26. L'enterrement

Français > Le roman > Annotations par chapitre > Chapitre 26

Banga

Banga est le chien de Pilate. À lui il pourrait librement se plaindre du hemicrania qui l'a torturé. Banga aimait et respectait son patron comme l'homme le plus puissant dans le monde, le souverain de tous les hommes, grâce à qui le chien se considérait un être privilégié, supérieur et spécial. Il voulait calmer son maître et faire face à la misère ensemble avec lui. Donc il est resté avec lui pendant 2.000 ans et descendre le sentier de clair de lune avec lui plus tard.

Le surnom de Lioubov Yevguenievna Belozerskaïa (1895-1987), la deuxième femme de Boulgakov, était Lioubanga. C'était elle qui avait apporté des animaux dans sa vie. En 1928 Boulgakov avait fait un dessin qu'il avait dédicassé à Lioubanga - en haut est écrit à Banga. Ce dessin représentait leur Домовой [domovoi] ou esprit de maison. Son nom était Rogach, et sur le dessin s'enfuit avec une bague de 5 carats.

Banga et Pilate ont inspiré le groupe pop Pearl Jam à la chanson Pilate.

Cliquez ici pour lire plus de cette chanson et pour l'écouter

Banga a également inspiré la légende américaine du rock Patti Smith pour écrire la chanson Banga.

Regardez une version acoustique avec le guitariste Lenny Kaye

Niza

Comme Marguerite, Niza sort furtivement quand son mari ne le voit pas pas pour rencontrer son amant. Mais elle ne le soutiendra pas. Niza est décrite de manière mystérieuse. Est-ce qu'elle est un agent double ? Elle l’est sans doute . Elle est certainement la maîtresse de Judas et peut-être la maîtresse d'Afranius aussi. Probablement, qui sait ? En tout cas, ce n'était pas seulement pour l'argent que Judas a été disposé de trahir Yeshoua.

Cliquez ici pour lire plus sur ce personnage.

Celui qu’on voit sans le reconnaître deviendra riche

«кого не узнают, станет богатым» - «celui qu’on voit sans le reconnaître deviendra riche» - n'est pas une expression grecque, ni araméenne, ni juive, mais une expression russe.

Le jardin d’oliviers à Gethsémani

Gethsémani signifie presse d'olives en araméen. Boulgakov l'a sans doute trouvé dans The Life of Christ de Frederic Farrar (1831-1903), qui a écrit : «le nom Gethsemani signifie la presse d'huile', et sans doute c'était une presse pour écraser les olives produites par les arbres innombrables dont la colline a eu sa désignation».

Le jardin Gethsémani est situé à l'est de la ville de Jérusalem, à travers la vallée du Kedron, au pied du mont des Oliviers.

Trente tétradrachmes

Dans la version de Boulgakov l'on paie à Judas plus que les trente deniers d'argent qui ont été payés au Judas biblique pour trahir Jésus. Boulgakov parle d'environ trente tétradrachmes. Le tétradrachme était la devise dans la ville d'Athènes, c'était une pièce en argent avec une valeur de quatre drachmes. À cause de sa stabilité le tétradrachme est souvent appelé «le dollar de l'Antiquité». Le tétradrachme n'était pas convenable pour payer les achats quotidiens. Ceux-là étaient payés en oboloi. Un tétradrachme valait 24 obeloi.

Dans la bible, Judas rend l'argent au grand prêtre lui-même. Dans Le maître et Marguerite, ses meurtriers le font, mais le sang qui se trouve sur le sac d’argent est le sang de Judas de Kerioth.

Cliquez ici pour lire plus sur l'argent souillé de sang de Judas

Désormais, nous serons toujours ensemble

Certaines sources disent que Boulgakov aurait pris cette idée de Jésus et de Pilate «qui seraient toujours ensemble» d'un texte appellé l'Évangile de Nicodème. Cet Évangile apocriyphal est peut-être mieux connu sous le nom Les actes de Pilate parce qu'il se concentre sur la passion de Jésus. Cet Évangile était certainement une source d'inspiration à Boulgakov, mais je n'y ai pas trouver cette expression.

Le plus proche à cela est l'expression de Nicodème VIII (XXIV) 1 - «Et immédiatement tous les saints ont été réunis dans un à la signature du Seigneur» .

Cliquez ici pour télécharger l'Évangile de Nicodème

L'assassination de Judas

Je ne n'ai pas pu le vérifier à cause d'un manque de sources, mais selon certains érudits la scène du meurtre dans le jardin de Gethsémani est très semblable à la nouvelle russe intitulée Gethsemane, écrit par Alexandre Mitrofanovitch Fiedorov (1868-1949) et publié dans le journal Novoïe slovo en 1910. Boulgakov y aurait trouvé la scène dans le clair de lune. Fiedorov montre, comme Boulgakov, l'ironie du traître s'étant trahi.

