L'hôpital de Stravinski

Français > Lieux > Lieux du roman > L'hôpital de Stravinski

Contexte

Leningradski prospekt est l'une des artères les plus fréquentées à Moscou ces jours-ci. C'est une extension de Tverskaïa, la rue commerçante la plus longue de la ville qui mène, entre autres, à l'aéroport Cheremetievo au nord-est par la périphérie de Khimki. C'est à proximité de cette grande artère que nous arrivons en suivant l'itinéraire de Boulgakov à l'hôpital psychiatrique du docteur Stravinski.

Boulgakov décrit «une fameuse clinique psychiatrique, récemment bâtie près de Moscou, au bord de la rivière», équipé avec les plus nouvelles machines - «vous ne trouverez nulle part de pareille installation, même à l’étranger. Des savants et des médecins viennent spécialement ici pour visiter notre clinique. Chaque jour, nous recevons des touristes étrangers». C'est là où Ivan voit, «derrière le grillage, un balcon, au-delà duquel serpen-tait une rivière dont l’autre rive était occupée par un charmant bois de pins».


L'hôpital de ville no. 1 de Khimki

Probablement c'était la Больница городская № 1 [Bolnitsa gorodskaïa no. 1] ou l'Hôpital de ville no. 1 de Khimki où Ivan a rencontré le maître dans le chapitre 13 du roman. Ce bâtiment a été construit en 1907, à l'origine comme une datcha pour l'homme d'affaires et bienfaiteur Sergueï Pavolvitch Patrikeïev (1867-1914).

Patrikeïev était membre du conseil municipal de Moscou et conservateur honoraire de l'école tsar Alekseï. Le concepteur du bâtiment était le célèbre architecte Fiodor Osipovitch Chekhtel (1859-1926), baptisé Franz Albert Chekhtel, qui avait déjà conçu, en 1902, le Théâtre d'art de Moscou MKhAT, et dont de nombreux bâtiments peuvent encore être admirés à Moscou.

L'hôpital Khimki fut équipé des meilleurs équipements disponibles en Allemagne et en Suisse. Le bâtiment a été utilisé successivement comme hôpital, restaurant, maison de repos et finalement de nouveau comme hôpital .

Selon la plaque commémorative à l'entrée, Vladimir Ilitch Lénine (1870-1924) a été soigné ici deux fois, en 1918 et 1920. Le médecin en chef du sanatorium, le docteur Fiodor Alexandrovitch Gete (1863-1938) était aussi le médecin généraliste de Lénine et sa famille.

Malgré sa fonction à l'hôpital, ce n'était pas Fiodor Alexandrovich Gete qui fut le prototype du docteur Stravinski dans Le maître et Marguerite. Son modèle dans la vie réelle était vraisemblablement le docteur Grigori Ivanovitch Rossolimo (1860-1928), qui a été le responsable du laboratoire de psychologie expérimentale à l'Institut neurologique de l'Université d'Etat de Moscou.

Pour le régime de Staline, une hospitalisation comme un malade mental dans un institut pareil était une méthode convenable pour éliminer des «éléments subversifs» sans cérémonies. Pendant les Grandes Purges, une chasse aux sorcières impitoyable qui a été organisée dans l'Union soviétique de 1934 à 1939 contre des anciens responsables de l'opposition dans le parti, mais aussi contre des chefs d'Etat, des premiers-ministres et des chefs du parti des républiques régionales, des intellectuels, des artistes, des trotskistes, des disciples de l’aile droite et des citoyens ordinaires, c'était une méthode bien prouvée pour manipuler les gens aux interrogatoires d'une telle façon - avec ou sans violence physique - qu'ils devaient tomber malades. Ou qu’au moins ils avouaient être malades.

Vous pouvez lire plus sur le docteur Stravinski et son prototype Grigori Rossolimo dans la section Personnages de ce site.

