19. Marguerite

Français > Le roman > Annotations par chapitre > Chapitre 19

Suis-moi, lecteur!

C'est un des rares cas où le narrateur s’adresse directement au lecteur. Apparemment, il veut préparer le lecteur à des évènements importants.

Marguerite

Le nom que Boulgakov donne à son héroïne rappelle le nom de Gretchen (le diminutif allemand de Margarete), la jeune fille ruinée par Faust dans le drame de Johann Wolfgang von Goethe (1794-1832). Dans le roman nous trouvons aussi encore des références à Marguerite de Valois (1555-1615), l'épouse du roi français Henri IV (1553-1610), connue sous le nom de la reine Margot.

Le prototype principal pour Marguerite était, sans aucun doute, Elena Sergueïevna Chilovskaïa (1893-1970), née Niourenberg, la troisième femme de Boulgakov. Tout comme le maître et Marguerite, Boulgakov et Chilovskaïa étaient mariés quand ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux immédiatement. Chilovskaïa était l'épouse du lieutenant-général Evgueni Alexandrovitch Chilovski (1889-1952), et elle a rencontré Boulgakov le 28 février 1929, le jour de la Maslenitsa, le célèbre carnaval russe avec des crêpes. La fête a eu lieu à la maison des frères et artistes Moiseïenko dans la Bolchoï Gnezdnikovski pereulok, une petite rue près du boulevard de Tver, l’artère principale de Moscou. Dans le roman, le maître et Marguerite se sont rencontrés pour la première fois alors qu’ «elle allait quitter le boulevard de Tver pour prendre une petite rue».

Cliquez ici pour lire plus sur Marguerite

La propriété est encore intacte

Cette phrase fut vraie en 1940, quand Boulgakov l'a écrit, mais ce n'est plus le cas. Dans le but d'identifier la maison de Marguerite, j'ai suivi l'itinéraire présenté par Boulgakov lui-même dans le chapitre 21 du roman, où il a donné une description détaillée du vol de Marguerite, partant de sa maison jusqu'à la maison de Dramlit, l'immeuble où vécut Latounski. Si vous suivez cette description dans le sens inverse jusqu'à son point de départ, vous arrivez à une maison dans la rue Taneïevoukh, maintenant appelée Mali Vlasevski pereulok, au numéro 10. Cette maison correspond assez bien à la description dans le roman, au moins jusqu'en 1964, quand elle a été démolie.

Boulgakov doit avoir connu cette maison très bien. Parce que là, ou juste à côté, dans le numéro 9a - les sources ne sont pas unanimes - a vécu Olga Sergueïevna Bokshanskaïa (1891-1948), la soeur de sa femme Elena Sergueïevna Chilovskaïa (1893-1970). Olga Sergueïevna y habitait avec son mari Evgeny Vasilevitch Kalouchki (1896-1966), un acteur du MKHAT.

La maison d'à côté, Mali Vlasevski pereulok no. 12, qui a été construit dans le même style, a été entièrement restauré. En janvier 2012, cette maison a été mise sur le marché. L'annonce a présenté cette maison, de manière plutôt trompeuse, comme la maison de Marguerite, et le prix demandé était de 42 millions de dollars.

Cliquez ici pour lire plus sur la maison de Marguerite

La redoutable tour Antonia

La tour Antonia était une forteresse à Jérusalem où logeait la garnison romaine de la ville et où le procurateur romain habitait normalement durant ses visites officielles. Le nom de la tour a été donné par Hérode le Grand (?75 BC-04) pour honorer le général et triumvir romain Marc Antoine (85-50 BC), qui a gouverné une partie (un tiers) de l'empire dans l'est.

Le palais des Asmonéens

La dynastie des Asmonéens ou la dynastie Hasmonéenne, menée par Simon Macchabée (?-135 BC), a gouverné sur Judée de 140 à 34 BC. Le palais des Asmonéens était situé du côté ouest dans la Ville Haute. Du toit, le Xyste, l'on pouvait s'adresser aux gens reccueillis sur l'énorme carré en-dessous.

