Autres personnages à Moscou

Français > Personnages > Personnages à Moscou > Autres personnages à Moscou

Ambroise et Foka

Dans le chapitre 5, Ambroise et Foka forment le duo près de la grille en fer forgé de Griboïedov, qui ont un dialogue sur le travail virtuose d'Archibald Archibaldovitch et les délices qu'il sert dans le restaurant.

Ambroise vient du mot grec αμβροσία [amvrosia] ou immortel. C'était aussi le nom de la nourriture des dieux qui offraientt l'immortalité à tous ceux qui en mangeaient. Foka est le nom du héros de la fable La soupe de poisson de Demian du fabuliste russe Ivan Andreïevitch Krylov (1769-1844). Foka rejette la nourriture excessive. Il n'est donc pas étonnant qu'Ambrosi ne sache pas quoi faire de son enthousiasme, alors que Foka pense que «tl'on peut aussi dîner chez soi».


Anna Frantzevna de Fougères

Anna Frantzevna, la veuve du bijoutier de Fougères, a vécu dans l'appartement numéro 50 de Bolshaïa Sadovaïa oulitsa 302-bis avant Likhodieïev et Berlioz. Le nom de Fougères doit sembler étrange dans les oreilles russes, parce que фужер [fougèré] signifie verre de vin en russe. En Russie a vécu un bijoutier réel avec un nom semblable: Pierre-Karl Fabergé.

Fabergé était un russe de la troisième génération qui gérait la bijouterie que son père avait fondée en 1870 à Saint-Petersbourg. Il a ouvert des points de ventes à Moscou, Odessa, Paris et Londres. Ses artisans ont fait beaucoup d'objets luxueusement décorés, mais sont devenus réputés partout dans le monde avec les œufs impériaux de Pâques qui étaient très populaires chez les deux derniers tsars entre 1881 et 1917.

Un parent lointain du bijoutier réel, A. P. Fabergé, a vécu dans Pretchistenka 13, où certains des amis de Boulgakov ont vécu plus tard. Boulgakov était un visiteur fréquent de cette maison quand il a commencé à vivre à Moscou. Le chandelier et l'escalier dans le roman sont fondés probablement sur les exemples qu’il avait vu là.


Prokhor Petrovitch (Procha)

Prokhor Petrovitch est le président de la Commission des spectacles et des délassements comiques. Quand Béhémoth vient le voir «pour lui parler de deux ou trois petites choses» il se met en colère: «Mais qu’est-ce que c’est que ça? Qu’on le chasse, immédiatement! Ou que le diable m’emporte!» Et aussitôt - crac! Petrovitch disparaît, mais son costume est toujours là et continue à travailler comme si rien n’est arrivé. Il rentre dans son costume immédiatement après l’arrivée de la milice dans son cabinet, ce qui plonge Anna Richardovna dans une joie extasiée.

La Commission des spectacles et des délassements comiques que Petrovitch préside est sans doute le Государственного объединения музыки, эстрады и цирка (ГОМЕЦ) [Gosousarstvennogo obedinenia muzyki, estradi i tsirka] (GOMEC) ou l'Union d'État pour les Entreprises de Music-hall, Concerts et Cirque, qui se trouvait dans le bâtiment du Vieux Cirque, au Tsvetnoi bulvar no. 13, où on trouve le Cirque Iouri Nikoulin aujourd'hui. Pour le personnage de Prokhor Petrovitch, nous n'avons pas (encore) trouvé de prototype de la vie réelle.


Anna Richardovna

Anna Richardovna est la secrétaire de Prokhor Petrovich (Procha), le président de la Commission des spectacles et des délassements comiques. Elle appelle son patron Procha, ce qui est assez inconvenant dans un cadre de travail.


Nikolaï Ivanovitch

Nikolaï Ivanovitch est le voisin d'en bas de Marguerite qui se frotte avec le restant de la crème d'Azazello et qui change dans un cochon. Il devient copain de la femme de chambre de Marguerite, la jolie Natacha, qui vole sur son dos au grand bal de Woland. Il reçoit de Woland, très exceptionnellement, un certificat déclarant qu'il «a passé la nuit indiquée à un bal chez Satan, pour lequel il a été recruté en qualité de moyen de transport... Hella ajoute, entre parenthèses, 'pourceau', Signé: Béhémoth». Il veut ce certificat parce qu'il veut «le présenter à la milice et à sa femme».


Nathalie Prokofievna (Natacha)

Natacha est la femme de chambre de Marguerite qui se frotte avec le restant de la crème d'Azazello aussi. Après le bal, Woland lui permet, comme tous les amis de Marguerite, d'être ramenée à la vie qu'elle souhaite, mais elle préfère rester une sorcière parce que Monsieur Jacques, un des invités au bal, lui avait proposé.


Ivan Savelïevitch Varienoukha

Varienoukha est l'administrateur du théâtre des Variétés. Après une réunion assez impolie avec Béhémoth et Azazello apparaît dans le hall de Sadovaïa 302-bis devant lui une jeune fille rousse complètement nue dont les yeux brillaient d’un éclat phosphorique. «Laisse-moi t’embrasser», dit tendrement la jeune fille, et, tout près de ses yeux, Varienoukha vit deux yeux étincelants. Il devient un vampire et, ensemble avec Hella il terrorise le directeur financier Rimski, qui a été à peine sauvé par le cri joyeux d’un coq.

