2. Ponce Pilate

Français > Le roman > Annotations par chapitre > Chapitre 2

Le titre du chapitre

En 1998, le groupe rock Pearl Jam de Seattle a enregistré la chanson Pilate, inspirée per ce chapitre.

Cliquez ici pour écouter la chanson

Judée

Judée est la partie du sud du Palestine, occupée par Rome en 65 BC. Elle était nommée ainsi d’après Juda, le quatrième fils de Jacob. En l’An 6, Judée devint une province romaine, et la résidence du procurateur fut installée à Caesarea.

Ponce Pilate

Ponce Pilate était le 5ème procurateur - ou gouverneur - romain de Judée de 26 à 56. Hormis ce qui est écrit dans les Évangiles nous ne savons pas beaucoup de lui. Seul Tacitus le mentionne brièvement. Boulgakov a trouvé des détails pour son portrait du procurateur chez David Strauss, déjà mentionné dans le chapitre 1, mais aussi dans le livre Life of Christ du Doyen de la Cathédrale de Cantorbéry, Frederic Farrar (1851-1905), et dans le texte Vie de Jésus de l'historien français Ernest Renan (1825-92). Renan a décrit Jésus comme un être humain, mais d'une façon assez douce, comme quelqu'un ayant des idées révolutionnaires, mais également une faible personalité.

Life of Christ de Frederic Farrar
Vie de Jésus d'Ernest Renan

Hérode le Grand

Hérode le Grand (?75 BC-04), était le tétrarque de Judée. Les Romains l'avaient récompensé pour ses services en le nommant roi de Judée, un honneur qu'il a transmis à son fils et petit-fils. Selon le Nouveau Testament, il a ordonné le massacre de tous les enfants juifs - le Massacre des Innocents - quand il a appris la nouvelle de la naissance du Messie - le futur «roi des Juifs». Une meilleure traduction serait peut-être: «roi des Judéens», puisque c'était pour son influence sur le royaume de Judée plus que sur sa communauté religieuse qu'il fut exécuté.

Hérode aimait les bâtiments dans le style romain. C'est visible dans les nombreux palais et d'autres bâtiments qu'il a fait construire à Jérusalem et dans la ville de Caesarea qu'il a créé à la côte méditerrannée. Selon l'histoire de Pilate du maître, Caesaria était la résidence préférée de Pilate.

La douzième légion Foudre

La douzième légion Legio XII, était une légion romaine, prélevée par Julius Caesar (100 BC-44 BC) en 58 BC, qui l'a accompagné pendant les guerres gauloises jusqu'à 49 BC. Le logo de la légion était l'image d'une foudre qui lui a donné le nom Fulminata - foudre est fulmen en latin. La légion était aussi connue sous les noms Paterna, Victrix, Antiqua, Certa Constans et Galliena. Boulgakov a trouvé le nom dans le livre L'Antéchrist, une autre œuvre d'Ernest Renan (1823-1892) et a écrit l'annotation «12-й Fulminata» [12ème Fulminata] dans son carnet.

Jérusalem

Dans le texte russe du roman, Boulgakov utilise de manière conséquente une translittération alternative pour les noms araméens des protagonistes et des endroits bibliques sans les changer: Il utilise Yeshoua pour Jésus, par exemple, et Kerioth pour Iscariote. Claude Ligny et Marianne Gourg, les traducteurs français, ne le suivent pas de manière aussi conséquente. Ils n'ont pas changé le nom de Jérusalem dans leur traduction, bien que Boulgakov utilise le mot Ершалаим (Yerchalaïm). C'est la translittération du mot hébreu ירושלים (Yerouchalayim).

Cliquez ici pour lire plus sur les translittérations

Ô Dieux, Dieux...

Le refrain «Ô Dieux, Dieux...» parcourt Le maître et Marguerite comme un leitmotiv. Cette exclamation, qui apparaît dix fois dans le roman, est un emprunt à l'opéra Aïda de Giuseppe Verdi (1813-1901), que Boulgakov connaissait et aimait beaucoup - il l'a aussi cité souvent dans d'autres œuvres.

Cliquez ici pour écouter le leitmotiv d'Aïda

Galilée

Galilée est la partie du Nord de la Palestine, verte et fertile, avec sa capitale Tiberias à la Mer de Galilée, aussi connue comme Lac de Tibériade, Lac Kinneret ou Lac de Génésareth.

Le tétrarque

En ce temps, la Galilée était gouvernée par le tétrarque Hérode Antipas (20 BC-30), fils de Hérode le Grand. Dans une tétrarchie le pouvoir est divisé entre quatre individus. Au premier siècle les Romains ont utilisés le titre de tétrarque pour indiquer le gouverneur d'une partie plus petite de leur empire vaste.

Hérode Antipas était rensponsable pour la décapitation de Jean le Baptiste (7BC-29).