Cliquez ici pour lire plus sur le docteur Stravinski


C'est peut-être grâce à la relation avec Vladimir Lénine que ce monument d'architecture à Khimki a été conservé, bien que l'attitude des autorités à l'égard de sa préservation est plutôt ambiguë. Bien qu'à l'entrée il y ait une plaque avec le texte Памятник архитектуры [Pamiatnik architektouri] ou Monument d'architecture, la maison n'est pas bien conservée et même fortement négligée. Le Управлением государственного контроля охраны и использования памятников истории и культуры Москвы ou le Conseil de l'Etat pour assurer la protection et l'utilisation des monuments historiques et culturels de Moscou le néglige complètement et c'est un miracle que l'hôpital a pu survivre la construction du périphérique - le MKAD - et l'expansion rapide et monstrueuse de Khimki avec des centres commerciaux, des énormes magasins à grande surface et des sociétés technologiques. À proximité de l'hôpital se trouvent deux des plus grands méga-centres commerciaux de la Russie avec, entre autres, des filiales du supermarché français Auchan et société suédoise Ikea.

L'hôpital est situé à la rue Pravoberejnaïa no. 6, au bord de la rivière de Moscou. Le «charmant bois de pins» pourrait alors être celui près du Речной вокзал [Rechnoï Vokzal] ou la Gare de la Rivière.


Vivre dangereusement

La vie d'un webmaster ne se limite pas à passer des heures devant l'écran du pc comme un crétin. Si vous voulez perfectionner votre site Internet et retenir l'attention de vos visiteurs, vous êtes obligé de sortir de temps à autre. Ce qui implique parfois quelques risques.

Le 30 septembre 2007, un dimanche, j'ai voulu faire une promenade dans Moscou à nouveau pour faire plus de photos d'endroits rattachées au roman. Sur ma liste figurait cette fois-ci, parmi d'autres, la clinique de docteur Stravinski.

Le temps fut magnifique - un été indien merveilleux avec un très beau soleil - et, grâce aux compétences en négociation d'Elena Zavadskaïa, une copine qui habite à Moescou, nous avions trouvé un chauffeur de taxi disposé à nous aider dans notre recherche. Après quelques efforts de sa part nous avons trouvé l'endroit. Malheureusement on ne nous a pas admis l'accès au bâtiment pour faire des photos de l'intérieur, mais bon, le but principal était achevé.

Sur le chemin de retour, nous avons subitement remarqué que nous étions suivis par une Lada noire qui roulait dans notre sillage comme un dément. Sur Leningradski propspekt le chauffeur de cette voiture a fait plusieurs essais de nous faire arrêter. Mais notre chauffeur, pas un mollasson apparemment, a réussi très habilement d'en échapper chaque fois. Ce n'était pas amusant, mais c'est devenu vraiment angoissant quand une deuxième Lada noire se présentait pour aider la première. Cette deuxième voiture a essayé de venir devant nous pour nous faire arrêter, pendant que la première nous a passés du droit et le chauffeur subitement braquait un pistolet sur nous.

Il n'y avait plus d'issue, nous avons été coincés et nous avons dû nous arrêter. Pendant que le chauffeur de la première voiture, le pistolet dans la main, approchait notre voiture, notre chauffeur a décidé d'employer les grands moyens. Il a accéléré comme un pilote de Formule 1 et il a réussi à échapper. C'était le début d'une course-poursuite effrénée, un tissage entre les voitures de milliers de Moscovites qui retournaient à la maison de leurs datchas.

Mais peut-être nous étions protégés par de plus hautes forces, parce qu'après deux ou trois kilomètres la милиция (militsia) ou la police avait bloqué la rue. D'autres chauffeurs avaient donné l'alerte et la police a réussi à arrêter le fou. Tous est bien qui finit bien, l'on aurait pu penser.

Mais l'homme, un Chechen qui a déclaré qu'il détestait les Russes du fond de son coeur, non seulement avouait tout de suite qu'il nous avait menacés avec un pistolet chargé, mais il montrait également de manière spontanée son permis de port d'armes à la police. Nous n'avons pas attendu pour en connaître la fin, nous avons payé le chauffeur et nous nous sommes rendus à pied à la Maison de Bulgakov dans la rue Bolchaïa Sadovaïa pour une bonne tasse de café dans le Café 302-bis.



Partager cette page |