10. Des nouvelles de Yalta

Français > Le roman > Annotations par chapitre > Chapitre 10

Le théâtre des Variétés

Le Театр Варьете [Teatr Variete] ou Théatre des Variétés est un bâtiment fictif. L'idée est fondée sur le Music-hall de Moscou des années '20, qui était situé à la place Triumfalnaïa, où maintenant est situé le Théâtre de Satire, à quelques pas à peine du numéro 10 de la rue Bolchaïa Sadovaïa.

Cliquez ici pour une description détaillée du théâtre des Variétés

Varienoukha

Le nom Varienoukha vient du mot варение [varenie], ce qui signifie brasser. Varienoukha est également le nom d'un cocktail ukrainien fait de miel, de baies et d’ épices qu'il faut faire bouillir dans la vodka.

Différemment des Russes, qui exigent de vodkas froides, les Ukrainiens préfèrent des vodkas chaudes parce que, comme ils l'expriment si pittoresquement: «ils font fleurir un oeillet dans votre estomac». Pendant les siècles la varenoukha - ce qui signifie bouilli - était le boisson préféré des Cosaques, parce qu'elle «alimentait leurs corps de guerrier pendant la journée et en leur rendait joyeux la nuit».

Cliquez ici pour une description détaillée de ce personnage

Télégramme urgent

Dans le texte russe est écrit: «Сверхмолния вам. Распишитесь». Cela signifie: «Un super-éclair pour vous. Signez là». Le mot «télégramme» n'est pas utilisé, parce qu'un russe sait de quoi il s'agit.

Dans l'Union soviétique, et surtout dans le temps de Staline, il était commun de décrire les réalisations des organisations publiques - et donc celles des services télégraphiques - de façon exagérée et extrêmement positive. Boulgakov n’a pas eu à changer grand-chose pour le parodier. Le super-éclair était seulement un peu plus que le terme éclair qui était réellement utilisé par les services postaux pour décrire un télégramme. Varienoukha verra un éclair bientôt en tout cas.

Le faux Dimitri - l’imposteur de Yalta

Un imposteur est une personne qui prend, d'une façon illégale, l'identité, l'autorité ou les possessions de quelqu'un d'autre. La Russie a connu trois imposteurs de cette sorte dans l'Interrègne, indiqué en russe comme le Смутное время [Smoutnoïe vremia] ou le Temps de Troubles.

Le Temps de Troubles est la période de 1604 à 1613, qui a été la période la plus turbulente dans l'histoire de la Russie avant la révolution russe. Après la mort du tsar Fédor I Ivanovitch (1584-1598), le fils imbécile d'Ivan le Terrible (1530-1584), c'était Boris Godounov (1551-1605), le beau-père de Fédor, qui devint tsar en 1598. Un autre fils d'Ivan le Terrible, Dimitri Ivanovitch (1581-1591), était mort d'un coup de couteau, dans des circonstances mystérieuses sept ans avant, quand il avait dix ans.

Après cela, trois «faux Dimitri» se sont présentés. Le premier était Grigori Otrepiev († 1606) qui était en réalité un moine ambitieux. Il a vraiment réussi, avec le soutien des polonais, des cosaques et des paysans, à devenir le tsar Dimitri I le 30 juin 1605. Il mourut assassiné un peu moins d’un an plus tard.

En 1608 un deuxième faux Dimitri, soutenu par les polonais, les allemands et les cosaques, a essayé de nommer un tsar disposé aux polonais à Moscou. Quand une partie importante de son armée de 100.000 troupes passa du côté de Sigismund III (1566-1632), il prit la fuite. Son nom réel n'a jamais été connu mais on suppose qu’il était le fils d'un prêtre ou d'un Juif converti. Il fut surnommé le voleur de Touchino.

Le troisième faux Dimitri, dont on suppose qu'il était un doyen appelé Sidorka, se couronna lui-même, avec le soutien des Suédois, comme tsar Dimitri Ivanovitch II le 28 mars 1611 et il a réussi à obtenir le soutien de certains cosaques en 1612. Mais les cosaques provoquèrent des troubles à Moscou et il fut arrêté le 18 mai 1612 et exécuté par les commandants à Moscou.