Les soldats de garde étaient assis sur des bancs de pierre et jouaient aux dés

Dans la Bible les soldats jouent aux dés pour les vêtements de Jésus après la crucifixion. Matthieu 27:35 - «Et après l'avoir crucifié, ils se partagèrent ses habits, en les tirant au sort; afin que ce qui a été dit par le prophète s'accomplît: Ils se sont partagé mes habits, et ils ont tiré ma robe au sort». Marc 15:24 - «Et après l'avoir crucifié, ils partagèrent ses habits, jetant le sort à qui en emporterait une part».

Le fils d’un roi astrologue et d’une fille de meunier, la belle Pila

Boulgakov appelle Pilate le fils d'un roi-astrologue et d’une fille de meunier, la belle Pila. Il n'y a aucune source historique pour le justifier, mais l'expert de Boulgakov français Marianne Gourg a écrit dans ses commentaires à la traduction de Claude Ligny du Maître et Marguerite (publié par R. Laffont, Paris, 1995) que Boulgakov aurait pu avoir trouvé ce détail dans le poème Pilatus du poète du 12ème siècle Petrus Pictor (Pierre le Peintre) né à Sint-Omaars (lSaint-Omer) en Flandre français. Ce poème, originalement écrit en latin, existait en traduction russe. Il pourrait être fondé sur une légende racontée à Maintz sur l'ascendance de Pilate. Cette légende parle de l'astrologue Ata et de Pila, la fille du meunier et est mentionnée dans Pontius Pilatus, der fünfte Prokurator von Judäa und Richter Jesu von Nasareth, écrit par Gustav Adolf Müller (1866-1928) et publié à Stuttgart en 1888.

Le nom de Pilate viendrait ainsi de Pila, le nom de sa mère. Pila viendrait de filatus, ce qui signifie lance.

Valerius Gratius

Valerius Gratius était le prédécesseur de Pilate, il était le procurateur romain de 15 à 25. Il était le premier procurateur de Judée nommé par l'empereur Tiberius (42BC-37). C’était lui qui avait nommé le grand prêtre Joseph Caïphe. Et Caïphe est resté le grand prêtre pour le reste du mandat de Gratus et de son successeur Ponce Pilate.

N’aurait-il pas lui-même mis fin à ses jours?

Cette idée résume l'ironie de la conversation entière, parce que les deux hommes savent très bien que c'est impossible. Mais dans leur façon rusée de parler ils font commi si c’était un mystère. Le but principal de leur conversation est d'inventer un «scénario» qui doit essuyer les traces de leur conspiration. C'était aussi la méthode par laquelle, dans l'Union soviétique, des histoires ont été montées pour expliquer les «disparitions».

Selon la Bible Judas s'est tué après avoir rendu les trente deniers d'argent. Matthieu 27:5 - «Alors, après avoir jeté les pièces d'argent dans le temple, il se retira, et s'en étant allé, il se pendit».

Là-haut, il manquait un corps

La rumeur du vol du corps de Jésus est mentionnée dans Matthieu 28:13-15 - «Et ils leur dirent: Dites: Ses disciples sont venus de nuit, et ont dérobé son corps pendant que nous dormions. Et si cela vient à la connaissance du gouverneur, nous le gagnerons et nous vous tirerons de peine. Et les soldats, ayant pris l'argent, firent selon qu'ils avaient été instruits; et ce bruit a couru parmi les Juifs jusqu'à aujourd'hui».

Tholmaï

Tolmai est un nom qui apparaît dans Hérodias écrit par Gustave Flaubert (1821-1880). Cet oeuvre date de 1877 et mentionne un homme, dans l'environnement du tétrarque Hérode Antipas (20 BC-39), qui porte ce nom. Dans la version 1929 du Maître et Marguerite Afranius était appelé Tolmaï. Le nom apparaît aussi dans dans The Life of Christ de Frederic Farrar (1831-1903).

Cliquez ici pour télécharger The Life of Christ

Hier nous avons mangé de délicieux melons de printemps

Au fait, ce ne sont pas de melons que Boulgakov a mentionné dans son texte original. Il parle de сладкие весенние баккуроты [sladkie vesennie baccouroti] ou de doux baccouroti de printemps. Baccouroti est le nom araméen pour des figues frais qui étaient traditionnellement sur le menu du dîner de Pâque.

Boulgakov a fait des annotations basées sur The Life of Christ par Frederic Farrar (1831-1903). Il avait aussi fait des annotations basées sur le journal de l'évêque Porfiriï Ouspenski (1804-1885). Ce dernier était un archéologue biblique russe réputé qui avait découvert le Codex Sinaiticus de la Bible, une version manuscrite grecque de la Bible qu'il a offerte au tsar. Dans son journal Uspenskï avait noté que les figues douces sont complètement mûres dans la deuxième quinzaine du mois d'avril, la même période dans laquelle les scènes bibliques du roman sont situées.

Le pur fleuve de la vie

L'expression «le pur fleuve de la vie» ressemble à l'Apocalypse 22:1 - «Après cela, le messager me fit voir un fleuve d'eau vive, clair comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l'Agneau».

Ponce Pilate, cinquième procurateur de Judée

Dans le chapitre 13, le maître a déjà dit à Ivan que son roman finirait avec les mots: «le cinquième procurateur de Judea, Ponce Pilate» et voilà...



Partager cette page |