18. Des visiteurs malchanceux

Français > Le roman > Annotations par chapitre > Chapitre 18

Maximilien Andreïevitch Poplavski

Poplavski est l'oncle par alliance de Berlioz, il habite à Kiev. Boulgakov lui-même était né à Kiev. Au début du roman, dans le chapitre 3, quand Berlioz s’apprêtait pour sortir de L’étang du Patriarche pour appeler la police secrète et courait vers sa propre décapitation, Woland lui demanda: «Ne voulez-vous pas que je fasse envoyer tout de suite un télégramme à votre oncle de Kiev?»

Il existe une expression russe : «В огороде бузина, а в Киеве дядя» ou «les baies de sureau dans le jardin, un oncle à Kiev».C'est une réponse donnée lorsqu'il n'y a pas de lien logique entre les différentes choses que quelqu'un dit, comme dans «vous comparez des pommes et des oranges».

Cliquez ici pour lire une description complète de ce personnage

l’ancienne rue de l’Institut

«L'ancienne» rue de l'Institut est maintenant à nouveau ue de l'Institut. En 1919, le nom a été changé en rue du 25 octobre, et plus tard, en 1944, dans rue de la Révolution d'octobre. En 1993, la rue a eu son ancien nom à nouveau. C'est l'une des principales rues de Kiev, près de la Place de l'Indépendance, mieux connu sous le nom de Maidan.

Viens d’avoir tête coupée par tramway

Boulgakov utilise la forme impersonnelle du verbe зарезать [zarezat] ou égorger, le cas de l'instrumental du substantif трамвай [tramway] ou tramway, et l'accusatif du pronom personnel я [ya] ou je. C'est une construction bizarre, dans le russe comme dans le français. La langue russe n'a pas de pronom impersonnel, comme «on» en français ou «men» en néerlandais. Pour obtenir un effet similaire, la troisième personne neutre du singulier est souvent utilisé sans sujet. Donc, la traduction la plus proche de la phrase de Boulgakov serait: «On vient de m'égorger avec un tramway», comme si on pouvait utiliser un tramway comme un couteau pour couper la gorge de quelqu'un.

Pour les étudiants parmi vous: зарезать (zarezat) signifie aussi échouer dans le contexte d'un examen.

Un appartement à Moscou

Quand un citoyen soviétique pouvait obtenir un appartement à Moscou c'était une grande victoire. Moscou avait des marchandises qui ne pouvaient être trouvées nul part ailleurs. Pourtant, pour obtenir un прописка [propiska] - un permis pour y vivre - on devait avoir été né dans la ville ou se marier avec quelqu'un avec un permis. Les essais de Poplavski d'échanger son appartement à Kiev pour un autre à Moscou et son désir d'hériter de l'habitation de son neveu faisaient partie d’un scénario commun pendant la période soviétique.

Cliquez ici pour lire plus sur la politique d'habitation des Soviets

Les crues de printemps du Dniepr

Le Dniepr est le fleuve qui passe par Kiev.

La saisissante beauté du paysage que l’on découvre lorsqu’on est au pied du monument au prince Vladimir

La statue du Prince Vladimir I de Kiev est sur une colline regardant sur le fleuve Dniepr. Techniquement la statue est un monument dédié au baptême de la Russie. Le prince Vladimir Sviatoslavitch le Grand (956-1015) était le souverain païen qui, en 988, avait introduit le christianisme sous sa forme Byzantine à la Rus’ de Kiev. La Rus’ de Kiev est considérée comme l’état prédécesseur de trois nations Slaves modernes: la Biélorussie, la Russie et l'Ukraine. Le pays s'étendait de Kiev à Novgorod. Vladimir espérait ainsi développer de meilleures relations politiques et culturelles avec la Bulgarie et l'Empire Byzantin.

La statue a été faite par Vasili Ivanovitch Diemout-Malinovski (1779-1846) et Peter Klodt von Jürgensburg (1805-1867) et a été érigée en 1853.

«Ah! ah!»

Le fait que Poplavski dit souvent «Ah! ah!» montre qu'il sait comment interpréter les nouvelles de la disparution du président et du secrétaire du comité de gérance de Bolchaïa Sadovaïa oulitsa no. 302-bis.

Piatnajko, membre du comité de gérance

Je ne sais pas (encore) s’il existe un prototype réel pour ce personnage. La première partie de son nom; пять [piat], signifie cinq et le verbe нажить [najit] veut dire gagner [de l'argent].

Aussitôt, dans un grand désarroi...

Dans le texte russe les hommes qui disparaissent sont mis dans l'accusatif, dans une phrase sans sujet ni verbe. Par ce jeu avec la langue Boulgakov explique qu'ils font l'objet d'une action exécuté par la police secrète «qui ne peut pas être mentionnée». Poplavski, intelligent comme il est, sait de quel sujet et de quel verbe il s’agit quand, quelques secondes plus tard, «il se retrouvait seul dans la salle déserte".

Trois cents gouttes de valériane à l’éther

De nouveau les gouttes qui ont déjà apparu dans le chapitre précédent. Mais 300 gouttes seraient une énorme dose, qui peut provoquer un coma ou la mort.

