9. Les interventions de Koroviev

Français > Le roman > Annotations par chapitre > Chapitre 9

Bossoï

Босой [bosoï] signifie nu-pieds en russe, ce qui montre son origine rurale de Nicanor Ivanovitch Bosoï. Boulgakov avait une opinion basse de ces «provinciaux montés en grade un peu trop vite».

Dans une des premières versions du roman, Bossoï était appelé Nicodim Grigorevitch Porot, dont le prénom serait une référence directe à Nicodemus, l'auteur de l'Évangile apocryphe connu comme Les Actes de Pilate.

Il y avait pas mal de pouvoir dans la fonction quasi-officielle d'un président d'une association des locataires d'un immeuble. Dans l'Union soviétique il y avait une pénurie chronique d'accommodation d'habitation et le président d'une association des locataires était dans une position idéale pour prendre les pot-de-vin en échange d'un traitement préférentiel.

Cliquez ici pour une description détaillée de ce personnage

Des demandes leur donnant droit au logement du défunt

Le problème du logement dans l'Union soviétique est l'un des thèmes récurrents dans l'œuvre de Boulgakov, non seulement dans Le maître et Marguerite, mais aussi, par exemple, dans sa novelle Cœur de chien et dans de nombreux feuilletons, des lettres et des extraits de son journal intime.

Peu de temps après la révolution, Lénine a élaboré un plan d'exproprier et de réaménager des appartements privés, et il a conçu l'idée de l'appartement communal. La propriété privée des maisons a été aboli en 1918. De nouvelles lois ont été mises en vigueur régissant qui pouvait vivre où et elles furent appliquées par des associations de locataires dirigées par un président. Beaucoup d'entre eux étaient, comme Nicanor Ivanovitch Bosoï, des gens sans instruction, respectueux des lois et incompétents qui, malgré leur manque de compétences, avaient un pouvoir assez important dans leur fonction quasi-officielle.

Cette situation a rendu la vie tout à fait incertaine. Si un résident était absent pendant six semaines, il pourrait être déporté. Il y a eu des cas de personnes qui ont voyagé pour quelques semaines, et qui ont constaté que, à leur retour, des nouveaux résidents se sont installés dans leurs appartements. Très souvent, ces nouveaux résidents avaient accordé une «faveur» au président de l'association des locataires.

Un exemple très animé de comment cela fonctionnait peut être vu dans le film Le docteur Jivago (1965), réalisé par David Lean (1908-1991) et basé sur le roman renommé de Boris Pasternak (1890-1960). Lorsque le docteur Iouri Andreïevitch Jivago retourne à Moscou après la guerre, sa maison se révèle être approprié pour abriter 13 familles.

Cliquez ici pour regarder le retour du docteur Jivago

Avec une vitesse quasi surnaturelle

La nouvelle de la mort de Berlioz se répand dans toute la maison à «une vitesse quasi surnaturelle». Dans le premier chapitre Boulgakov avait déjà décrit une paire de lunettes «de dimensions prodigieuses». Boulgakov se moque souvent de l'habitude du gouvernement soviétique d'exagérer ses propres réalisations.

Raviolis

Dans le texte original en russe l'on trouve le récit d'un vol de пельменей [pelmeni]. Les pelmeni sont des boulettes de pâte russes, originalement sibériennes, parfois appelées des ravioli sibériens. Ils sont souvent faits dans de grandes quantités et puis congelés (à l'origine à l'extérieur) pour être bouilli plus tard.

Une veste à carreaux, coiffé d’une casquette de jockey, un lorgnon sur le nez

Le costume de Koroviev rappelle au diable qui apparaît à Ivan Fedorovitch Karamazov dans Les Frères Karamazov de Fedor Michailovitch Dostoïevski (1821-1881).

Aujourd’hui, je ne suis pas officiel, et demain, hop! me voilà officiel!

Cette phrase est destinée tant comme une indication du chaos de la vie soviétique que comme un clin d'œuil à Nicolas Vasilievitch Gogol (1809-1852): dans sa nouvelle Le Manteau (1842), un personnage important, l'officier communal Akaki Akakievitch Bachmatskine est une personne peu importante qui devient importante juste parce qu'il a un nouveau pardessus.

Eh bien, disons, Koroviev

Koroviev explique que son nom n'est pas important, au maximum tentatif, comme la nationalité de Woland. Et cela rend les bons citoyens soviétiques agités, parce que c'est très non-russe.

Ces touristes étrangers

Dans le texte original en russe le mot Интурист (Intourist) est utilisé. C'est une contraction du terme Иностранный Турист (Inostranni Tourist) ou Touriste Étranger, ce qui était une organisation dans l'Union soviétique qui a servi comme agence de voyages, mais aussi comme branche du service secret NKVD pour surveiller des étrangers «dangereux».

Intourist a été créé en 1929 par Staline. Après l'effondrement de l'Union soviétique l'organisation a été privatisée. Maintenant elle appartient au groupe Sistema, basé à Moscou, et est devenue l'une des organisations touristiques les plus importantes dans le monde avec un énorme réseau de banques, des hôtels et des bureaux de change.

Allons donc, où sont les témoins ?

Pilate fait un commentaire semblable à Caïphe dans le chapitre 2.

Messire

Comme c'est le cas avec Pilate, auquel il faut s'adresser en utilisant le titre d’Hegemon, il y a une façon appropriée pour s'adresser à Woland. Messire est le terme honorifique utilisé pour les seigneurs et les prêtres.

Trafic de devises

Le rouble soviétique n'était pas une devise convertible et le gouvernement avait donc un grand besoin de devise étrangère pour des buts commerciaux. Il était interdit aux citoyens soviétiques de garder la devise étrangère. Le fait de spéculer dans la devise pouvait même être un crime capital.

Cliquez ici pour lire plus sur les devises en Union soviétique

On ne sait quel vieux bonhomme

Boulgakov décrit les billets américains de 100 dollars avec le portrait de Benjamin Franklin (1706-1790), théoricien politique, scientifique, inventeur, activiste civique, homme d'état, satiriste et un des Pères fondateurs des États-Unis d'Amérique.

Timothée Kondratievitch Kvastsov

Le nom de Kvastsov vient de квасцы [kvastsi], ce qui signifie l'alun, la substance utilisée dans les crayons styptiques pour désinfecter des coupures et arrêter le sang.



Partager cette page |