Andrei Fokitch Sokov

Français > Personnages > Personnages à Moscou > Andrei Fokitch Sokov

Rôle

Andreï Fokitch Sokov est le buffetier au théâtre des Variétés. Après le spectacle chaotique il veut voir le directeur du théâtre des Variétés, Stepan Bogdanovitch Likhodieïev, parce que l'argent qu'il avait reçu pour les consommations au bar du théâtre avait changé en des bouts de papier. Mais, évidemment, il n'a pas trouvé Likhodieïev dans l'appartement 50, mais Woland et son escorte. Dans un dialogue angoissant ils se plaignent du bryzna, du thé et de l'esturgeon et en passant ils annoncent à AndreÏ Fokitch que neuf mois plus tard, en février de l'année prochaine, il mourra d'un cancer du foie, à la clinique du quartier de l’Université, salle 4. Il va trouver un médecin, le professeur Kouzmine, qui apprendra, à son tour, que l'argent que Sokov a utilisé pour lui payer, changait en étiquettes des bouteilles de vin Abrau-Durso.

Et oui, neuf mois plus tard, Andreï Fokitch Sokov meurt d'un cancer du foie à la clinique du quartier de l’Université, salle 4...

Contexte

Andrei Fokich Sokov joue un rôle secondaire dans le roman. Mais n'est-ce pas typique et même essentiel pour les barmans? Son nom Sokov n'est pas une coïncidence. Le mot russe сок [sok] signifie jus. Соков [Sokov] pourrait être traduit comme jucieux.

Certaines des phrases du dialogue tentant entre Sokov et les visiteurs diaboliques sont devenues des expressions populaires dans la vie quotidienne des Russes tout de suite après la première publication du Maître et Marguerite. Un d'entre elles est Осетрину прислали второй свежести ou l'esturgeon de deuxième fraîcheur. C'était commun dans l'Union soviétique pour classifier des choses dans les qualités, pour que les catégories moindres pourraient avoir un nom positif en tout cas.

Une autre expression de ce dialogue qui est devenu très populaire était бином Ньютона ou le théorème du binôme de Newton. C'est une formule mathématique assez complexe développée par Isaac Newton (1643-1727) donnant l'expansion de pouvoirs de sommes. Selon l'escorte de Woland n'importe quoi est plus facile que le théorème du binôme de Newton, même la prédiction de la mort de quelqu'un.



Partager cette page |