Le commissariat n° 12

Le lecteur de la traduction française ne le sait pas, mais Boulgakov a utilisé de nouveau un département officiel doté d’un numéro horriblement élevé. En effet, dans le texte original russe, le passeport est délivré par le commissariat n° 412, et non pas par le n°. 12. Le nombre 412 reviendra dans le chapitre 27 du roman,, lorsque la police secrète trouvera Grigory Danilovitch Rimski, le findirecteur du théâtre des Variétés, dans la chambre numéro 412 de l'hôtel Astoria à Leningrad. Boulgakov connaissait cette chambre très bien, par ailleurs. C'était sa chambre préférée pour loger quand il était à Leningrad.

Croyez-le ou non, mais quand votre webmaster se rend à Moscou, il obtient souvent la chambre numéro 412. Pas à l'hôtel Astoria, cependant, mais à l'hôtel Baltschug Kempinski.

Passeport

Le passeport intérieur a été aboli après la révolution et réintégré par Staline le 27 octobre 1932, dans la période de la Grande famine. Pourtant, la population rurale n’en recevait pas un, afin d’empêcher les fermiers de quitter les kolkhozes ou fermes collectives. Sans passeport, il était impossible de déménager dans une autre ville. Les paysans ont dû attendre jusqu'aux années ‘60 avant de pouvoir disposer d’un passeport.

Le processus de demande pour obtenir un passeport était assez complexe avec de nombreux questionnaires longs, contenant une série de questions désagréables et dangereuses sur le passé, sur les parents à l'étranger, etc.

En fait, cela n'a pas beaucoup changé depuis lors. En 2009, lorsque le webmaster du site Master & Margarita a voulu introduire une demande de permis de séjour à Moscou, il a également du remplir de longs questionnaires dans lesquels il devait donner beaucoup de détails, non seulement sur lui-même, mais aussi sur ses parents, tous ses frères et sœurs et leurs activités, toutes les adresses où il ait jamais vécu, etc. Avant qu'il ne puisse réellement entamer la procédure, il a été envoyé à quatre hôpitaux différents en quatre parties différentes de la ville pour toute une série d'examens médicaux, de dont le dernier était dans un centre psychiatrique. A cette époque, il avait un blog dans lequel il décrit ses expériences à travers la procédure de demande. Quand il a commencé à décrire le traitement souvent brutal et humiliant des candidats, dont la plupart fut originaire des anciennes républiques soviétiques, et des détails sur la façon dont des pots de vin furent demandés et payés, le blog a été mis hors ligne par des forces inconnues. Mais le permis de séjour a néanmoins été accordée.

Tout était sens dessus dessous dans la maison des Oblonski

Boulgakov cite le deuxième règle du célèbre roman Anna Karenina (1873-1876) de Léon Nikolaïevitch Tolstoï (1828-1910).

Un antique costume de tussor

Boulgakov décrit un homme assez âgé в чесунчовом старинном костюме [v tchessountchovom starinnom kostoumie] ou dans un antique costume de tussor. Чесуча [tchesoutcha] est de la soie tussore. C'est une sorte brunâtre de soie sauvage, produite par la chenille du papillon tussah, que l’on trouve en Chine.

Les traducteurs néerlandais ne parlent pas de la soie tussore, ils mentionnent de la soie de shantung. Shangtung est le nom donné à un tissu rugueux de soie produit dans la province de 山东 [Shan-tung] or Shandong. Shandong est considéré comme la province où les arts de la poterie, de la porcelaine et de la soie ont été nés. Les traducteurs néerlandais se trompent-ils? Non, pas tout à fait. Les tissus qui sont faits de la soie tussore sont le honan et le shantung.

Andreï Fokitch Sokov

Sokov est le buffetier du théâtre des Variétés. C'est un nom approprié pour un barman, parce que le mot russe сок [sok] signifie jus. Соков [Sokov] pourrait être traduit comme Juteux.

Cliquez ici pour une description complète de ce personnage

Un manteau de deuil doublé d’une étoffe couleur de feu et une longue épée avec une poignée d’or scintillait

Le manteau de deuil doublé d’une étoffe couleur de feu et la longue épée avec une poignée d’or scintillait sont le costume et les attributs de Mephistopheles dans l'opéra Faust de Charles Gounod (1818-1895).

Le baron Meigel

Le prototype réel pour le personnage de Baron Meigel est, sans doute, Baron Boris Sergueïevitch (von) Steiger (1892-1937). Au cours des années ‘20 et ‘30 il a travaillé au Народный комиссариат просвещения (Наркомпрос) [Narodni kommisariat prosvechtchenia] (Narkompros) ou le Commissariat du Peuple à l'Instruction publique à Moscou, où il fut responsable des Relations externes. Simultanément il travailla comme un agent du Объединённое государственное политическое управление (ОГПУ) [Obedinionnoïe gosoudarstvennoïe polititcheskoïe oupravleniïe] (Guépéou) ou l'Administration politique de l'État, le service secret qui fut intégré dans le NKVD en 1934. En 1937 Steiger a été arrêté et fusillé.

Steiger est mentionné plusieurs fois dans le journal d'Elena Sergueïevna Chilovskaïa (1893-1970). Il fréqiuentait souvent les cercles de l'Ambassade américaine et il faisait des rapports sur les étrangers raccordés avec le théâtre et sur les citoyens soviétiques ayant des contacts avec l'ambassade

Meigel reparaît dans le chapitre 23, au Grand bal de Satan.

Cliquez ici pour une description complète de ce personnage

Page suivante des Annotations chapitre 18



Partager cette page |