21. Dans les airs

Français > Le roman > Annotations par chapitre > Chapitre 21

Le titre

Le vol de Marguerite sur Moscou a inspiré le groupe pop Franz Ferdinand à la chanson Love and Destroy en 2004.

Cliquez ici pour lire plus sur cette chanson et pour l'écouter
Cliquez ici pour regarder une version live de cette chanson

Une de ces échoppes de planches

Des résidents plus agés se souviennent qu'il y avait réellement un magasin de pétrole au numéro 20 de Sivtsev Vrajek pereulok, une rue parallèle à l'Arbat.

Les tubes lumineux éblouissants, au coin d’un théâtre

En 1926 le Théâtre de Vakhtangov au numéro 26 de l'Arbat, était appelé après Yevguéni Bagrationovich Vakhtangov (1883-1922), un élève de Constantin Sergueïevitch Stanislavski (1863-1938). Le bâtiment original du 19ème siècle a été détruit par une bombe au cours des années '40. Il a été reconstruit au même endroit.

Deux réchauds à pétrole

De nouveau Boulgakov mentionne les réchauds à pétrole. Il l'a fait déjà dans le chapitre 4 et ils joueront un rôle important quand Koroviev et Béhémoth feront une scène à Moscou dans le chapitre 28. L'insuffisance d'espace pour vivre après la révolution a causé le phénomène typiquement soviétique de l'appartement communal, dans lequel plusieurs familles avaient une ou deux pièces privées et partageaient la cuisine et les toilettes. Le réchaud à pétrole, souvent indiqué comme primus, est une cuisinière portative avec un brûleur alimentée avec le benzène pressurisé, est apparu en même temps et est devenue un symbole de la vie en appartement communal. Chaque famille avait son propre réchaud à pétrole.

Une énorme et luxueuse maison de huit étages, de construction visiblement toute récente

Dramlit, la Maison pour Dramaturges et Litéraires est, suivant la description du vol par Boulgakov, située dans Bolchoï Nikolopeskovskii pereulok, près de l'Arbat.

Mais il n'y avait pas de tel bâtiment dans Nikolopeskovski pereulok. Boulgakov avait simplement projeté un autre bâtiment, construit en 1935, à cet endroit. Cet autre bâtiment était de l'autre côté de la rivière de Moscou, dans le Lavroutchinski pereulok 17, près de la Gallerie Tretiakov. L'appartement 84 de ce bâtiment était effectivement au septième étage et ressemble bien à la description dans le roman, aussi bien que les autre appartements s'ailleurs.

En plus, dans l'appartement 84 a effectivement habité Osaf Semienovitch Litovski (1892-1971), le chef du Главный репертуарный комитет (Главрепертком) [Glavni repertouarni komitet] (Glavrepertkom) ou le Comité central pour les répertoires de 1930 à 1937. Litovski a introduit le terme Boulgakovchtchina ou Boulgakovisme après les premières représentations dela pièce Les Jours des Tourbine. Une description très proche de la personnalité du critique Latounski.

Cliquez ici pour lire plus sur la maison Dramlit

L’instrument de salon fabriqué par Becker, complètement innocent en cette affaire

Jacob Davidovitch Becker (1811-1879), un artisan né en Allemagne, a créé son atelier de construction de piano à Saint-Petersbourg en 1841. Ses instruments devenaient très fameux et il était le premier à appliquer des technologies américaines et européennes dans la construction de piano en Russie. En 1903 la société a fusionné avec l'usine de construction de piano d'Ivan Karlovitch Schreder (?-1889). En 1917 elle était nationalisée et rebaptisée en Usine d'Octobre Rouge.

En 1991, après l'effondrement de l'Union soviétique, la société a été rebaptisée en Usine de Piano de Saint-Petersbourg, mais il a fait faillite avec une dette totale de 13 milliards de roubles. Lee Alexander Magness, le petit-fils texan d'Ivan Karlovitch Schreder, utilise tous les moyens possibles depuis 1997 pour mettre la main sur l'usine, qu'il estime à une valeur de 650 millions de dollars.

C’est un rêve que tu fais

La façon dont Boulgakov joue avec la grammaire russe ici est intraduisible. «Rêver de quelqu'un» en russe est exprimé par le verbe снитться [snitsia], mais dans une construction assez particulière, avec la personne dont on rêve comme le sujet et la personne qui rêve dans le datif. «J'ai rêvé d'elle» s'exprime en russes comme: «elle a été rêvée par moi».

C'est pourquoi le verbe снитться [snitsia]apparaît presque toujours dans la troisième personne en singulier, puisque l'on dit rarement d'avoir été vu dans le rêve de quelqu'un. Mais c'est exactement ce que Marguerite fait: «я тебе снюсь», elle dit, «j'ai été rêvé par toi». En français traduit comme: «Où tu es, Madame?», «Nulle part, c’est un rêve que tu fais».

Après elle dit: «Allonge-toi (…) je continuerai être dans ton rêve» - traduit comme: «je viendrai te voir dans ton rêve». Et le garçon répond: «Ну, снись, снись», ce qui est la forme imperative: «Eh bien, sois mon rêve, sois mon rêve» - traduit comme: «Oui, viens, viens».

Ma reine de France!

