Personnages à Moscou

Français > Personnages > Personnages à Moscou

Il aurait été un peu étrange si Boulgakov, au début du Maître et Marguerite avait dit en passant que " Toute ressemblance avec des personnes réelles ne serait que pure coïncidence". N’est-ce pas?

Les personnages décrits par Boulgakov sont souvent des parodies de personnes réelles, comme Iakov Rozental, le directeur du restaurant de la maison Herzen à Moscou, qui joue le même rôle dans le roman, mais là il est appellé Archibald Archibaldovitch, le directeur du restaurant de la maison des auteurs Griboïedov. Ou le Baron Steiger, qui était, au cours des 'années 30 à Moscou, juste le même mouchard que le Baron Meigel dans le roman et que l’on trouvait toujours "autour des étrangers" aussi.

Boulgakov décrit aussi beaucoup de personnages littéraires qui l'ont contrarié dans la vie réelle et de qui il élargit leurs faiblesses dans le roman. Il se moque du directeur du MKHAT Vladimir Ivanovitch Niemirovitch-Daltchenko comme Bengalski dans le théâtre des Variétés. Et il présente Vladimir Vladimirovitch Maïakovski, qui avait écrit un poème idéologiquement correct pour Pouchkine, comme le poète Alexandre Rioukhine qui maudit Pouchkine et qui épanche sa bile sur lui. Et ainsi il y a beaucoup plus d'exemples.

Et quelquefois des personnages beaucoup moins ont dû prendre le coup sec, comme la propre voisine de Boulgakov Annouchka Goriacheva ou son médecin, le docteur Kouzmine. Boulgakov n'a pas même changé leurs noms.

Quelquefois les personnages à Moscou ne représentent pas de prototypes réels, mais alors ils ont des noms faisant allusion aux situations dans l'Union soviétique que Boulgakov a voulue critiquer, comme Bogokhoulski, le blasphémateur, ou Likhodieïev, le salaud. Et parfois leurs noms font allusion aux caractéristiques agaçantes que Boulgakov usurpe aux prototypes de ses personnages. Les exemples sont Mogarytch, l'homme qui a trahi le Maître et a pris son sous-sol et Bossoï, le président de l'association des locataires.



Partager cette page |