Varienoukha vient de варение [varenie] ou brasser. C'est aussi le nom d'un cocktail Ukrainien fait du miel, des baies et des épices bouillis dans la vodka. Différemment des Russes, qui exigent de vodkas froides, les Ukrainiens préfèrent des vodkas chaudes parce que, comme ils l'expriment si pittoresquement: «ils font fleurir un oeillet dans votre estomac». Pendant les siècles la varenoukha - ce qui signifie bouilli - était le boisson préféré des Cosaques, parce qu'elle alimentait leurs corps de guerrier pendant la journée et en leur rendait joyeux la nuit.


Grigori Danilovitch Rimski

Rimski est le directeur financier du théâtre des Variétés. Mais Boulgakov le décrit comme финдиректор [findirektor] ou findirecteur, selon la bonne pratique du régime soviétique d'utiliser des abréviations dans un contexte officiel. Il est regrettable que les traducteurs n'aient pas repris ce mot, parce que c'est l'une de ces nombreuses petites parodies du roman qui donnent aux histoires un pigment supplémentaire.

Римский [Rimski] signifie Romain en russe. Après son rencontre bizarre avec Varienoukha et Hella il fuit de Moscou pour aller à Léningrad. Là, l'on a trouvé, caché dans une grande armoire de la chambre 412 de l’hôtel Astoria, et il a été ramené à Moscou sous bonne garde. L'hôtel Astoria au square Saint-Isac était l'endroit où Boulgakov restait d'habitude quand il est était à Saint-Petersbourg.

Le nom du findirecteur vient du compositeur russe Nikolaï Andreïevitch Rimski-Korsakov (1844-1908), qui a écrit le fameux Vol du bourdon de l'opéra Les contes du Tsar Saltan (1899-1900) et la suite symphonique Shéhérazade (1888).

C'est assez ironique que le directeur financier du théâtre des Variétés, avec son esprit rationnel un opposant des scéances de magie noire, a le même nom qu'un compositeur qui a fait sa musique sur base de légendes pagants et folklore, comme Nuit de mai (1880) et Une nuit sur le mont Chauve (1886), un poème symphonique qu'il avait terminé pour Modeste Petrovitch Moussorgski (1839-1881).

Pour l'info: dans la série télévisée Мастер и Маргарита [Master i Margarita], réalisée par Vladimir Bortko en 2005, l'orchestre du théâtre des Variétés joue Shéhérazade de Rimski-Korsakov au début du spectacle de Woland.


Sophia Pavlovna

Pavlovna est la citoyenne avec le gros livre dans la maison des écrivains Griboïedov qui, «on ne sait pour quelles raisons», inscrivait les noms de ceux qui entraient au restaurant. Elle refuse l'admission à Koroviev et le Béhémoth quand ils ont leur dernier passage destructif à Moscou. Boulgakov l'a donne ;le même nom que l'héroïne de la pièce de théâtre Du Malheur d'avoir de l'esprit écrite par Alexandre Sergueïevitch Griboïedov (1795-1829).

Quand elle doit permettre l'entrée au joli couple après une intervention d'Archibald Archibaldovitch, ils s'inscrivent sous les noms des auteurs Ivan Ivanovitch Panaïev (1812-1862) et le critique et journaliste Alexandre Mikhailovitch Skabitchevski (1858-1912). Aucun des deux n'a vécu dans l'ère soviétique, mais Boulgakov les considérait comme les auteurs de niveau très bas. Selon lui ils n'avaient aucune opinion propre et ils faisaient leurs jugements juste basés sur des éléments superficiels comme l'adhésion d'un club d'auteurs. Donc ils sont échangeables, ce que Boulgakov illustre quand ils s'inscrivent. Koroviev a écrit Skabitchevski à côté du nom Panaïev et Béhémoth a écrit Panaïev à côté de Skabitchevski.

Quand même, Alexandre Skabitchevski pourrait quelquefois se démener sévèrement. Un jour, par exemple, il a écrit un article sur l'Adolescent de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881) et il a jugé que Dostoïevski «était très négligent comme artiste et romancier et démontrait quelquefois un manque stupéfiant de talent».


Autres

Il y a encore beaucoup d'autres personnages dans Le maître et Marguerite dont nous n'avons pas encore trouvé des prototypes. Il suffit de penser au citoyen Timothée Kondratievitch Kvastsov, qui a appelé le NKVD pour les informer des dollars dans les toilettes de Nikanor Ivanovitch Bossoï, ou de l'écrivain Geldybine, l'assistant de Berlioz à Massolit. Ou l'acteur avec un phonographe dans une mallette que Stiopa s'est souvenu de la veille de la visite de Woland, ou Boba Kandaloupski, qui était célèbre dans Moscou pour son étonnante omniscience. Il semble donc que notre travail se poursuivra encore pendant un petit temps.



Partager cette page |