L'hôpital de Stravinski

Français > Lieux > Lieux du roman > L'hôpital de Stravinski

Leningradski prospekt est une des artères les plus occupées de Moscou. Ce grand boulevard est la continuation de la rue de Tver (Tverskaïa), la plus longue rue commerciale en ville et mène, parmi d'autres endroits, à l'aéroport international de Sheremetyevo dans le nord-est. Nous arrivons près de cette route en suivant l'itinéraire de Boulgakov pour trouver l'hôpital psychiatrique du docteur Stravinski.

Boulgakov décrit «une fameuse clinique psychiatrique, récemment bâtie près de Moscou, au bord de la rivière», équipé avec les plus nouvelles machines - «vous ne trouverez nulle part de pareille installation, même à l’étranger. Des savants et des médecins viennent spécialement ici pour visiter notre clinique. Chaque jour, nous recevons des touristes étrangers». C'est là où Ivan voit, «derrière le grillage, un balcon, au-delà duquel serpen-tait une rivière dont l’autre rive était occupée par un charmant bois de pins».

Sans doute cet hôpital, où Ivan a rencontré le maître pour la première fois, a été inspiré par l'Hôpital de ville no. 1 de Khimki. Cet hôpital a été construit en 1907, au début comme une datcha pour l'homme d'affaires et bienfaiteur Sergueï Pavolvitch Patrikeïev (1867-1914) par un architecte moderne réputé, Frants Osipovitch Chekhtel (1859-1926), qui avait aussi conçu, en 1902, le Théâtre d'art de Moscou MKhATet beaucoup d'autres bâtiments toujours existants à Moscou.

L'hôpital de Khimki était rempli avec le meilleur équipement venant de l'Allemagne et de la Suisse et a servi comme hôpital, après restaurant, alors maison de retraite, et finalement hôpital de nouveau.

Selon la plaque commémorative à l'entrée, on y a traité Lénine deux fois, en 1918 et 1920. Le docteur en chef du sanatorium, Feodor Aleksandrovitch Gete (1863-1938) était le médecin de Lénine et sa famille. C'est probablement la raison principale pour la rétention de ce monument d'architecture, parce que l'attitude des autorités aujourd'hui pour sa préservation est beaucoup plus distante. Bien qu'à l'entrée il y ait une plaque avec le texte Памятник архитектуры ou Monument d'architecture, la maison n'est pas bien gardée et même fortement négligée par le Управлением государственного контроля охраны и использования памятников истории и культуры Москвы, l'Administration du contrôle public de la protection et de l'utilisation des monuments historiques et culturels de Moscou. En fait, c'est un miracle que le bâtiment a survécu à la construction du périphérique - le MKAD - et l'expansion super-rapide de Khimki avec ses entreprises de technologie, ses centres commerciaux et ses énormes magasins à grande surface.

L'hôpital est situé à la rue Pravoberejnaïa 6 au bord de la rivière de Moscou. Le «charmant bois de pins» pourrait alors être celui près du Речной вокзал [Rechnoï Vokzal] ou la Gare de la Rivière.

Vivre dangereusement

La vie d'un webmaster ne se limite pas à passer des heures devant l'écran du pc comme un crétin. Si vous voulez perfectionner votre site Internet et retenir l'attention de vos visiteurs, vous êtes obligé de sortir de temps à autre. Ce qui implique parfois quelques risques.

Le 30 septembre 2007, un duimanche, j'ai voulu faire une promenade dans Moscou à nouveau pour faire plus de photos d'endroits rattachées au roman. Sur ma liste figurait cette fois-ci, parmi d'autres, la clinique de docteur Stravinski.

Le temps fut magnifique - un été indien merveilleux avec un très beau soleil - et, grâce aux compétences en négociation d'Elena Zavadskaïa, une copine qui habite à Moescou, nous avions trouvé un chauffeur de taxi disposé à nous aider dans notre recherche. Après quelques efforts de sa part nous avons trouvé l'endroit. Malheureusement on ne nous a pas admis l'accès au bâtiment pour faire des photos de l'intérieur, mais bon, le but principal était achevé.

Sur le chemin de retour, nous avons subitement remarqué que nous étions suivis par une Lada noire qui roulait dans notre sillage comme un dément. Sur Leningradski propspekt le chauffeur de cette voiture a fait plusieurs essais de nous faire arrêter. Mais notre chauffeur, pas un mollasson apparemment, a réussi très habilement d'en échapper chaque fois. Ce n'était pas amusant, mais c'est devenu vraiment angoissant quand une deuxième Lada noire se présentait pour aider la première. Cette deuxième voiture a essayé de venir devant nous pour nous faire arrêter, pendant que la première nous a passés du droit et le chauffeur subitement braquait un pistolet sur nous. Il n'y avait plus d'issue, nous avons été coincés et nous avons dû nous arrêter. Pendant que le chauffeur de la première voiture, le pistolet dans la main, approchait notre voiture, notre chauffeur a décidé d'employer les grands moyens. Il a accéléré comme un pilote de Formule 1 et il a réussi à échapper. C'était le début d'une course-poursuite effrénée, un tissage entre les voitures de milliers de Moscovites qui retournaient à la maison de leurs datchas.

Mais peut-être nous étions protégés par de plus hautes forces, parce qu'après deux ou trois kilomètres la милиция (militsia) ou la police avait bloqué la rue. D'autres chauffeurs avaient donné l'alerte et la police a réussi à arrêter le fou. Tous est bien qui finit bien, l'on aurait pu penser. Mais l'homme, un Chechen qui a déclaré qu'il détestait les Russes du fond de son coeur, non seulement avouait tout de suite qu'il nous avait menacés avec un pistolet chargé, mais il montrait également de manière spontanée son permis de port d'armes à la police. Nous n'avons pas attendu pour en connaître la fin, nous avons payé le chauffeur et nous nous sommes rendus à pied à la Maison de Bulgakov dans la rue Bolchaïa Sadovaïa pour une bonne tasse de café dans le Café 302-bis.

Métro: Речной вокзал (Rechnoy Vokzal)



Partager cette page |