Les faux Dimitri étaient aussi appelés Pseudo-demetrius (Latin), Lziedmitri (Dimitri le trompeur) ou Dimitri Samozvanets (Dimitri, le souverain auto-déclaré).

Le Temps de Troubles se termina le 21 février 1613 avec l'élection de tsar Mikhail Fédorovitch Romanov (1596-1645), le premier tsar de la dynastie des Romanovs, qui devait régner sur la Russie jusqu'à la révolution 1917.

Rochers, mon abri...

«Starrender Fels, mein Aufenthalt…» ou «Rochers menaçants, mon abri…» sont des mots de la 5èmr chanson de la collection de chansons Schwanengesang (Chant du cygne), écrit par Franz Schubert (1797-1828). Les paroles ont été écrites par Ludwig Rellstab (1799-1860) et ont été inspirées par le Faust de Goethe

Porte ça toi-même. Eux, ils s’en débrouilleront

«Ça, c’est vraiment pas bête !» pensait Varienoukha quand Rimski donnait ces ordres. Une autre référence oblique à la police secrète. À ce moment le lecteur devrait reconnaître le style...

Monsieur est occupé

Dans le texte russe le mot Monsieur n'est pas utilisé. Mais la traduction est tout à fait exacte. Varienoukha demande de parler à Woland et la réponse est : «Они заняты» ou «Ils sont occupés». Au pluriel. L'escorte de Woland utilise souvent la forme plurielle pour s'adresser à lui. C'était une façon un peu archaïque de montrer le respect, comme la forme française «vous» ou le pluriel majestueux «nous». Il n'a plus été utilisé en Russie après la Révolution.

Une tchébouretchnaïa à Poushkino

Poushkino est une ville située à 29 km de Moscou, connu pour ses datchas. Il y avait un théâtre d'été où Anton Pavlovitch Tchekhov (1860-1904) a répété avec le Théâtre d'Art de Moscou.

Une чебуречная [tchébouretchnaïa] est un restaurant spécialisé dans la préparation de чебуреки [tcheboureki], une sorte de délicieuses crêpes caucasiennes pliées et farcies de viande.

Dans la traduction anglaise de Michael Glenny et dans la traduction néerlandaise de Marko Fondse, la tchébouretchnaïa est décrite comme un restaurant turc. Les traducteurs anglais Richard Pevear et Larissa Volokhonsky parlent d'une taverne georgienne.

La tchébouretchnaïa Yalta à Pouchkino a vraiment existé. Dans une publicité dans un journal de ce temps, le restaurant s'est décrit comme le лучший загородный ресторан [loutchchi zagorodni restoran] ou le meilleur restaurant rustique.

Cama... citoy...

Varienoukha a difficile à décider comment adresser ses attaquants. Les formules de politesse sont importantes dans l'Union soviétique. Les soviets étaient adressés comme camarade pour autant qu'ils n'aient été soupçonnés d'un crime, dans le cas où ils devenaient des citoyens.

Cliquez ici pour lire plus sur les pronom appellatifs russes

Une jeune fille rousse complètement nue

La femme aux cheveux roux est Hella, une femme vampire. Ses mots «Laisse-moi t’embrasser» sont évocateurs du femme vampire dans l'histoire Упырь (Oupir), ou Le vampire, écrit par Aleksei Konstantinovitch Tolstoï (1817-1857), le neveu de Léon Nikolaïevitch Tolstoï (1828-1910) qui est mieux connu. La femme vampire embrasse un des héros et le transforme en vampire.

Boulgakov a trouvé son nom dans le Энциклопедический словарь Брокгауза и Ефрона - le Dictionnaire Encyclopédique Brockhaus et Efron, un oeuvre contenant 86 volumes, qui peut être considéré comme l'équivalent russe de l'Encyclopédie Brittanica. Sous le lemme Чародейство [tcharodeïstvo] ou magie, il a lu que Hella était le nom donné aux filles qui sont mortes trop tôt et qui sont devenues des vampires après.

Cliquez ici pour lire plus sur le personnage d'Hella



Partager cette page |