Avec cette exclamation Natacha indique déjà ce qui sera confirmé par Koroviev dans le chapitre suivant - le fait que Marguerite est «l'arrière-arrière-arrière-arrière-petite-fille» d' «une reine française qui vivait au XVIe siècle».

Un individu bedonnant, tout nu, mais coiffé d’un haut-de-forme de soie noire rejeté sur la nuque

Je ne sais pas (encore) qui pourrait être cet homme. Mais il a connu Claudine, “la veuve infatigable” (voir ci-dessous), et la «lumineuse reine Margot» - ce qui était le nom populaire donné à Marguerite de Valois (voir ci-dessous). Et apparemment il a été un ami de l'éditeur François Guessard (1814-1882) à Paris, ici traduit comme Hessart, qui a vécu trois siècles après les deux dames surmentionnées.

Claudine

Claudine de La Tour-Turenne (1520-1591) était la dame d’honneur de Marguerite de Valois (1553-1615), l'épouse du roi français Henri IV (1553-1610). Le 31 octobre 1535 Claudine s'est mariée, à l'âge de 15 ans, à Just II (1510-1557), seigneur de Tournon et comte de Roussillon. À l'âge de 37 ans elle est devenue veuve.

La lumineuse reine Margot

La reine Margot est Marguerite de Valois (1553-1615), reine de France et de Navarre, Elle était la fille de Henri II (1519-1559) et Catherina de Medici (1519-1589). Trois de ses frères ont été roi de France: François II (1544-1560), Charles IX (1550-1574) et Henri III (1551-1589).

Sa mère a d'abord essayé de la mettre ensemble à d'autres hommes différents, mais elle est finalement arrivée chez son cousin, Henri de Navarre (1553-1610), qui deviendrait plus tard le roi Henri IV. Le mariage a eu lieu le 18 août 1572. Henri était un protestant et selon des sources différentes Catherine de Médicis aurait essayé de profiter de la réunion des Huguenots à Paris pour organiser le massacre de la Saint-Barthélemy dans la nuit entre le 24 et 25 août 1572.

Le mariage de Marguerite et de Henri a connu beaucoup de tricheries réciproques et de longues périodes de séparation. En 1599 il a été annulé. Mais Marguerite a gardé son titre de reine.

Ses mémoires, publiés plus de cent ans après sa mort, décrivaient des anecdotes innombrables des rois Charles IX, Henri III et Henri IV. Pendant ce temps elle a provoqué beaucoup de scandales elle-même. Elle est décédée le 27 mai 1615.

La noce sanglante du sieur Hessart

L'homme soûl est effectivement tout à fait troublé: son sentiment pour le temps échoue. Гессар [Gessar], traduit comme Hessart dans la traduction française du roman, était François Guessard (1814-1882) un écrivain et éditeur parisien qui a publié la correspondance de Marguerite de Valois, mais qui a vécu au 19ème siècle - il a publié Les Mémoires et lettres de Marguerite de Valois en 1842. Le «mariage ensanglanté» était le massacre de la Saint-Barthélemy en 1572.

Le bord de l’Ienisseï

L'Ienisseï est une fleuve de 4,129 km qui est souvent considérée comme la séparation entre la Sibérie de l'est et la Sibérie de l'ouest.

Les diaphanes ondines

Le traducteur français parle d'ondines. Mais une ondine (ondin au masculin) est une créature des eaux dans la mythologie germanique (où elle est également désignée sous le terme de nixe) ou alsacienne, tandis que Boulgakov a décrit spécifiquement des русалки[rusalki], ou rusalka en singulier, qui sont des nymphes russes. Les rusalki ont été raccordés au monde de la mort. C'étaient de jeunes femmes qui sont mortes avant avoir pu se marier. En pleine nuit elles sortaient de l'eau de la rivière pour danser dans les prairies. Quand elles voyaient des hommes élégants, elles les chatouillaient avec leurs chansons et leurs danses, elles les hypnotisaient et elles les emmenaient au fond de la rivière, pour y vivre avec eux.

Une sorte de faune à pieds de chèvre

Les spectres de bois et les démons étaient souvent décrits avec la partie basse du corps d'un animal. L'écrivain russe Boris Nikolaïevitch Bougaïev (1880-1934), qui utilisait le nom de plume Andreï Biély (voir chapitre 18) a décrit un homme avec les jambes d'une chèvre à un sabbat dans sa Северная симфония [Severnaïa simphonia] ou Symphonie nordique en 1902.

Un freux noir à long bec

Un freux est un grand oiseau noir, le trypanocorax frugilegus, qui ressemble à un corbeau. Le sculpteur russe Aleksandr Roukavichnikov (°1950) a fait une énorme statue du chauffeur de Marguerite. A l'origine, la sculpture faisait partie d'un grand monument qui aurait dû être érigé sur l'étang du Patriarche en l'honneur de Boulgakov, avec un énorme réchaud à pétrôle et Yeshoua marchant sur l'eau. Mais en février 2003, le projet a été supprimé après de nombreuses plaintes. La statue du freux est maintenant mis dans le jardin du sculpteur dans la Bolchaïa Moltchanovka oulitsa à Moscou, à côté d'une charmante sculpture d'un Alexandre Pouchkine dormant. Roukavichnikov a également fait la statue de Koroviev et Béhémoth qui orne désormais la cour de la Maison de Boulgakov à Moscou.



Partager cette page |