Selon l'Évangile de Luc (25:7-11), Hérode Antipas était à Jérusalem au moment de la crucifixion de Jésus Christ. Ponce Pilate envoya Jésus à Hérode pour qu'il se prononce sur son sort. C'était dans le but de le flatter parce qu'ils avaient été en désaccord l'un avec l'autre. Bien que honoré, Hérode renvoya Jésus à Pilate sans se prononcer. Ce dernier rendit son jugement tout seul, et se lava les mains pour montrer qu’il se considérait innocent du sang de cette juste personne. Depuis lors, Hérode et Pilate furent de nouveau amis. Luc 23:12 - «Et, ce même jour, Hérode et Pilate devinrent deux amis, d'ennemis qu'ils étaient auparavant».

Le sanhédrin

Le Sanhédrin était le plus haut corps législatif et judiciaire juif, dirigé par le grand prêtre du temple à Jérusalem. Les courts de justice plus bas étaient appelés des sanhédrins inférieurs. Le Sanhédrin suivait la loi juive sous la supervision des Romains.

Un homme d’environ vingt-sept ans

Selon le Nouveau Testament, Jesus Christ avait environ trente-trois ans quand il est mort. C'est un des nombreux détails dans lesquels Boulgakov dévie de l'histoire biblique traditionnelle. Dans ses annotations pour la troisième version du Maître et Marguerite il a écrit: «33-й год нашей эры. Иешуа мог родиться и в 4-10 году нашей эры (23 года?)» ou «L'an 33 de notre ère. Yeshoua aurait pu être né entre les années 4 et 10 de notre ère (23 ans?)».

Vêtu d’une vieille tunique bleue, usée et déchirée

Dans le texte russe, Boulgakov a décrit un type spécifique de tunique: le хитон [chiton]. Le chiton est un vêtement de la Grèce antique. C'est une tunique de lin au plissé fin, cousue sur les côtés ou tissée sans coutures, cintrée à la taille, portée par les hommes comme par les femmes: elle est courte et sans manches pour les hommes, longue et avec manches pour les femmes.

Le bleu était une couleur préférée des Juifs et a été considéré comme sacré. Boulgakov a trouvé cette description dans Life of Christ de Frederic Farrar (1851-1905): «...at each corner of His dress the fringe and blue riband which the Law enjoins (...) He is in the ordinary dress of His time and country» ou «...à chaque coin de Sa robe la frange et le ruban bleu tel que requis par la loi (...) Il est dans la robe ordinaire de Son temps et de Son pays».

L'araméen

L'araméen est une langue Sémitique de l'ouest que l'on parle aujourd'hui comme première langue dans quelques villages autour de Damas en Syrie et dans d'autres parties du Moyen-Orient.

À l'origine l'araméen était parlé par les Araméens, mais finalement c'est devenu la langue dominante de l'empire persan entier. Donc il était largement répandu partout dans le Moyen-Orient et par conséquent en Palestine. Quelques passages de la Bible sont écrits en araméen et non pas en hébreu et il est très probable que Jésus parlait l'araméen dans ses contacts quotidiens avec les gens. Dans le film La Passion du Christ (2004) du réalisateur Mel Gibson, la plupart des dialogues étaient en araméen.

Ernest Renan (1825-92) a écrit que «l'idiome propre de Jésus était le dialecte syriaque mêlé d'hébreu qu'on parlait alors en Palestine». Le syriaque était un dialecte de l'araméen.

Aujourd'hui on considère que cette langue est en danger. Après des milliers d'années elle risque de disparaître sous la pression des langues et des cultures dominantes dans ces régions où existent toujours des groupes araméens.

Le temple de Jérusalem

Le temple de Jérusalem a été originalement construit par le Roi Salomon (1000 BC-928 BC) au 10ème siècle BC. Il fut détruit par les envahisseurs babyloniens en 586 BC et reconstruit au 5ème siècle BC. Hérode le Grand l'a renové, mais le temple fut détruit complètement par Titus en 70.

Mort-aux-Rats

Boulgakov l'appelle Марк Крысобой [Marc Krisovoï]. Крыса [krisa] signifie rat et бой [boï] signifie lutteur. Dans les traductions anglaises il est appelé Muribellum (Glenny, 1967) ou Ratslayer (Pevear et Volokhonsky, 1997). Muribellum signifie Lutteur de souris. C'était un surnom romain pour les soldats peureux et pusillanimes. Muribellum est mis avec une intention ironique, bien sûr, parce que Marcus Mort-aux-rats n'était pas pusillanime du tout.

Au pied d’une statue de bronze

La présence de statues dans la décoration des palais était une caractéristique de la culture hellénistique, et donc familier au romain Pilate, mais pour les Juifs, c'était très inhabituel. Mais Frederic Farrar (1851-1905) a écrit à propos de la présence de portiques sculpturales dans le palais d'Hérode.

Hegemon

Ηγεμών ou hegemon est grec pour chef, gouverneur ou guide.

Yeshoua

Le nom ישוע [Yeshoua] est un nom araméen et signifie Yahvé sauve. הנצרי [Ha-Nozri] signifie de Nazareth, la ville en Galilée où Jésus habitait avant de commencer sa vie publique.

Page suivante des Annotations chapitre 2



Partager cette page |