Bolchoï Gnezdnikovski pereulok no. 10

Français > Lieux > Lieux du roman > Bolchoï Gnezdnikovski pereulok no. 10

Le maître et Marguerite se sont rencontrés pour la première fois dans une petite rue latérale du boulevard de Tver. «Vous connaissez le boulevard de Tver, n’est-ce pas?», demande le maître, quand il raconte son histoire à Ivan Bezdomny à l'hôpital du docteur Stravinski.

La rue latérale mentionnée par Boulgakov est la Bolchoï Gnezdnikovski pereulok, qui donne sous une grande ouverture arquée sur le boulevard de Tver, la plus grande rue commerciale de Moscou, près de la station de métro Tverskaïa et la statue d'Alexandre Pouchkine.

Ce n'est pas par un hasard que Boulgakov situe la première rencontre entre le maître et Marguerite à cet endroit. C'est l'endroit où il a, lui-même, rencontré sa troisième femme Elena Sergueïevna Chilovskaïa (1893-1970) pour la première fois.

Le 28 février 1929, Mikhaïl Boulgakov et Elena Sergueïevna étaient tous les deux invités à une fête pour célébrer la Maslenitsa, la fameuse fête russe de mardi gras avec les crêpes. La fête a eu lieu dans la maison des frères et artistes Moiseïenko à Bolchoï Gnezdnikovski pereulok no. 10. Cette maison, aussi connue comme la maison Nirnzee, fut également l'adresse à Moscou de Nakanune, un éditeur de revues de Berlin qui a publié les œuvres de Boulgakov à l'étranger.

Mikhaïl Boulgakov et Elena Sergueïevna sont partis ensemble de la fête chez les Moseïenko pour flâner dans les rues de Moscou. Juste comme le maître et Marguerite, ils étaient mariés à quelqu'un d'autre quand ils se sont rencontrés, et ils ont été instantanément amoureux. Dans le journal d'Elena Sergueïevna nous pouvons lire: «Quand j'ai rencontré Boulgakov, je savais que c'était mon destin, il n'y avait rien à faire, indépendamment de la tragédie incroyablement difficile d'un divorce, tout s'est passé de façon rapide, inhabituellement rapide pour moi du moins, un amour pour la vie». Jusqu'au début 1931, ils se sont rencontrés régulièrement, mais quand le mari d'Elena Sergueïevna, Yevgueni Aleksandrovitch Chilovski (1889-1952), a découvert leur affaire, elle a essayé d'éviter de voir Boulgakov, alors qu'elle a juré qu'elle ne sortirait plus jamais, qu'elle ne répondrait pas le téléphone, et qu'elle ne voulait plus jamais recevoir une lettre de sa part. Dix-huit mois plus tard, en juin 1932, elle a resorti pour la première fois, et elle a rencontré Boulgakov. Les premiers mots qu'il dit furent: «Je ne peux pas vivre sans toi.» Cette fois c'était pour de toujours. En septembre, elle a divorcé et le 4 octobre elle a épousé Boulgakov, un jour après son divorce de Lioubov Evgenievna Belozerskaïa (1895-1987). Ils sont restés ensemble jusqu'à la mort de Boulgakov.

Lorsque le présent article a été écrit, la maison au numéro 10 existait encore, mais je ne peux garantir que ce sera le cas au moment que vous lisez ceci. Comme tant d'autres endroits à Moscou, vous verrez dans cette rue un contraste qui est typique de la ville. Quelques belles maisons délabrées ont été restaurées, mais d'autres ont été démolies sans beaucoup de compassion. À leur place l'on a construit des bâtiments modernes, sans âme et trop grands qui défigurent complètement «cette rue tortueuse et triste».

Pour les anecdotes: comme Boulgakov, votre webmaster a également rencontré sa troisième femme pour la première fois dans la Bolchoï Gnezdnikovski pereulok. Mais ce conte de fée n'a pas duré longtemps...

Metro: Тверская - (Tverskaya)



Partager cette page |