rencontrerait le maître. À la fin du roman, il tentera de livrer Koroviev et Behemoth au NKVD, mais il prendra un coup franc. Il y aura une fusillade et le bâtiment éclate en flammes.


Prototype

La personne réelle qui fut le prototype pour Archibald Archibaldovitch était Iakov Danilovitch Rozental (1893-1966), surnommé la Barbe - pour une raison qui devrait être évidente de cette photo. C'était pour la même raison que Boulgakov l'appelait le pirate.

Archibald est un nom d'origine germanique, composé des mots «ercan» ou naturel et «bald» ou audacieux. Dans les oreilles russes, il semble étrange, surtout quand, comme il est indiqué par le patronyme ou nom de père Archibaldovitch, il est utilisé pour deux générations.

Selon Boris Vadimovitch Sokolov (°1957), l'auteur de l'Encyclopédie de Boulgakov, Boulgakov s'est inspiré par le nom d'Edward Edwardovich von Mandro de L'excentrique moscovite écrit par Andrei Bely (1880-1934). Non seulement à cause de la répétition dans le nom, mais aussi parce que von Mandro, tut comme Rozental, était d'origine juive.

Rozental, comme Boulgakov, venait de Kiev. Et tout comme Boulgakov, il a déménagé à Moscou en 1921. De 1925 à 1931, il a été le directeur du restaurant de la Maison de Herzen, le prototype pour la maison des écrivains Griboïedov, et d'un restaurant dans le Жургаз [Jourgaz] ou la Résidence pour les magazines et les journaux, en bref l'Union des journalistes. Le jardin de la Jourgaz, soit dit en passant, a sans doute inspiré Boulgakov à décrire la pergola de la maison de Griboïedov dans Le maître et Marguerite, et l'idée de l'orchestre de jazz qui joue Alléluia vient également de cette résidence.

Rozental a toujours travaillé dans le secteur de la littérature, parce que plus tard, il est devenu responsable du restaurant du Клуб театральных работников [Kloub teatralnikh rabotnikov] ou le Club des travailleurs du théâtre, qui a été rebaptisé plus tard à la Maison centrale des Artistes. Boris Mikhaïlovitch Filippov (1903-1991), le directeur de cette maison, se souvient de Rozental comme un bon gestionnaire, un excellent cuisinier et un homme chaleureux.

Les Boulgakov ont connu Iakov Rozental, et pas seulement du restaurant. De l'été 1932 jusqu'à sa mort, Boulgakov a vécu avec Elena Sergueïevna et son fils Sergueï dans la rue Fourmanov (maintenant Nachtchokinski pereulok) tandis que Iakov Rozental a vécu sur le boulevard Gogol, à 50 mètres de chez eux. Elena Sergueïevna Chilovskaïa (1893-1970) l'a mentionné dans son journal. Le 11 août 1939, elle écrit: «Iakov Danilovitch est drôle. Il sert des produits gastronomiques, et puis il parle de la pièce de théâtre, comme s'il l'a regardé personnellement.»

Mais, comme le personnage Archibald Archibaldovitch Iakov Rozental pourrait être vigoureux et stricte contre, par exemple, les serveurs qui ont fait des erreurs. Ils pouvaient s'attendre à ce qu'il puisse leur répondre brusquement.



Partager cette page |