Le trolleybus

L'histoire du trolleybus remonte au 29 avril 1882, quand Ernst Werner von Siemens (1816-1892) a présenté son Elektromote à Halensee, une banlieue de Berlin, Allemagne. Quand j'étais jeune, ce véhicule de transport en commun était encore utilisé en Belgique aussi, mais il a disparu de nos rues. À Moscou pourtant ces bus électriques qui, comme les trams, sont conduits par des câbles électriques surbroyés, sont toujours populaires. Parce qu'ils ont des pneus, ils ne doivent pas suivre les rails, et ils sont donc plus maniables que les trams.

Le Manège

Le Manège est un bâtiments près du Kremlin et du Jardin d'Alexandre. À l'origine c'était une académie d'équitation construite après la guerre avec Napoleon. Plus tard il a été utilisé comme salle de concerts. En 1867, Hector Berlioz (1803-1869) et Nikolaï Rubinstein (1835-1881) y ont dirigé un concert pour un public de 12.000 personnes. Abandonné après la révolution, le Manège a servi comme garage et magasin pour le Kremlin au temps de Boulgakov. Il a été complètement restitué comme espace permanent d'expositions, mais il a été détruit par un incendie le 14 mars 2004. Il a été complètement restauré de nouveau et le 18 février 2005, il a réouvert t pour le public avec l'exposition qui avait été planifiée pour le jour de l'incendie.

Cliquez ici pour regarder une photo à 360° du Jardin d'Alexandre et du Manège

Lovelace

Dans le texte russe le nom Lovelace est écrit dans sa translittération cyrillique Ловеласе. Lovelace est le personnage principal du roman Clarisse, ou l'histoire d'une jeune dame écrit par Samuel Richardson (1689-1761), qui était très populaire en Russie. Clarisse est sans doute le roman le plus long dans la langue anglaise. Le volume complet de sa troisième édition, l'édition le plus abondamment révisée par Richardson, s'étend sur plus d'un million de mots.

Lovelace est un coureur de jupons qui est de plus en plus impressionné par Clarisse Harlowe, une jeune dame belle et vertueuse dont la famille est devenue très riche au cours des dernières années. Il trouve difficile de continuer à se convaincre que les femmes vraiment vertueuses n'existent pas. Sa passion croissante pour Clarisse le pousse aux dernières extrémités et finalement il la viole. Aujourd'hui Lovelace est l'équivalent de Don Juan ou Cassanova en langue russe.

Clarisse, ou l'histoire d'une jeune dame peut être téléchargé en anglais à partir du site web du Project Gutenberg.

Cliquez ici pour télécharger le roman

Je donnerais bien mon âme en gage au diable

De nouveau la troupe de Woland apparaît quand elle est invoquée par les pensées des Moscovites. L'appel de Marguerite est plus direct que celui de Berlioz au premier chapitre.

Vous venez m’arrêter?

La réaction de Marguerite reflète la terreur qui existait dans l'Union soviétique: elle est disposée à être arrêtée bien qu'elle n'ait commis aucun crime.

Un très illustre étranger ... du proxénétisme dans la rue

C'était très commun pour la police secrète d'utiliser le sexe pour piéger des étrangers ou leur extorquer des secrets. Marguerite présume naturellement que c'est ça qu'on lui demande de faire.

Mon Dieu!

C'est une réaction tout à fait bizarre, étant donné les circonstances et la compagnie. Notez donc la réaction d'Azazello aux mots de Marguerite: «Ah ! je vous en prie, pas d’émotions ni de cris inutiles».

Je dois me donner à lui

Ces mots contiennent un double jeu de mots: Marguerite persiste à penser qu'elle est recrutée pour travailler pour le service secret NKVD; en même temps, dans les traditions de sorcière traditionnelles, la communion avec le diable impliquait aussi d’avoir des rapports sexuels avec lui.

Le prénom de Nioura

Selon Aliona Roudko, un fan du site web Master & Margarita de Rostov en Russie, le prénom de Nioura est, comme le prénom d'Annouchka, un diminutif informel du nom Anna.

Quand Woland, dans le chapitre 2, a dit à Berlioz que «Annouchka a déjà renversée l'huile», il a indiqué qu'il n'y avait aucune voie en arrière. Sa mort est planifiée, il n'y a aucune fuite possible. Le nom Annouchka a symbolisé ce destin irréversible.

La variante de ce nom, Niura, «grossièrement gravé dans le bois du banc» pourrait signifier que la décision de Marguerite est également finale et irréversible. Sa mort est maintenant planifiée, il n'y a aucune fuite possible pour elle non plus.



Partager cette page |